Mercredi 29 novembre 2023

Archives

Cibitoke : des jeunes arrêtés et accusés d’être des « rebelles » à la solde de l’opposition

Une commission d’enquête ou un outil de manipulation ?

Le bureau de l’Ombudsman va bientôt créer une commission chargée d’enquêter sur cinq jeunes qui disent avoir désertés les rangs d’une rébellion burundaise basée à l’Est de la RDC. Une initiative qui paraît étrange à certains.

L’ombudsman prend les choses en mains
Lundi 29 septembre, après-midi. L’ombudsman effectue une descente au cachot de la police de Cibitoke. Il va s’entretenir un à un avec les cinq détenus.
Cet entretien a pris une durée d’une heure. D’après Maître Jacqueline Rukuki, conseillère juridique de l’ombudsman, l’objectif de cette visite est de s’assurer que ces jeunes appartiennent à des mouvements rebelles mis en place par la coalition des partis politiques qui s’opposent au gouvernement.
Pour la juriste, cela ne signifie pas que ce dossier a été mis hors de la portée de la justice. Par contre, affirme-t-elle, ce dossier est tellement sensible que le bureau de l’ombudsman, en collaboration avec les instances judiciaires, doivent le traiter ensemble. Selon elle, l’ombudsman veut mener une enquête complète.
L’ombudsman burundais prévoit de mettre en place une commission qui « permettra de savoir si réellement ces détenus font partie des mouvements rebelles ou si ce sont des informations erronées. »
Le bureau de l’Ombudsman va créer une commission d’enquête, qui se rendra en RDC pour s’enquérir davantage de la situation ©Iwacu
Le bureau de l’Ombudsman va créer une commission d’enquête, qui se rendra en RDC pour s’enquérir davantage de la situation ©Iwacu

Le procureur de la République à Cibitoke, Jean Marie Nibigira, a indiqué que ces jeunes garçons ont accepté devant un OPJ qu’ils font partie d’une rébellion implantée en RDC, dirigée par le président du parti MSD, Alexis Sinduhije. Selon Jacqueline Rukuki, conseillère juridique de l’Ombudsman, une fois cette commission mise en place, l’ombudsman va effectuer une descente en RDC pour s’enquérir davantage de la situation et pouvoir vérifier toutes les données recueillies.

Me Rukuki indique que la justice et l’Ombudsman sont deux institutions différentes et toutes indépendantes. Elle précise que toutes les deux ont le droit de traiter de telles questions.
Dans tous les cas, cette initiative de l’Ombudsman est étonnante. Il y a quelques mois, les médias et les organisations de la société civile ont parlé d’une probable présence de jeunes burundais, des Imbonerakure pour certains, en formation paramilitaire en RDC. Ils ont même demandé des enquêtes à ce sujet, en vain. Le gouvernement burundais, appuyé par Kinshasa, a toujours opposé un démenti à ces allégations sans preuves, en rejetant toute enquête. Une position soutenue par le parti présidentiel le Cndd-Fdd.

Pourquoi maintenant ?

Mais alors, pourquoi l’Ombudsman veut-il faire des enquêtes aujourd’hui, alors que le gouvernement et le Cndd-Fdd les ont toujours rejetées ? « Sur cette question de la présence des Imbonerakure en RDC, le gouvernement, le Cndd-Fdd et l’Ombudsman sont une même entité. S’ils ont dit non à une enquête, pourquoi le bureau de l’Ombudsman décide-t-il d’en faire une aujourd’hui », se demande Léonce Nduwimana, président de l’ADC-Ikibiri. En effet, l’institution de l’Ombudsman est peut-être indépendante, mais son patron est numéro 2 du conseil des sages, qui pilote le Cndd-Fdd. Enfin, quelle que soit la bonne foi du médiateur burundais, qu’il décide de réagir après l’arrestation de cinq jeunes, supposés appartenir à une rébellion de l’opposition ne peut pas être qu’une simple coïncidence. Car cette bonne foi ne concerne apparemment pas les allégations des centaines de jeunes burundais, des Imbonerakure semble-t-il, en formation paramilitaire en RDC. Et l’opposition n’aurait pas tort de craindre que ces allégations lui soient mises sur le dos.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. We Kazivyi icegeranyo cabahitanwe naba DD kizotangwa intwaro yabo tuyisezeye kuko kuva muri 1993 bica gushika nubu.

    Ciao

  2. Amédé

    Ariko utwo twana nitwo mwita abarwanyi?

  3. Mthukuzi

    Avec cette sortie qui fait suite à la condamnation de Ngendakumana qui, lui-même avait tenu des propos encore plus ridicules, la politique de notre pays vient d’atteindre un niveau record de bassesse. Il est vrai que la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a, mais je refuse de croire que ces gens-là représentent ce que mon pays a de mieux.

  4. NDAYAHUNDWA PIERRE

    Ce Gouvernement est extraordinaire. Il infantilise tout le monde croyant que les Burundais sont sourds, aveugles et surtout n’ont pas de cerveau pour réfléchir et interpréter. Sinon, on voit très bien qu’une fois de plus ce coup est fomenté par la Documentation pour discréditer l’opposition. Le ridicule ne tue pas….! Demain ces innocents vont être mis en tôle, condamnés probablement à perpétuité comme l’ont été les jeunes du MSD après quelques heures seulement de procès. Après, le CNDD-FDD recommencera sa chanson nous racontant que la Justice burundaise est indépendante. Iyaba bwari buze umwe buba ari ikindi…! Le ridicule ne tue pas…..!!!

  5. Busorongo

    Nduwimana LEONCE!!!!
    Nervosite!
    Muza guhinyuka!
    Erega Ombudsman akorera mu Burundi. Kndi abo bafashwe bari mu Burundi. Kumutuma muri Congo ni ukugorana. muzomubwire aho bari mu Burundi hanyuma mumurungikeyo gutohoza murabe ko atazogenda.Mbere ntibagiye mwebwe nyene mwarerekanye neza ko ivyo muri congo yari amahinyu gusa. Mwaratubwiye mbere nabashaka kubasuka. Mwaratweretse ko nabo INTAMA yavuze ko bapfiriyeyo bose bari bakomeye kandi batigeze bajayo kwiga kugwana. Ubu naho mushaka iki?

    • Cndd-Fdd Mpinga yanje

      Eka uri Busorongo nyene. Sha ntihagire umu dd azubahuka gusubira gutuka intwaro za kera (Uprona et Frodebu). Murazopfuma mutuka intwaro tutarabona muti njanye na twebwe tubica kamwe kamwe!

      • KiKi

        Le problème c’est qu’il y a des gens qui ont élu un groupe d’individus se réclamant « défenseurs de la démocratie», donc de l’éthnie majoritaire Hutu. On voulait une démocratie dans un contexte où la minorité a conquis le pouvoir par la force, et on avait espéré qu’eux, la majorité, seraient différents. Une fois le pouvoir conquis, l’horreur a été de constater qu’ils ne sont pas non plus démocrates, ni défenseurs de cette démocratie acquise avec le sang des innocents, ni défenseurs des droits de l’homme les plus élementaires, ils s’en sacrent. La démocratie était un prétexte, ils voulaient et sont venus faire comme la minorité. Je pleure dans mon âme.

        • Kazivyi

          Je ne comprends pas ces gens qui s’acharnent sur les commentaires des autres avec des comparaison bidon?? mbe iyo comparaison des morts tuées par DD et Upronistes, mbe abo bazana izo comparaison bafise ubwenge?? Voir les chiffres dans les livres d’histoire ou les reportages, La tragedie de 1972, plus de 300.000 milles personne morts, Ntega Marangara, plus de 80.000 milles morts, la guerre civile de 1993-2003 plus de300.00 milles morts. Est-ce qu’il quelque qui peut nous donner les chiffres exactes que les DD ont tués??? Ce chiffre va nous aider à juger. Merci

          • Stan Siyomana

            @Kazivyi: « Ce chiffre va nous aider a juger »
            Au 21 eme siècle, CE CHIFFRE DEVRAIT ETRE ZERO si reellement le pouvoir du parti CNDD-FDD veut se distinguer des regimes passes sous lesquels LES BARBARIES DE 1972 ET 1993 ONT ETE COMMISES.
            Merci.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le « grenier du savoir » n’attire plus

Plus d’engouement à l’Université du Burundi, vivier de futurs cadres. Peu de candidats se sont fait inscrire alors qu’un communiqué appelant les lauréats de l’examen d’Etat éditions 2022 et 2023 a été largement diffusé. Le ministère l’Education nationale et de (…)

Online Users

Total 3 075 users online