Sécurité

Vers l’éradication des groupes armés à l’est de la RDC ?

21/10/2019 Agnès Ndirubusa Commentaires fermés sur Vers l’éradication des groupes armés à l’est de la RDC ?
Vers l’éradication des groupes armés à l’est de la RDC ?
Les armées de la région prêtes à en découdre avec les groupes armés basés au Kivu, en RDC.

Dans un document qui a fuité, le chef d’État-Major général des FARDC invite son homologue burundais à une réunion à Goma. Objectif : établir une coalition régionale qui réunit le Burundi, le Rwanda, l’Ouganda et la RDC afin d’éradiquer définitivement les groupes armés qui sévissent à l’est de ce pays.

« Il s’agit d’un document classifié secret défense qui ne devait pas tomber dans les mains des civiles, » déclare un haut gradé de l’armée burundaise. Il évoque une fuite inopportune.

La République démocratique du Congo appelle en renfort les armées des pays voisins, « ses partenaires,» peut-on lire sur le document signé par le chef d’Etat-Major congolais, le général Célestin Mbala Munsense qui parle d’un Etat-Major intégré.

Ils ont en tout six mois pour neutraliser les poches actives ou dormantes des groupes armés étrangers et congolais tout en sécurisant les agglomérations et les axes vitaux.

Les opérations devraient débuter le 15 novembre 2019 par l’installation des armées étrangères. Elles devraient prendre fin mi-mai de l’année prochaine par la stabilisation de la région et le désengagement des contingents partenaires.

Les quatre pays vont aider les Forces armées de la RDC en échange d’informations, en appui en renseignements, en appui en unités des forces spéciales sans oublier le contrôle de la frontière terrestre et lacustre.
Ce document précise aussi qu’Africom (le Commandement des Etats Unis pour l’Afrique) et la Monusco (mission des NU en RDC) pourraient apporter leur soutien à la force conjointe.

Une réunion est prévue en date du 24 au 25 octobre à Goma pour élaborer les dernières lignes du projet. Une précédente réunion avait eu lieu dans la même ville du 13 au 14 septembre 2019.

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Plusieurs groupes armés sévissent au Nord et au Sud-Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo. Parmi lesquelles figurent l’ADF de l’Ouganda, le FDLR du Rwanda, le Red Tabara du Burundi et le Maï-Maï du Congo.

Dès son investiture, le président congolais a visité les pays de la région dont le Burundi. Le tête-à-tête avec son homologue, Pierre Nkurunziza a tablé sur le rétablissement de la sécurité dans la région où sévissent de nombreux groupes armés.

Les rapports des Nations unies ont souvent parlé de la présence de l’armée burundaise au Sud-Kivu, traquant les groupes armés burundais qui ont pour base arrière, des fiefs dans cette région. Ce qu’ont toujours démenti Gitega et Kinshasa.

En attendant la mise en œuvre de l’opération, la Monusco annonce déjà que son mandat prévoit un soutien à l’armée congolaise, pas à une coalition régionale. Pour compter sur son soutien, il faudrait une décision du conseil de sécurité.

Le rapport des experts de l’ONU sur la situation en République démocratique du Congo, présenté le 17 août 2017 au Conseil de sécurité parle de trois groupes armés burundais sévissant au Sud-Kivu.

– Il y a les dissidents des Forces nationales de libération, FNL-Nzabampema aujourd’hui responsables de petites attaques et des vols côté burundais.

-Il y a également le groupe de la Résistance pour un État de droit au Burundi (RED-Tabara).

-Le rapport onusien parle également de la présence des Forces Républicaines du Burundi, Forebu qui a changé de nom en Forces populaires du Burundi (FPB), une rébellion composée essentiellement de déserteurs de l’armée burundaise. Un de ces grandes figures serait l’ancien patron du Cndd-Fdd, Hussein Rajabu.

Tous ces groupes ont leur base-arrière dans la province du Sud-Kivu, où ils bénéficient de la complicité de groupes Maï-Maï congolais, affirment les auteurs du rapport de l’ONU.

Analyse : Ces pays peuvent vraiment transcender leurs clivages ?

Le journal Iwacu a contacté Jason Stearns, analyste politique, fondateur du Groupe de recherche sur le Congo. Il fait une analyse sur la faisabilité d’une telle coalition. Selon lui, les autorités congolaises n’ont pas confirmé le plan pour des raisons politiques. L'invitation ouverte des mêmes armées régionales qui avaient agressées la RDC dans les années 1998-2003 est un sujet très controversé dans ce pays. Par ailleurs il est loin d’être certain que les opérations de la force conjointe se concrétisent. Le plan fait état des opérations conjointes avec les armées rwandaises et ougandaises au même moment, toutes les deux basées au Nord-Kivu. « Compte tenu des tensions accrues entre ces deux pays, je trouve cela difficile à croire, » indique l’expert en conflits dans la région de l’Afrique centrale. Dans un contexte de relations tendues entre le Rwanda et le Burundi, entre le Rwanda et l’Ouganda, ces pays peuvent-ils transcender les clivages des uns et des autres pour l'intérêt commun? Jason Stearns indique ces opérations seraient une formalisation des initiatives informelles qui existent déjà. « L'armée burundaise lance des attaques régulières en RDC, avec l'aval et la collaboration de l'armée congolaise, et il est probable que le Rwanda fasse la même chose au Nord-Kivu. » Il faut aussi dire que deux parties mentionnées dans le document-les USA et la MONUSCO - ont nié leur participation à ces opérations conjointes. L’analyste politique pense que des opérations conjointes pourraient réussir. Mais il faudrait une stratégie globale qui inclut le renforcement et la réforme de l'Etat congolais, un plan de DDR et des tentatives de réconciliation et développement au niveau local. « Un plan purement militaire ne peut pas suffire. Et compte tenu des tensions régionales, je pense qu’une institution multilatérale serait beaucoup mieux indiquée à conduire des opérations, l'Union Africaine peut-être ».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Réaction

Gérard Birantamije : « le deal est là »  Le spécialiste des questions sécuritaires estime que le deal est là. Et tout montre que ces pays se sont bien entendus sur des intentions. Cependant une telle intervention suscite des interrogations d'abord par rapport aux intentions cachées quand on connaît l'histoire récente des deux guerres congolaises ayant vu la participation des pays voisins. L’interrogation réside également dans l'intervention à l'est quand beaucoup de sources spécialisées sur le conflit à l'est du Congo soulignent l'implication des acteurs politiques congolais qui tireraient les ficelles des rébellions locales pour asseoir plus de légitimité. Pour Gérard Birantamije, à un certain moment, les pays peuvent transcender leurs divergences. « Par contre, la crainte est de voir les clivages entre les pays rivaux exporter des conflits sur le sol congolais avec des affrontements des armées projetées. » Mais espérons que la cause congolaise sera entendue. En somme la RDC, devrait être extrêmement vigilante pour ne pas offrir à ses voisins le terrain de la matérialisation des conflits qui couvent depuis un bon bout de temps entre le Burundi et le Rwanda, entre l'Ouganda et le Rwanda. Il ne faut pas non plus éluder le fait que les populations de l'est du Congo considèrent ces pays dits « partenaires » comme les sources de leurs malheurs.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Appel à la retenue

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Appel à la retenue

L’accalmie observée chez les jeunes affiliés aux partis politiques ces derniers jours a été qualifiée de « cessez-le feu », de « suspension des hostilités. » Une situation tendue caractérisée par des provocations, des intimidations, des arrestations arbitraires, des passages à tabac, des biens (…)

Online Users

Total 260 users online