Mardi 21 septembre 2021

Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de ce mardi 26 septembre 2017 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

[wonderplugin_audio id="325"]
26/09/2017 Edition : Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de ce mardi 26 septembre 2017 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

• L’Iwacu web radio souffle sa première bougie. Le 26 septembre, jour pour jour débutait l’aventure d’offrir aux abonnés d’Iwacu ainsi qu’à tous ceux qui ont soif d’information le journal parlé en Kirundi. Une année après, 16558 abonnés reçoivent le journal sur leur téléphone whatsapp. D’autres l’écoutent sur le site.

La rédaction Iwacu web radio

Certains des abonnés contactés se disent satisfaits par les informations reçues. Ils demandent aux autorités du Groupe de Presse Iwacu qu’une radio soit ouverte et entendue sur tout le territoire burundais, pour que toute la population ait accès à l’information.

Le directeur du Groupe de Presse Iwacu, Antoine Kaburahe en tournée au Canada exprime sa satisfaction. Le succès du web radio est surement lié au professionnalisme d’Iwacu. Il assure que tout sera fait pour que ceux qui suivent Iwacu puissent avoir accès à l’information sur tous les supports possibles. Web radio, web TV, presse écrite, newsletter,…

• Les réfugiés burundais qui sont dans le camp de Lusenda, en République démocratique du Congo se disent inquiets. En cause, la ville de Mboko, située à 12 kilomètre qui a été encerclée par les rebelles Mai Mai Ya Kutumba. Ces réfugiés craignent que l’insécurité dans cette localité ne serve de prétexte pour pénétrer dans ce camp et commettre des forfaits. « D’ailleurs, les agents du service de renseignement burundais ont récemment été trouvés dans ce camp. » Ils demandent qu’ils soient transférés vers d’autres localités plus sécurisées.

• « L’insuffisance du matériel et des médecins spécialistes : Ce sont les défis liés au secteur de la santé cardio-vasculaire au Burundi. » Cela est reconnu par le président de la société burundaise des cardiologues, le docteur Marc Nimburanira. Il fait savoir que ces défis font que certains patients sont obligés d’aller se faire soigner à l’étranger.

Le ministère de la Santé admet que le cœur est le parent pauvre de la santé au Burundi. Cela est dû au fait que le gouvernement se penche plus sur les maladies pouvant décimer rapidement la population. Il promet néanmoins qu’une campagne de dépistage sera menée sur l’étendue du territoire pour dénombrer les patients cardiaques.
C’est à l’occasion de la journée internationale du Cœur.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.