Samedi 02 mars 2024

Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de ce vendredi 21 avril du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

[wonderplugin_audio id="185"]
21/04/2017 Edition : Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de ce vendredi 21 avril du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

Gabriel Rufyiri• La crise politique que traverse le Burundi depuis 2015 a impacté sur l’économie du pays. Après ces deux années, l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques Olucome dresse un bilan catastrophique. Le taux de croissance économique est évalué à moins de 0,5% alors qu’avant la crise, il était de 4%.

Les chiffres fournis par les institutions telles que la Banque mondiale, le FMI et la BAD montrent qu’en terme de pauvreté, le Burundi prend la dernière place. Il est également dernier en matière de compétitivité économique et de revenu par habitat. La somme débloquée par nos partenaires a baissé à hauteur de 50%. Le président de l’Olucome parle également de problèmes de sécurité, de dialogue qui tourne au ralenti, de chômage, de démographie galopante. Il demande au pouvoir en place d’arrêter le langage de ‘tout va bien’ et de saisir à bras le corps ces problèmes pour trouver des solutions dans l’urgence.

> Lire aussi : Taux de croissance du PIB au Burundi (1961-2015)

• L’étudiant à l’université du Burundi du nom d’Egide Nimenya a été arrêté dans la soirée de ce jeudi. Il est représentant des étudiants en Bac 2 dans la faculté de psychologie. Ses camarades de classes disent qu’il a été amené dans un endroit non encore identifié. Cet étudiant totalise le nombre de 7 représentants arrêtés depuis que les étudiants de l’Université du Burundi ont débuté un mouvement de grève contre le décret portant organisation de la bourse des étudiants.

• La direction de l’Université du Burundi met en garde les étudiants grévistes qui n’auront pas encore regagné les auditoires à partir de lundi 24 avril 2017. Dans un communiqué, la dite direction précise que ceux qui ne reprendront pas les cours se seront exclus eux-mêmes de l’année académique 2016-2017.

Pour réaction, les étudiants indiquent qu’ils ne regagneront pas les auditoires tant que leurs camarades qui sont en prison n’auront pas été relâchés. Ils réclament aussi le dialogue avec les concernés pour trouver la solution ensemble.

• « 7 enfants ont été brulés par leurs parents ou tuteurs depuis le mois de janvier de cette année. »

Déclaration de la Fédération nationale pour la défense des droits des enfants au Burundi, Fenadeb. Ferdinand Simbabruhije, le Secrétaire général de cette organisation indique que la pauvreté et les divorces familiales sont à l’origine de cette situation. Il demande aux autorités administratives et aux instances judiciaires de conjuguer tous les efforts pour éradiquer ce phénomène. Il demande également de punir sévèrement les auteurs de ce crime.

BAD

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Archives des émissions

Retrouvez toutes les archives de nos émissions.