Politique

« Un langage kamikaze provoque des violences de masse à grande échelle »

27/03/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur « Un langage kamikaze provoque des violences de masse à grande échelle »
« Un langage  kamikaze provoque des violences de masse à grande échelle »

Utilisé en cas d’antagonisme socio-politique, le langage kamikaze peut provoquer des violences de masse. Désiré Ndagijimana, expert en communication non-violente, préconise la retenue et un dialogue pour trouver un compromis.

Que peut-on comprendre par langage kamikaze ?

Un langage kamikaze est utilisé par un groupe en position de faiblesse en cas d’antagonisme socio-politique. Les membres d’un groupe humilié, disqualifié, menacé d’extermination sont emportés de colère et menacent à leur tour d’en découdre avec les membres d’un groupe opposé. Ils sont conscients qu’ils sont les grands perdants de cette opposition. Ils se disent qu’ils n’ont plus rien à perdre. Pour eux le seul moyen de se faire entendre est d’engager un bras de fer.

Quand est-ce que ce langage est utilisé?

C’est un langage en vogue quand prévalent des conditions socio-politiques obscures. Les gens ne voient pas la finalité de ce qu’ils sont en train de faire. Prenons la période électorale. Dans certains pays, on connaît le candidat favori. Mais ailleurs, il est difficile de le constater, chacun se considérant comme tel. On se lance des piques. Du coup, il y a formation des blocs.

Que peuvent être les conséquences ?

Des membres du groupe indexé cherchent à se valoriser par tous les moyens. Ils passent à l’offensive. C’est une réaction suicidaire. Ils se disent qu’ils vont attaquer puis assumer la suite. Les membres du groupe en position de force se consolident et organisent la riposte. Sa réaction est souvent plus violente. Des bagarres, une crise voire une guerre. La société est embrasée. De tels langages sapent tous les efforts de réconciliation. Si cette situation persiste, ce sont des violences de masse à grande échelle.

Que faut-il faire pour prévenir l’irréparable en cette période électorale ?

Les leaders politiques doivent privilégier une communication non-violente et créer un cadre de dialogue permanent pour trouver un compromis sur toute situation problématique. « La violence appelle la violence », disent les sociologues. Il faut donc un climat d’échanges et de dialogue afin de se rassurer mutuellement.

Quant à la population, il importe qu’elle s’interroge pour prendre la meilleure option. Des personnes deviennent des fanatiques au point de passer à l’acte immédiatement sans en évaluer l’impact. Il faut penser, raisonner, puis réagir.

Quid des professionnels des médias ?

Ils ne sont pas en reste. Ils doivent faire preuve de professionnalisme. Diffuser des informations fouillées, vérifiées et recoupées. Eviter de tomber dans le piège des politiciens. Il ne devrait pas y avoir confusion entre acteurs politiques et professionnels de médias. En cas d’accusation gratuite, le démenti à lui seul ne suffit pas pour compenser le dommage causé.

Propos recueillis par Jérémie Misago

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« J’ai besoin de tous les Burundais »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « J’ai besoin de tous les Burundais »

L’euphorie de la campagne électorale est terminée. Ce 20 mai, les Burundais ont eu rendez-vous avec les urnes. Enjeu ? Un triple scrutin : présidentiel, législatif et communal. Mais le vote du président, qui gouvernera le pays pour sept ans, semble voler (…)

Les billets d'Antoine Kaburahe

Antoine Kaburahe

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 867 users online