http://www.iwacu-burundi.org/ue-afrique-un-avenir-commun-2/
Éducation

Rumonge : une année de prison ferme pour gribouillage

19-07-2016

Sept élèves sont accusés d’avoir maculé la photo du chef de l’Etat. Le ministère public a requis un emprisonnement d’une année et une amande de 50 mille Fbu pour chacun.

Les parents donnent la nourriture aux jeunes incarcérés après l'audience

Les parents donnent la nourriture aux jeunes incarcérés après l’audience

Le tribunal de grande instance de Rumonge a siégé mercredi 13 juillet, dans les locaux du centre de réhabilitation des mineurs en conflit avec la loi de Rumonge. Il a entendu 7 élèves du lycée Rumonge et du lycée communal Cashi en commune de Bugarama accusés d’avoir gribouillé la photo du président Pierre Nkurunziza.

Les élèves qui ont comparu sont détenus pour le moment au centre de rééducation des mineurs en conflit avec la loi de Rumonge.

Tous ces élèves qui étaient assistés par trois avocats ont plaidé non coupables. Ils ont dit qu’ils ont trouvé la photo du président déjà gribouillé. Les avocats de la défense ont demandé au ministère de montrer la responsabilité de chaque élève dans ce dossier car elle est personnelle.

Gribouillage réprimé par le règlement scolaire

Leurs avocats ont indiqué à la cour que normalement le gribouillage d’un manuel scolaire est réprimé par le règlement scolaire.

Selon l’officier du ministère public, ces élèves sont responsables car ils étaient en possession de ces livres. En plus, a-t-il poursuivi, ils n’ont pas informé la direction ou le bibliothécaire que la photo du président était barbouillée lors de la réception de ces livres.

En plus, il a précisé qu’ils sont poursuivis pour outrage au chef de l’Etat. Il est puni par l’article 379 du code pénal qui les condamne à une peine d’une année d’emprisonnent ferme pour chaque élève et à une amende de 50 mille francs bu.

Les avocats de la défense ont indiqué que le ministère public n’a pas pu montrer clairement la responsabilité pénale de chaque élève en précisant le rôle qu’a joué chaque élève dans ce dossier. Comme le doute profite au prévenu, le tribunal devrait les libérer.

Les parents des élèves détenus ont gardé l’espoir que leurs enfants vont être libérés et rejoindre les bancs de l’école.

Ils ont remercié les associations Fenadeb, celle des femmes juristes du Burundi (Afjb) et l’Observatoire Ineza des droits de l’enfant au Burundi qui ont offert une assistance judiciaire à ces élèves en leur octroyant des avocats.

Rappelons que vers mi-juin, la police a arrêté 26 élèves accusés d’avoir gribouillé la photo du chef de l’Etat Burundi dont 16 du lycée de Rumonge, 8 du lycée de Cashi en commune de Bugarama et 2 du Lycée de Muzenga en commune de Buyengero.

Le parquet de Rumonge a libéré 7 élèves parce qu’ils n’avaient pas l’âge de la responsabilité pénale et en date du 28 juin, le parquet a octroyé une libération conditionnelle à 12 élèves et les 7 qui restent en détention ont comparu aujourd’hui devant le tribunal.

« Mettre en avant l’intérêt supérieur de l’enfant »

Les défenseurs des droits de l’homme demandent à la justice de mettre en avant l’intérêt supérieur de l’enfant dans toute décision et de s’appuyer sur les textes nationaux et internationaux relatifs au droit de l’enfant.

  3   Vos commentaires
  1. roger crettol

    Qu’y a-t-il de plus sacré que l’honneur de son Excellence votre Président ? Heureusement que la Justice sait faire son travail, et que l’ébréchure a pu être réparée. On a craint un moment que ce ne soit plus possible … mais non, ouf, on l’a échappé belle !

    Et on l’appellera dorénavant de plein droit Son Immaculée Excellence – c’est la moindre des choses.

    JerryCan

  2. Myba

    Nyakubahwa Nyina w ‘abarundi ,burya urwo rwaruka rushira mungiro indero ruhabwa ,ivyo bakora ndizera ko bitavutse babigira .iyo umuvyeyi atuka umwana nawe ico gitutsi agituka abandi iyo amaze kumenya kuvuga.muhava muba nka wamwarimu akubita umwana ngo yobewe kandi nawe stamwigishije.burya kandi ico uteye nico wamura,impyizi y ‘I ntama itendera nka se.bababazije umufyumya bati urarura wa mufyimya nawo uti reka ndure nakuriye munsi y ‘umururazi.burya urwaruka nitwo rurya igiturire gushika aho uburundi buba ubwambere kwisi?burya urwaruka nirwo rwagize uburundi uko buri?ndibaza bakurikiza akarorero kava kibavyeyi.mwohindura umukenyuro nabo ndazi ko baca bakurikira ivyabavyeyi bakora.ntutube nk’ayantama ikanurira umufashi ,umukerezi ari ho.it is better to preach what you believe.

  3. KABADUGARITSE

    Muri Sentare abacamaza ntibubatse? Ntibibarutse? Bitar’uko naho, Abarezi n’Abavyeyi bagiye hehe !!!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité