Culture

Un livre, un choc

26/04/2019 La Rédaction Commentaires fermés sur Un livre, un choc

Dans moins de deux semaines sort « Hutsi, au nom de tous les sangs », le dernier livre d’Antoine Kaburahe. Le journaliste Jean François Bastin l’a lu en primeur pour vous.

Par Jean-François Bastin*

Ce livre m’a foudroyé. J’ai lu tout ce qu’Antoine a écrit depuis La mémoire blessée en 2002, j’ai souvent cité ses éditoriaux lorsque je donnais cours de journalisme à Bujumbura, on a même signé un livre commun, on s’est vus dans les pires et les plus beaux moments, quand on croyait encore à la Lune, qu’on se filait des tuyaux, qu’on refaisait le monde, le journalisme et le Burundi, mais lorsque j’ai découvert ce manuscrit, je suis resté interdit. C’était trop. Trop d’émotion, trop de vérité, trop de cruauté, trop de beauté.

J’ai découvert un écrivain, Antoine Kaburahe, j’ai découvert un héros, Aloys Niyoyita, et les deux ne faisaient qu’un, l’histoire de l’un devenait l’œuvre de l’autre, le journalisme devenait littérature. Car quand je dis « héros », c’est au sens littéraire du terme. Aloys est tout simplement le personnage central du livre, écrit à la première personne.

Antoine emploie le « je » pour raconter l’histoire d’Aloys. Et c’est pour nous, pour la plupart d’entre nous, un choc : nous ne connaissions pas Aloys, nous ne voyions que ses tresses, son sourire, sa légèreté, sa désinvolture, nous ignorions qu’il était un orphelin de 72, que sa famille avait été broyée par ce drame, qu’il était un miraculé. Nous ne savions pas qu’il était un « hutsi » : lui aussi, comme tant d’autres. Tellement burundais en somme. Si Antoine a choisi de le raconter, c’est justement parce qu’il a compris que son histoire était la sienne, celle de l’immense majorité des Barundi, et qu’il fallait sortir du cycle infernal des vengeances, que la haine n’était jamais qu’un pis-aller.

Jamais une solution. Mais rien de théorique dans ce livre, pas de grands principes, pas de beaux discours, rien que la vie, les jours, les pleurs rentrés, le dévouement, l’abnégation, la réussite des uns, l’usure des autres, la vie et la mort comme compagnes de chacun, de chacune, mère, sœurs, frères. Et cette incompréhensible déchirure de la société burundaise, tant de fois rapiécée mais toujours fragile. Quand vous lirez ce livre, vous ne pourrez plus vous en détacher, comme en témoigne Gaël Faye dans sa puissante préface : « Je l’ai lu d’une traite. Le coeur lourd, les larmes aux yeux. Pourtant, en refermant cette histoire, je me suis laissé envahir par l’espérance qui traverse les pages de ce livre. » Les dernières lignes signées par l’auteur de Petit pays sont lumineuses, il fait écho à la fin du texte d’Antoine qui se confond avec la vie d’Aloys, qui mêle le passé et le présent, la disparition de Robert Kanyarushatsi, le père d’Aloys, en 1972 et la disparition de Rodrigue Nzeyimana en 2018, victimes dissemblables de la même malédiction  : « Chers lecteurs, je vous invite à prononcer à voix haute ces deux noms: Robert Kanyarushatsi et Rodrigue Nzeyimana. Deux vies en miroir, deux vies évaporées dans les fosses de l’oubli. Répétez ces noms – comme des milliers d’autres – autant de fois que vous pourrez, faites-les rouler sur votre langue, attardez-vous sur leurs sonorités, encore et encore. Rendez-les à la vie. Ainsi nous comblerons progressivement la part manquante de notre Histoire. »

Certes notre cœur est lourd, comme celui de Gaël Faye, mais reconnaissons aux assassins de la démocratie d’avoir au moins fait cela : donner la force de témoigner, susciter des œuvres, faire naître des écrivains, tisser des liens profonds, révéler tant de gens à eux-mêmes. Contre cela, malgré leur rage destructrice, ils ne pourront rien.


Réservez déjà votre livre, il vous sera envoyé dès la sortie


Virement bancairePaypal


Jean-François Bastin*

*Jean-François Bastin a travaillé à la RTBF (télévision Belge) pendant plus de 28 ans en tant que journaliste et réalisateur de documentaires dont: « Maréchal revoilà ! », « Le rêve évanoui », « La dernière carte », « Notre ami Mobutu », « Missionnaire chez les Blancs », « Indépendance cha cha », « Regards sur guerre », etc. Jean-François Bastin a couvert de nombreux conflits africains dont ceux du Rwanda et du Burundi. Il a pris ensuite une retraite anticipé en 2004, pour se mettre au service des médias burundais, publics et privés, dans le contexte de la démocratisation. Il a signé avec Antoine Kaburahe le livre « Cinq ans d’éditoriaux & réflexions (2008-2013) » paru aux Editions Iwacu.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Gaël Faye, l'auteur de "Petit pays" est tombé sous le charme

« Antoine Kaburahe, qui s’occupe de la traduction en Kirundi de mon roman « Petit Pays », m’a envoyé ce texte qu’il venait d’achever: « Hutsi, au nom de tous les sangs ». Je l’ai lu d’une traite. Le coeur lourd, les larmes aux yeux. Pourtant, en refermant cette histoire, je me suis laissé envahir par l’espérance qui traverse les pages de ce livre. Je dis bien l’espérance et non pas l’espoir. L’espérance est un sentiment plus profond. Contrairement à l’espoir, elle n’est pas influencée par les évènements. Elle est une donnée de l’âme, un absolu ancré en soi. Le destin d'Aloys diffuse ce sentiment tant il est question de courage, d’abnégation, de tolérance, d’amitié et d’amour. Je remercie Antoine de faire exister son histoire par écrit. » Gael Faye, extrait de la préface

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Sire, que votre volonté soit faite

Guibert Mbonimpa Commentaires fermés sur Sire, que votre volonté soit faite

Des monuments officiels sur lesquels figurent l’inscription « Imana, Umwami, Burundi » (Dieu, Roi, Burundi) pullulent sur l’étendue du territoire national. Ces mots le disputent à « Unité, Travail, Progrès », la devise de la République du Burundi. Au dire du porte-parole (…)

Online Users

Total 238 users online