Web Radio

Au sommaire de l’édition de ce lundi 19 mars 2018 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

19/03/2018 Eliane Irankunda 1

• Le Colonel Félix Ntahonkuriye, ancien porte-parole du FNL Nzabampema aurait été tué. Ses proches ne confirment pas encore sa mort. Elle serait survenue à Katonyera dans la nuit de ce dimanche à lundi 19 mars, c’est dans les montagnes d’Uvira, à l’est de la RDC. Selon des témoignages recueillis, il serait tombé dans un guet-apens tendu par la population de cette localité. D’après ces mêmes sources, ce chef rebelle a été tué par balle. D’autres sources parlent de règlements de compte. Il était à couteaux tirés avec Aloys Nzabampema depuis le 5 janvier suite à l’annonce qu’il venait de le déposer. Il reprochait au Général Major Aloys Nzabampema de divulguer les secrets du mouvement en exposant via les réseaux sociaux son armement. Ce dernier était surtout accusé d’avoir des accointances avec Jacques Bigirimana, président du parti FNL. Un enregistrement audio avait d’ailleurs été dévoilé.

• Abel Gashatsi, président de ce parti la police nationale assure que le nommé Simon Bizimana est mort du paludisme. Le porte-parole de la police l’indique après des informations faisant état de torture infligée par la police, lors de son incarcération suite à son refus de se faire enrôler en vue du référendum et des élections générales, torture qui serait à l’origine de son décès. Pierre Nkurikiye assure que Simon Bizimana a été remis en liberté provisoire et en bonne santé il y a une semaine.
L’opposition réunie au sein de la coalition Amizero y’Abarundi se réserve pour le moment de dire s’elle va participer au référendum. Et concernant l’article 5 du décret présidentiel, Tatien Sibomana de la coalition Amizero y’Abarundi indique que le président de la République n’a pas la prérogative de fixer le quorum pour l’adoption du référendum. Selon lui, cela relève du domaine de la loi.

• La police nationale assure que le nommé Simon Bizimana est mort du paludisme. Le porte-parole de la police l’indique après des informations faisant état de torture infligée par la police, lors de son incarcération suite à son refus de se faire enrôler en vue du Référendum et des élections générales, torture qui serait à l’origine de son décès. Pierre Nkurikiye assure que Simon Bizimana a été remis en liberté provisoire et en bonne santé il y a une semaine.

• Plus de 1000 moto ont été raflées par la police la semaine dernière. Pour le commissaire provincial de la police de Rumonge, l’ordre doit revenir dans le secteur du transport des personnes sur moto. Des amendes seront versées à l’office des recettes, OBR par le propriétaire qui n’est pas en ordre pour que sa moto lui soit restituée. Cela a été annoncé lors d’une réunion avec les chauffeurs de taxi-moto et le gouverneur. Ces conducteurs de taxi-moto demandent plus de facilité dans l’obtention du permis de conduire pour travailler dans la légalité.

• L’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome indique qu’une somme de près de 300 milliards de Fbu a été détournée en 2017. L’Olucome pointe du doigt des autorités burundaises à l’origine de ce détournement de fonds publics. L’Olucome demande un audit sur l’efficacité de l’action gouvernementale en matière de bonne gouvernance, sur la traçabilité des revenus miniers et les fonds en provenance de la mission de maintien de la paix en Somalie, Amisom.

• Le Brésil compte aider le Burundi à améliorer ses techniques agricoles dans la filière coton. Pour le directeur général du complexe de gestion du coton, la Cogerco ; le Brésil est un géant en matière de coton culture. C’est également dans le but de mettre en application le programme national et régional de relance de l’industrie textile.
Le directeur général de la Cogerco s’est exprimé lors d’une réunion tenue ce lundi par les représentants du Burundi, de la Tanzanie, du Kenya et du Brésil dans le cadre du projet Cotton Victoria qui vise à renforcer la filière coton en Afrique de l’Est.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Louis Kana

    La police serait honorée si elle précisait de quel chef d’infraction était accusé feu Simon BIZIMANA.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Un châtiment qui ne s’explique pas

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un châtiment qui ne s’explique pas

Certains directeurs des écoles s’apprêteraient à « châtier » les lycéens coupables d’avoir déchiré leurs uniformes pour célébrer leur  joie de sortir du secondaire et d’accéder à l’enseignement supérieur. Iwacu et de nombreux lecteurs  se sont exprimés là-dessous. Parents, éducateurs, syndicalistes, autorités (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 380 users online