Dimanche 28 février 2021

Politique

Amnesty international plaide pour la libération des prisonniers d’opinion

13/08/2020 Emery Kwizera Commentaires fermés sur Amnesty international plaide pour la libération des prisonniers d’opinion

Dans sa déclaration du 11 août, Amnesty international recommande Gitega de libérer deux défenseurs des droits humains, Germain Rukuki et Nestor Nibitanga ainsi que les 4 journalistes d’Iwacu. Pour cette ONG, ce sont des prisonniers d’opinion.

«Plusieurs défenseurs des droits humains et journalistes ont été arrêtés et déclarés coupables », déclare Amnesty international. Elle parle notamment de Germain Rukuki, un ancien employé de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture au Burundi (ACAT-Burundi) et Nestor Nibitanga, un ancien employé de l’APRODH.   Le premier a été arrêté en juillet 2017 et déclaré coupable de plusieurs infractions, dont l’atteinte à la sûreté intérieure de l’État. Il a été condamné à 32 ans de prison. Le second a été aussi  déclaré coupable d’« atteinte à la sûreté intérieure de l’État » et condamné à cinq ans de prison en août 2018.  « Il était accusé d’avoir établi des rapports pour le compte de l’Association burundaise pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH) après que les autorités avaient ordonné la cessation des activités de l’organisation. »  

« Ils doivent être libérés sans conditions »

L’Amnesty international considère ces deux hommes et  les 4   journalistes  du Groupe de presse Iwacu  Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi  comme des prisonniers et prisonnières d’opinion. Ces derniers ont été arrêtés, rappelle cette organisation,   « alors qu’ils allaient couvrir des affrontements entre les forces de sécurité et un groupe armé dans la province de Bubanza ». Ils ont été déclarés coupables et condamnés « uniquement pour avoir exercé de manière pacifique leurs droits humains ».

« Ils doivent être remis en liberté immédiatement et sans condition  », estime Amnesty international, soulignant que « cela peut améliorer la situation des droits humains au Burundi ».

Pour rappel, dans son discours d’investiture, le président de la République du Burundi Evariste Ndayishimiye,  a  promis de bâtir le Burundi sur  des principes de bonne gouvernance, de respect et de protection des droits de la personne humaine. « Inutile de me le redemander comme on a habitude de le faire, c’est ma priorité », a  déclaré le successeur  de Pierre Nkurunziza.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 906 users online