Dimanche 07 mars 2021

Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de ce mardi 13 février 2018 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

13/02/2018 Edition : Amandine Inarukundo Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de ce mardi 13 février 2018 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

• Le marché de Rumonge a été fermé jusqu’à 10h le matin de ce mardi. Les marchands de cette localité indiquent avoir reçu l’ordre de présenter le récépissé d’inscription au rôle d’électeur pour entrer dans ce marché. C’est au moment où le marché de Rumonge ouvre normalement ses portes à partir de 6h du matin. L’administrateur de Rumonge conteste néanmoins avoir donné cet ordre.

• La commission électorale nationale indépendante, CENI annonce que 2.505.829 se sont déjà inscrits au rôle d’électeurs durant ces 5 jours depuis le début de l’enrôlement pour le référendum constitutionnel et les élections de 2020. Pierre Claver Ndayicariye, Président de la CENI appelle les administratifs à la sensibilisation de la population, la CENI ayant prévu d’enregistrer plus de 4 millions d’électeurs. Il ajoute que l’enrôlement est volontaire et non obligatoire

• La police burundaise affirme qu’une soixantaine de rebelles du mouvement armé congolais Maï-Maï ont demandé refuge au Burundi lors des récents combats qui ont opposés les FARDC à ce mouvement. Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de la sécurité Publique indique que ces rebelles ont été extradés pour être jugés par la justice congolaise.
Pierre Nkurikiye porte-parole du ministère de la sécurité publique l’a déclaré ce lundi lors de la présentation de la situation sécuritaire du mois de janvier. D’après Pierre Nkurikiye, la sécurité a été bonne durant cette période.

• Certains politiciens indiquent que la crise persiste au Burundi parce que certaines personnes à l’origine des crimes qui ont été commis persistent dans la négation et certains veulent rabattre la faute sur les autres. Ces politiciens ne voient pas ce qui manque pour que les leaders politiques assoient ensemble pour régler cette crise une fois pour toute. C’est lors d’un atelier organisé ce mardi par la commission vérité et réconciliation à l’intention de ces deux parties pour déterminer la responsabilité de chacun dans la crise.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.