Politique

« Winner takes all »

30/06/2020 Egide Nikiza Commentaires fermés sur « Winner takes all »
« Winner takes all »
Après la prestation de serment au Palais des congrès de Kigobe, les 15 membres du gouvernement posent avec le trio à la tête de l'exécutif burundais.

Le Cndd-Fdd va pratiquement gouverner seul. C’est ce qui saute aux yeux au vu du nouveau gouvernement. L’exécutif burundais a été formé à l’aune de la règle du «Winner takes all ». Un seul parti gouverne, les quelques « outsiders » ne pèsent pas lourd. Par *Egide NIKIZA

Un seul parti va décider seul en Conseil des ministres. Certes, on peut signaler la présence du  président du parti pour l’indépendance économique du Burundi (Piebu), une formation politique carrément absente sur l’échiquier politique, propulsé ministre des Infrastructures, de l’Equipement et des Logements sociaux et une autre illustre inconnue, la représentante de la communauté « Batwa » qui hérite du portefeuille de la solidarité. Mais il ne faut pas être un grand analyste politique pour se rendre compte que ces deux-là ne pèsent rien. «  Juste pour le décor », disait un homme politique burundais.

En passant,  rappelons qu’il n’y a aucune entorse aux textes légaux. En effet, contrairement aux dispositions de la Constitution de 2005, la nouvelle autorise le parti qui obtient 50% des sièges aux législatives d’envoyer au gouvernement l’ensemble des ministres.

Pourtant, dans son discours d’investiture le 18 juin, le président de la République, avait  fait explicitement la volonté « d’associer d’autres personnalités qui ne sont pas de son parti. » Au stade Ingoma donc, le Général-Major Evariste Ndayishimiye avait déclaré avoir été  ébloui par les programmes de ses concurrents au poste de président de la République à la présidentielle du 20 mai et qu’il envisageait même de les impliquer dans ses chantiers :

«Je voudrais également remercier tous les autres candidats présidentiels car certains de leurs projets ne seront pas jetés aux oubliettes. Qu’ils ne soient pas étonnés si demain ils sont sollicité pour apporter leur pierre à l’édifice car je ne doute pas qu’ils aspirent tous à un Burundi digne et prospère. Ne doutez pas, Ensemble nous y arriverons », a déclaré le successeur du « Guide suprême » devant le peuple et le monde entier au Stade Ingoma.

Pas de voix dissonante à l’exécutif

Aujourd’hui, force est de constater que parmi les 15 membres du nouveau gouvernement, aucun n’est de l’opposition. Encore plus, le nouveau locataire du Palais de Kiriri n’a associé aucun des 6 candidats malheureux à la magistrature suprême.

Le nouveau ministre de la Défense vêtu aux couleurs du Cndd-Fdd lors de la campagne électorale sur la colline Kigaga, commune Ntega de la province Kirundo, le 14 mai dernier.

Parmi les personnalités nommées, certains ne se reconnaissent pas officiellement dans des partis politiques. Mais là encore c’est à prendre avec des pincettes. Le Général Gervais Ndirakobuca alias « Ndakugarika » promu au poste de ministre de l’Intérieur, du développement communautaire et de la Sécurité publique est l’un des hauts gradés de la Police Nationale. Membre des corps de sécurité tout comme le premier ministre, il ne lui est pas permis d’afficher son appartenance politique.

Néanmoins ancien frère d’arme des deux Généraux « têtes » de l’exécutif  au sein du Cndd-Fdd, plus d’un pensent, à tort ou à raison, que celui dont la charge cumule les portefeuilles qui revenaient à trois ministres dans le gouvernement sortant, pencherait (naturellement) pour le parti tenu par ses camarades.

De son côté, l’ancien gouverneur de Kirundo nommé ministre de la Défense, Alain-Tribert Mutabazi est un Mugumyabanga actif du Cndd-Fdd.

La nouvelle Constitution n’impose plus le gouvernement de coalition. Le Président Ndayishimiye et son Premier ministre sont en droit de faire un tel gouvernement. Mais la même Constitution permet toujours  au vainqueur  d’associer d’autres forces politiques,  de construire sur l’inclusion que l’exclusion.

Dans un pays blessé comme le Burundi, une telle configuration est gage d’apaisement.Ceci n’est pas une vue de l’esprit. Souvenez-vous, le président Melchior Ndadaye a confié la primature dans son gouvernement du 10 juillet 1993 à un membre de l’opposition. En plus, 4 partis faisaient partie de son équipe : son parti le Frodebu avec 14 membres, l’Uprona, 3 membres  et un membre pour le PP et le RPB, partis qui avaient battu campagne à ses côtés.

Le président Ndadaye avait aussi associé deux militaires, le lieutenant-colonel Charles Ntakije, ministre de la Défense  et le lieutenant-colonel Lazare Gakoryo nommé secrétaire d’Etat au ministère de la Défense chargé de la sécurité publique.

Lors de son investiture, le président “Neva” avait dit que  ‘‘c’est dans l’union que sera notre force’’.Certains y ont cru. Mais il paraît qu’en politique les promesses n’engagent que ceux qui y croient…


Diplômé en sociologie, Egide Nikiza est journaliste depuis 2016 à Iwacu où il est chef de service web, et blogueur chez Yaga. Actuellement en formation en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (France)

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 346 users online