Politique

Avril 1972, un contexte politique propice à la répression

29/04/2013 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Avril 1972, un contexte politique propice à la répression

Un président faible, entouré par des ultras régionalistes tutsi. Un massacre contre les Tutsi. Marc Manirakiza explique le contexte de l’emballement de la machine répressive.

Marc Manirakiza: "La répression a été sauvage, disproportionnée" ©Iwacu
Marc Manirakiza: “La répression a été sauvage, disproportionnée” ©Iwacu

Les événements de 1972 débutent dans un climat un peu délétère, une ambiance de complots. Février 1972, plusieurs personnalités tutsi originaires de Muramvya avaient été condamnés à mort, puis graciés in extremis.

Le montage était grossier, un jeune procureur, Léonard Nduwayo, entrera dans l’histoire en refusant de condamner les innocents. Quand les massacres commencent à Rumonge, Marc Manirakiza, un des « comploteurs » était détenu dans la prison de Rutana. Le président Micombero avait commué la condamnation à mort en réclusion criminelle.

Suite au procès des gens de Muramvya, les rapports entre les Tutsi étaient exécrables. Ntare V avait été arrêté. Le régionalisme à son paroxysme. Sur climat politique pourri, Marc Manirakiza analyse : « Oui, le climat politique était mauvais, on sentait qu’il y avait quelque chose en l’air, une crise diffuse, des rumeurs persistantes d’attaque. Micombero a limogé son gouvernement. Est-ce qu’il avait soupçonné des membres de son gouvernement ? Voulait-il un nouveau gouvernement avec des hommes de confiance ? Micombero aurait était très bien informé, il aurait laissé faire pour frapper ensuite. On ne saura jamais.  Mais toujours est-il que le soir même des attaques ont eu lieu.»

Le gouvernement limogé, le pouvoir va se retrouver dans les mains d’un petit cercle. Marc Manirakiza est très critique envers l’entourage de Micombero : «  Il y avait des hommes très régionalistes autour du président, les Simbananiye, Rwuri, Shibura, Minani,etc. »

Quid des Hutu ? Pour l’ancien ministre Manirakiza, « les Hutu assistaient de loin à ce déchirement entre les Tutsi. Mais il faut dire aussi que les Hutu étaient frustrés par les condamnations à mort de quelques officiers hutu, accusés de complot contre l’Etat. Ils disaient que nous ( les comploteurs de Muramvya) nous avions eu au moins la chance de voir notre exécution commuée en réclusion à vie, bref, une sorte de deux poids deux mésure »

Au soir du 29 avril il souffle sur le Burundi un très mauvais climat politique. Mais sur le plan sécuritaire, le calme règne. A Rumonge les massacres commencent (lire pages…), mais la situation est vite maîtrisée. C’est alors qu’une terrible répression s’abat non pas sur les zones du sud mais sur tout le pays. Jusque dans les prisons. Marc Manirakiza se souvient. « Nous sommes donc en prison, nous ne savons pas vraiment ce qui se passe à l’extérieur. Pourtant, des gens sont venus dans la prison de Rutana ramasser tous nos compagnons d’infortune hutu. Ils ont été tués. Ils n’avaient rien fait. Ne savaient rien. »

C’était une répression aveugle : « Tout hutu instruit y passait », témoigne encore Marc Manirakiza.

L’homme a été très marqué par ce qu’il a vu. Les purges ont affecté tout le pays. Le Burundi sera marqué, à vie : « Je crois que les purges de 72 ont crée une terrible déchirure dans le tissu national. Les gens étaient traumatisés. Sur le plan économique, administratif, c’était une catastrophe, tellement de fonctionnaires avaient été tués. »

Le Plan Simbananiye ?

Plusieurs témoignages évoquent un plan Simbananiye, conçu par l’ancien homme fort du régime Micombero pour exterminer les Hutu. Marc Manirakiza a beaucoup réfléchi à la question. Il a une autre interprétation :« Je n’ai jamais vu un tel document, écrit, structuré. Mais ce qui est sûr c’était l’impunité totale pour tuer un Hutu. Un Tutsi qui tuait un Hutu ne risquait rien. On peut appeler cela comme on veut mais telle était la réalité.

L’autre question qui hante l’opinion est le silence. Comment se fait-il que des milliers de gens soient tués, apparemment au vu et au su de tous, de la puissante Eglise catholique notamment. Réservé, Marc Manirakiza, reconnaît que l’Eglise catholique a été « un peu timide ». Sur la proximité de l’évêque de Bujumbura de l’époque, Mgr Ntuyahaga, avec le régime, l’ancien ministre « ne souhaite pas parler contre une personne décédée », mais reconnaît que « Ntuyahaga était proche de Micombero et que sa protestation a été très timide ». Tous les historiens dénoncent en fait une Eglise « du silence. »

Marc Manirakiza, retraité de l’ONU passe son temps à écrire. Condamné à mort, dans un complot fabriqué de toutes pièces, à Mpimba, dans l’attente de son exécution, il a reçu l’extrême onction et pris le dernier repas du condamné. « Les Bulldozers avaient déjà creusé une fosse commune sur la route de l’aéroport .» Cette épisode l’a beaucoup marqué. « Je ne souhaite à personne ce que j’ai vécu » , dit-il avec une douce voix. Sur la tragédie de 72, pour laquelle « nous payons encore », Marc Manirakiza est clair. Les responsabilités doivent être dégagés : « les Hutu ont attaqué sauvagement les Tutsi dans le sud. C’est un fait. Mais la répression a été sauvage, disproportionnée, jusque dans les régions qui n’étaient pas concernées par les massacres. » Interrogé sur sa sérénité, malgré les épreuves, Marc Manirakiza explique que c’est le pardon qui l’a sauvé : « Quand on ne pardonne pas , la haine, le ressentiment vous pourrit la vie, vous ronge, moi j’ai décidé de tourner la page. Cela m’a permis de tenir ». Il prêt à témoigner devant la Commission Vérité et Réconciliation, pour que « les Burundais puissent vraiment se réconcilier. »

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

400 utilisateurs en ligne