http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Politique

Nkurunziza risque une victoire à la Pyrrhus

Imperturbable, Pierre Nkurunziza continue sa route vers le 3ème mandat. Un brin affaibli par le désistement de certains généraux, le mouvement du non pourrait s’essouffler. Eclairage.

Pierre Nkurunziza en campagne électorale de 2010 ©Iwacu

Pierre Nkurunziza en campagne électorale de 2010 ©Iwacu

Il y a deux mois, le camp dit des « frondeurs » semblait avoir le vent en poupe. Selon nos sources, quelques hautes personnalités membres du parti étaient à la tête du mouvement des frondeurs notamment, le 2ème vice-président, Gervais Rufyikiri, le président du Sénat, Gabriel Ntisezerana, de l’Assemblée nationale, Pie Ntavyohanyuma, le député Jérémie Ngendakumana…

D’après les infos que nous avons pu obtenir, à côté des militants civiles du CNDD-FDD, au moins 18 généraux soutenaient le mouvement du « non au troisième mandat. »

Mais la présidence aurait « approché » les généraux. Certains disent pudiquement « retournés » ou, plus crument, « achetés ». Le gros des généraux mécontents s’est alors désisté, affaiblissant du même coup le mouvement.

D’après nos sources, seuls trois généraux sont restés intraitables : les généraux Godefroid Niyombare, Jérémie Ntiranyibagira, Miburo, et Moïse Pasteur Nzeyimana.

Du côté des civils, le président du Sénat s’est un peu éloigné du mouvement des frondeurs. Seuls sont restés engagés M. Rufyikiri, M. Ntavyohanyuma, et Jérémie Ngendakumana. Ce dernier a tenté de rallier les anciens camarades de combat, et a approché les principaux généraux de l’ex FDD. Mais il s’est heurté à un refus catégorique. La rupture entre les généraux et les frondeurs était consommée.

Le groupe des opposants au troisième mandat, les quelques généraux et les personnalités civiles citées plus haut a alors décidé de passer à la vitesse supérieure. Il a fait circuler la pétition qui dit non au troisième mandat, chacun ciblant sa zone d’influence.

Jérémie Ngendakumana a apparemment rallié beaucoup de gens notamment des cadres originaires de Muramvya (sa circonscription d’origine), mais aussi, presque tous les conseillers principaux à l’Assemblée nationale, sous la bénédiction du président, ont signé la pétition. Quelques cadres de la 2ème vice-présidence ont signé mais globalement Gervais Rufyikiri aura moins de succès à Gitega où il n’a pas pu rallier beaucoup de signatures.

Selon des informations recoupées, aujourd’hui le 2ème vice-président Gervais Rufyikiri est à couteaux tirés avec le président Nkurunziza. « Seulement pour le virer, cela doit passer à l’Assemblée nationale. Or, le président, M. Pie Ntavyohanyuma, est du camp frondeur et pour virer ce dernier, il faut une saisine des 2/3 des députés, ce qui n’est pas gagné », assure notre source.

Les choses sont loin d’être simples. Pierre Nkurunziza, déterminé pour « son » troisième mandat n’a pas encore perdu la partie. « La défection de la plupart des généraux a brisé l’élan du mouvement », affirme encore notre source.

Une victoire même à la Pyrrhus…

Interrogé, un haut cadre dans un ministère opposé au troisième mandat mais non signataire de la pétition explique : « Le camp du non regroupe d’éléments très disparates pour faire un bloc homogène. Certains y sont effectivement par conviction, soucieux de l’alternance démocratique, d’autres par intérêt, suivisme ou fidélité à celui qui les a propulsés. »

Et notre informateur de craindre « un essoufflement » du mouvement. « La présidence met tous les moyens, comprenez bien : tous les moyens » et selon lui, « il n’est pas exclu d’entendre demain des signataires de la pétition revenir sur leur décision, jurant la main sur le cœur qu’ils ont été trompés », prédit encore le haut cadre du parti.

Ainsi, bon gré, mal gré, contre vents et marées le président briguera le 3ème mandat. Mieux, au niveau du parti, il semble avoir préparé son coup depuis longtemps avec le fameux « Conseil des Sages ». Un membre du CNDD-FDD proche des hautes sphères du parti souligne qu’en créant ce Conseil, il a inséré une disposition qui permet à celui-ci de prendre des décisions « sans passer par le congrès. »

Mais ce passage en force a déjà marqué le CNDD-FDD. A deux mois des élections, l’atmosphère est irrespirable au sein du parti, « la méfiance s’est installée, on ne sait pas qui est avec qui et ce climat déteindra forcément sur les résultats », regrettent plusieurs militants.

Silencieux dans ce tumulte, imperturbable, Pierre Nkurunziza lui poursuit son projet. Prêt à tout. Même une victoire à la Pyrrhus…

  20   Vos commentaires
  1. Kubwayo

    Ntituzimutora! C’est simple!

    • mahoro

      Ntimuzomutora alors que tout se joue à la CENI! Les généraux ont déjà proclamé la victoire avant même que les élections aient lieu!

  2. Jean

    Emwe yemwe, numvirije amakuru kuri RPA ce Lundi 30, Burikukiye du DD a Muyinga, ibiriko birakorwa n’abayoboke ba Peter, imbonerahafi. Ibara ryaguye au Rwanda, rirarwa ntagisivya au Burundi, abarundi ,amakungu basemerera. Uko vyama abanyagihugu ataco bazira barahasigara. Ariko Peter, abo bategetsi bajejwe umutekano bariko barafasha ,n’imbonerahafi ziwe niba umutima utariko urasimba muvyo bagamije, ntawe bafise. Ariko barahagirira ibibazo nta gisivya uko batavyibaza.

    • Jean,
      Kazima amajwi yiwe ahari azokenerwa umusi urizina. Ils disent manifester pour en tenant des propos divisionnistes d’une autre époque.
      Je le remercie pour cela car il a montré ce qu’ils concoctent aux burundais et au monde entier.
      Les participants l’on trouvé ridicule et ont été choqué par de tels propos tenus par un responsable de sont rang.
      Dire que ce qui ont dirigé le pays avant (donc les tutsi) sont responsables de la vie chère actuelle (peut être de l’incendie des marchés), il faut vraiment le faire.

      Wawundi binaniye ngo ikirago kiranyerera !!!!!

      Ridicule !!!

  3. IRAKOZE

    le Burundi devrait prendre exemple sur Paul Biya, cet homme a su trouver la bonne formule pour calmé un peuple d’au moins 250 ethnies. Sa formule est simple, chaque ethnie a une force et il a utilisé celà pour garder la paix dans son pays. Pour le Burundi, ont devrait a mon avis combattre d’abord la corruption comme au Botswana, ensuite mettre les personnes aux postes qu’ils desirent suivant leur merites et non leur filiation, de trois , notre pays ne peut pas avancé si nous avons pas une vision clair. Au rwanda par exemple Paul Kagamé a mis des etrangers a des postes clés, le pays ne peut pas tombé sur le plan économique, en Angola, DOS Santos a laissé les portuguais venir dans son pays pour evolué ensemble, partout où il y’a le développement, vous verrez qu’il y’a toujours coopérations. Il serrait intelligent pour Pierre Nkurunziza de laissé le pays, ce qu’il a pu faire, il l’a fait. Rien ne vas l’arrivé, s’il veut vraiment preservé la paix comme durant ces 10 ans, il faut qu’il quitte mais c’est pas une occasion pour que la société civile pose ces pions.

  4. Abiyingoma

    Il va falloir tout simplement demander au moment opportun, l’annulation des présidentielles de juin en cas d’introduction illégale de la candidature toxique de Nkurunziza. C’est une candidature qui viendrait fausser ou biaiser les résultats finaux des élections présidentielles qu’il les gagne ou les perd. No muri SPRINT(athlétisme), tout faux départ d’un compétiteur malin est toujours sanctionné par un autre qui annule le premier dans le but d’assurer à tout participant des résultats précis, transparents et légitimes. Alors, que les partis dans la course aux présidentielles les boycottent, si jamais Nkurunziza donne sa candidature, et s’il persiste, contestez les résultats sur toute la ligne parce qu’ils seraient illégaux!!!

  5. ça me renvoi à la fameuse blague de président et prisonnier.
    decidement Buyoya et Domitien sont sont plus démocrates que notre PF.
    on sait comment entrer au le palais présidentiel africain mais on ignore tjrs comment y sortir.

  6. IRAKOZE

    Un article intéressant que je vient de trouver sur jeune Afrique, les présidents africains et leurs niveaux d’études respective. Cliquer juste sur le lien, vous serrez surpris, hahhahah
    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150226144316/politique-ducation-formation-soci-t-application-kabila-ouattara-bouteflika-biya-quels-sont-les-dipl-mes-de-vos-pr-sidents.html

  7. Jean-Pierre

    Nkurunziza contrôle probablement son parti, mais l’opposition et la rue lui échappe. La police et l’armée est naturellement divisé et ce ne sont pas les généraux qu,on compte sur les doigts de la main qui comptent en cas de crise. Si les sous-officiers et les hommes de troupes refusent l’ordre, c’est la fin du régime. Les Ndakugarika et autres vont se terrer comme des rats. Je vois mal les ex-FAB s’immoler pour les corrompus de Nkurunziza. Les leurs ont été réduits à la mendicité à cause de la pauvrteté et les petits soldats et officiers subalternes sortis du maquis sont pauvres comme tout le monde. C’est ici où Nkurunziza doit faire attention. Lui et les siens, en pillant et en vivant dans un luxe insolent en face d’une misère sans nom que le peuple endure, ne peuvent pas s’immagine que quand ils mangent les autres deviennent rassasié. La rue le chassera comme un simple vulgaire et la libération de Rugurika était juste une répétition générale. Comme je l’ai toujours dis, les pays sont gouvernés à partir de la capitale. Si la majorité des imbonerakuzuru sont dans la ville de Bujumbura, il pourra maintenir son 3ème mandant de force. Mugabo bari ruguru bazosanga palais présidentiel iri occupé kera. Cela étant, il faut être malade pour penser que c’est possible de se maintenir dans des conditions pareilles.

  8. Habonimana Pierre Claver

    L’expression « victoire à la Pyrrhus » s’emploie pour désigner une victoire (généralement militaire) obtenue au prix de terribles pertes pour le vainqueur.

    L’expression est une allusion au roi Pyrrhus Ier d’Épire, dont l’armée souffrit de pertes irremplaçables quand il défit les Romains pendant sa guerre en Italie à la bataille d’Héraclée (sur la commune d’Héraclée de Lucanie) en 280 av. J.-C. et à celle d’Ausculum en 279 av. J.-C.

    Après cette bataille, Plutarque relate dans un rapport de Denys d’Halicarnasse :

    « Les armées se séparèrent ; et on raconte que Pyrrhus répondit à quelqu’un qui célébrait sa victoire que « encore une victoire comme celle-là et il serait complètement défait ». Il avait perdu une grande partie des forces qu’il avait amenées, et presque tous ses amis et principaux commandants ; il n’avait aucun moyen d’avoir de nouvelles recrues (…). Tandis que, comme une fontaine s’écoulant continuellement de la ville, le camp romain se remplissait rapidement et abondamment d’hommes frais, pas du tout abattus par la défaite, mais gagnant dans leur colère une nouvelle force et résolution pour continuer la guerre1. »

    À chaque victoire de Pyrrhus, les Romains perdaient plus d’hommes que lui mais ils pouvaient facilement recruter de nouveaux soldats ; leurs pertes affectaient donc beaucoup moins leur effort de guerre que celui de Pyrrhus.

  9. KABADUGARITSE

    Le « Conseil National pour la Défense de la Démocratie » – « Forces de Défense de la Démocratie »; où allons-nous et où va la Patrie? Ne me dites pas « DANS LE MUR »!

  10. Gervais Cishahayo

    Nkurunziza ne risque pas de victoire à la Pyrrhus car tous les dès ne sont pas encore jetés pour des raisons multiples notamment:
    1. Pierre Nkurunziza n’a pas encore officiellement déclaré sa candidature et se reserve une ultime fenêtre de sortie pour sauver la face le cas échéant;
    2. Le mouvement contestataire est difficile à évaluer étant donné une grande parti au sein de son parti qui se réfugient dans un silence dicté par des instincts d’auto-preservation et de ventriotisme ou une combinaison de ces facteurs;
    3. Le degré d’incertitude avec des possibilités de rebondissements imprévisibles inhérents à l’état d’âme profonde du murundi qui est toujours difficile à sonder;
    Ce qui est certain c’est que lui et ou son dauphin désigné (par lui ou son parti) risquent de payer cher les turbulences actuelles dont ils se seraient volontiers épargnés s’ils avaient privilégié la compétition électorale et l’ouverture de l’espace politique peuplé par une multitude de partis politiques dont la plupart ont une assise limitée lorsqu’ils n’exitent plus que sur le papier.

  11. Lony Mugisha

    Honte á lui.

  12. Sébastien Ntahongendera

    Umusi twohura n’Imana nofukama nkayisenga nti dukureko iyi ntwaro, canke naho nawe uze ngaha kwisi bagutware n’imisi nk’ibiri, maze wumvirize ingene bibabaza.

    • nziyimpa jimmy

      Iyintwaro nimibembe kuburundi nimwayikakaza bacabawira bamwe batize ngo nukwanka abahutu.

  13. Karabaye! Peter aremeye guhonyora amasezerano ya Arusha! Ni akagaye kweli ku barundi isinzi bitanze kugira ajeho, ni akagaye kandi ku bihugu vyitanze kugira démocratie igaruke mu Burundi. Buraca bugacana ayandi, igisabisho kirakora, Imana ntizokwemerako Nkurunziza n’akarwi barikumwe bata igihugu mu kaga!
    Continuer à prier pour lui afin qu’il prenne une décision salutaire pour lui et pour la nation!
    Je m’imagine ce que sera le pays avec Nkurunziza encore pendant 5 ans!

    • hat

      Si Nkurunziza se représente ,il sera réélu vue qu il est en connivence de tricherie avec la ceni mais il est probable que le pays devienne ingouvernable. La guerre est devant nous et puis on nous parlera de négociations qui aboutiront à immuniser tous les voleurs de la république, toute la clique autour du président, tous les genocidaires et que sais je. Et le tour sera joué. En passant, on empochera les perdiems de négociation que le pauvre peuple paiera et qui servira à ériger des villas pour les heureux négociateurs. Un éternel recommencement.

      • Baobab

        @hat
         » La guerre est devant nous et puis on nous parlera de négociations qui aboutiront à immuniser tous les voleurs de la république »
        « En passant, on empochera les perdiems de négociation que le pauvre peuple paiera et qui servira à ériger des villas pour les heureux négociateurs. »
        Le problème est que qui dit guerre, dit aussi casse! Donc s’il y a guerre il y aura d’abord casse de villas (avec énormément de dégâts collatéraux) érigées pour le moment; ensuite il y en a qui érigeront d’autres villas qui seront cassées par les suivants et le cercle vicieux continuera à l’infini!
        Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu?

        • Barundi barundikazi, nimusubize imitima yanyu munda. Iyo ndoto ya Mr.Peter na akarwi kiwe ntaho bazoshika mu migambi yabo mibi yo gusubiza abarundi mu ntwaro za agahotoro. Twariyamirije intwaro za agahotoro, si Mr. Peter na akarwi kiwe bazodusubiza muri izo ntwaro za agahotoro. Uburundi si Urwanda. Abarundi bamye barangwa na agatima ko gusabikanya. Ni murabe ukuntu basogokuru basangira mu gutwara uburundi. Nimba Mr Peter na abo bagenzi biwe ngo bazoshobora guhonyanga amategeko yose yigihugu cacu ivyo birabaraba kandi ingaruka yavyo bazobibona. Igisoda n’igiporisi vyaracanzwe. None Peter nako karwi kiwe barifatiye igisoda?? Erega Mr. na abagenzi biwe ntibafise amanyama gusumba ba Kaddafi na Sadam Houssein. Ko abarundi benshi, ba amoko yose bamaze kwerekana ko badasha iyo ntwaro ya agahotoro ni ico gikuru. Ngira mwarabonye ko abari mw’ibarabara igihe Bob Rugurika le journaliste yari apfunzwe bari abahutu benshi. Ni ukuvuga ko abo bahutu bama bitwaza ngo baje kubateza imbere nti babashaka. Nimba rero bagomba kurya ivyo bivye mu mutekano nibatubise akiri kare naho ahandi bazomera nka ba Sadam Hoessein, Kaddafi canke Laurent Bagbo. Imana ihezagire uburundi na abantu bose batoye kububamwo

Publicité