Politique

Tentative d’assassinat contre Willy Nyamitwe : les deux camps sont déchaînés

Lundi 28 novembre 2016, Willy Nyamitwe, conseiller principal en communication du président Nkurunziza, échappe à une tentative d’assassinat à Kajaga en commune Mutimbuzi. Des accusations fusent de toutes parts. Et des zones d’ombre dans cette affaire.

L’endroit où le véhicule de Willy Nyamitwe a essuyé des tirs.
L’endroit où le véhicule de Willy Nyamitwe a essuyé des tirs.

Des hommes armés ont tendu une embuscade au véhicule de Willy Nyamitwe, le conseiller principal en communication du président Nkurunziza. C’était ce lundi 28 novembre 2016. Selon des témoins, il était aux environs de 21h10 alors qu’il rentrait chez lui dans le quartier de Kajaga, commune Mutimbuzi en province de Bujumbura, à une cinquantaine de mètres du Bar Caravane Beach.

Selon Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police, ce groupe d’assaillants était composé de 5 à 10 personnes dont un soldat rwandais. Les habitants de Kajaga racontent que les assaillants étaient éparpillés dans les maisons en construction qui sont nombreuses dans ce quartier.

Pierre Nkurikiye parle d’une personne morte, un dénommé Gasongo, agent de sécurité de Willy Nyamitwe. Ce dernier a été blessé au bras. Son chauffeur a été aussi blessé à la jambe et au niveau de la bouche. M. Nkurikiye indique que les militaires en position à Kajaga sont rapidement intervenus, «ce qui a permis de limiter les dégâts.» Trois grenades ont été lancées, deux n’ont pas explosé, signale le porte-parole de la police.

Des accusations en cascade

Pierre Nkurikiye accuse le Rwanda d’être derrière cette tentative d’assassinat. Il fait savoir que Jean Claude Nduwimana, caporal de l’armée burundaise, a révélé lors de son arrestation qu’il est parmi les planificateurs de cette tentative d’assassinat et qu’il travaille avec des gens basés au Rwanda.

Selon M. Nkurikiye, ce militaire a aussi accusé le colonel Dieudonné Dushimagize alias Gangi, récemment arrêté et transféré à la prison centrale de Mpimba, d’être«le point focal de ces gens qui sont au Rwanda et au Burundi qui veulent attenter à la vie des hautes autorités du pays.» Et d’ajouter que c’est la troisième fois que Willy Nyamitwe échappe à un attentat. «La 1ère fois, il rentrait d’une mission de travail et dernièrement, c’était à l’Hôtel Panoramique de Bujumbura. Sa garde a toujours su déjouer ces coups.»

Philippe Nzobonariba : «Les actes de déstabilisation observés au Burundi relèvent de la responsabilité de Pacifique Nininahazwe et son équipe.»
Philippe Nzobonariba : «Les actes de déstabilisation observés au Burundi relèvent de la responsabilité de Pacifique Nininahazwe et son équipe.»

Quelques heures après, le gouvernement burundais annonce d’autres coupables. Sans mentionner le Rwanda, Philippe Nzobonariba, porte-parole du gouvernement, accuse Pacifique Nininahazwe, président du Focode, ainsi que la Belgique. «Cette tentative intervient après un message publié par un des extrémistes recherchés par la justice burundaise et sous mandat d’arrêt international, Pacifique Nininahazwe», indique-t-il. Ledit message («Vous devez pulvériser, vous devez exterminer ces gens.») constitue, d’après lui, une preuve supplémentaire que les actes de déstabilisation observés au Burundi relèvent de la responsabilité de Pacifique Nininahazwe et son équipe «devant qui les autorités belges déroulent le tapis rouge.» Sur ce, Bujumbura demande la coopération de la Belgique et de la communauté internationale afin d’arrêter le président du Focode et «ses complices dont la responsabilité dans les assassinats ciblés n’est plus à démontrer.»

Etat d’avancement de l’enquête

Pour ce qui est de l’état d’avancement de l’enquête, indique Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police, en plus de deux suspects dont Jean Claude Nduwimana, un caporal de l’armée burundaise qui aurait été appréhendé en possession de deux pistolets et qui aurait avoué travailler avec des gens basés au Rwanda et le colonel Dieudonné Dushimagize alias Gangi, Pierre Nkurikiye évoque sans trop de détails d’autres arrestations dans ce dossier.


>>Réactions

Pacifique Nininahazwe : «Les autorités burundaises devraient rapidement poursuivre Révérien Ndikuriyo»

pacifique-nininahazwe«Nous avons été étonnés par les propos de Philippe Nzobonariba qui m’accuse d’avoir un lien avec la tentative d’assassinat de Willy Nyamitwe juste parce que j’ai partagé un jour sur twitter un article du journal l’Humanité qui commentait le récent rapport de la FIDH sur la situation des droits de l’Homme au Burundi.»

Selon Pacifique Nininahazwe, le titre de cet article avait repris les propos de Révérien Ndikuriyo, président du Sénat burundais, en octobre 2015 à Mutakura où il appelait à pulvériser, à massacrer des citoyens pour que les Imbonerakure ou d’autres agents du pouvoir y trouvent des parcelles lorsque les citoyens de ces quartiers auront disparu. «Treize mois après, je pense que le gouvernement Nkurunziza vient de se rendre compte de la gravité des propos tenus par Révérien Ndikuriyo.»De l’avis du président de Focode, les autorités burundaises devraient plutôt poursuivre rapidement Révérien Ndikuriyo. «C’est incroyable que des autorités d’un gouvernement se permettent de faire ce genre de déclarations sans aucune enquête.» Et de demander une enquête indépendante sur ce qui s’est réellement passé dans cette tentative d’assassinat de Willy Nyamitwe.

René Ngendahimana : «Le Rwanda ne s’attend à aucun intérêt dans la mort de Willy Nyamitwe»

rene-ngendahimanaLieutenant Col. René Ngendahimana, porte-parole de l’armée rwandaise indique que le Burundi n’a aucune preuve pour démontrer que le Rwanda a une part de responsabilité dans la tentative d’assassinat de Willy Nyamitwe : « Dire qu’il y a un militaire rwandais impliqué dans ce coup, ça ne montre rien comme preuve. Ce sont tout simplement des mensonges sans preuves ». S’exprimant dans la soirée de ce mardi, sur le site rwandais, www.kigalitoday.com, il précise que chaque militaire a ses documents d’identification. « Le fait de ne pas révéler son identité montre bien que leurs propos ne sont pas fondés », a-t-il mentionné. Et d’insister : « Le Rwanda ne s’attend à aucun intérêt dans la mort de Willy Nyamitwe. Ce sont des accusations non fondées et qui ne peuvent pas en aucun cas ternir l’image de l’armée rwandaise parce qu’elles n’ont aucune vérité.»

UE & USA : « Tout recours à la violence est inacceptable »

L’Union Européenne et les Etats-Unis ont condamné cette tentative d’assassinat. « L’attentat commis hier 28 novembre contre Willy Nyamitwe, Conseiller principal à la présidence de la République du Burundi chargé des questions de presse, d’information et de communication, est inadmissible. Il reflète la persistance d’un climat de violence au Burundi, caractérisé par de nombreux meurtres et disparitions forcées », lit-on dans une déclaration de l’UE sorti mardi. Elle rappelle que toute violence politique, quels qu’en soient les auteurs et les formes, est inadmissible. Un message relayé par les Etats-Unis via son ambassade à Bujumbura. Ils ont appelé d’ailleurs, au calme et à la retenue dans la ville de Bujumbura pendant que les autorités enquêtent sur l’attentat. L’UE et les Etats-Unis appellent ainsi toutes les parties à chercher une solution politique, à travers un dialogue inclusif permettant la sortie de la crise.

Willy Nyamitwe n’a pas tardé à leur répondre sur son compte twitter : «Je remercie l’UE et USA d’avoir condamné cet acte terroriste contre moi. Cependant, cela n’a aucun rapport avec #Burundi Dialogue»

Cnared : « Une preuve d’une situation explosive »

« Si Willy Nyamitwe peut être victime d’une tentative d’assassinat, cela veut dire en tout cas que personne au Burundi n’est en sécurité », a réagi le Cnared Gira Iteka, quelques heures après la tentative d’assassinat contre le conseiller du président Nkurunziza. Ce qui devait, d’après le Cnared, interpeller la Communauté Internationale spécialement les Nations-Unies et ne pas continuer à croiser les bras devant une telle situation explosive. Le Cnared pense d’ailleurs que l’hypothèse de règlements de compte interne n’est pas à exclure. Car, justifie cette plateforme de l’opposition, Willy Nyamitwe ne cesse de répéter que la paix est totale dans tout le pays et que les forces de l’ordre maîtrisent parfaitement la situation. Le Cnared estime qu’il est urgent de trouver une solution politique négociée ou que les Nations unies envoient une force internationale de protection de la population.


Des zones d’ombre et questionnements

1. Au moment où nous ne savons pas la vérité sur la mort du général d’Athanase Kararuza, Lieutenant-colonel Darius Ikurakure, Hasfa Mossi, colonel Jean Bikomagu, Lieutenant général Adolphe Nshimirimana… En moins de 24h, l’enquête sur la tentative d’assassinat de Willy Nyamitwe est bouclée avec des accusations à la clé.

2. On remarque des contractions dans les déclarations des porte-paroles. Pierre Nkurikiye accuse le Rwanda tandis que Philippe Nzobonariba incrimine Pacifique Nininahazwe et la Belgique. A cette question, d’après Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police, les deux communications se complètent : « Lors de la conférence de presse, j’ai parlé des exécutants (auteurs matériels), basés souvent à Kigali car ils ont un même modus operandi alors que le communiqué de gouvernement signé par Philippe Nzobonariba parle des commanditaires (auteurs intellectuels) que sont Pacifique Nininahazwe et la Belgique. »

3. Pierre Nkurikiye évoque un militaire rwandais qui était dans le coup mais il ne donne pas son identité.

4. La police indique qu’elle était au courant que Willy Nyamitwe était en danger depuis un mois. Pourquoi est-ce que sa sécurité n’a pas été renforcée? Ici également, Pierre Nkurikiye rétorque que la sécurité du conseiller principal de la présidence a bel et bien été renforcée : « Sinon il aurait été tué. C’est parce que ses gardes ont répliqué et que l’un d’entre eux a été tué que Nyamitwe est toujours en vie. » Quant au dispositif de sécurité en termes d’effectif, conclut M. Nkurikiye, cela relève du secret professionnel.

5. Est-ce que un simple tweet suffit pour accuser quelqu’un de tentative d’assassinat?

6. Le quartier de Kajaga grouille de positions de militaires. On pourrait se demander comment ce groupe de 5 à 10 personnes ont pu s’infiltrer dans ces maisons en construction et attendre l’arrivée de Willy Nyamitwe.


Un attentat qui attise les passions

Après l’attaque contre le chef de la communication du numéro un burundais, des réactions sur les réseaux sociaux, surtout sur Twitter, ont démontré, une fois de plus, le fossé qui existe entre certains Burundais.

Willy Nyamitwe : « Le plan est connu: tuer un des leaders pour déclencher le chaos et forcer le dialogue avec putschistes. »
Willy Nyamitwe : « Le plan est connu: tuer un des leaders pour déclencher le chaos et forcer le dialogue avec putschistes. »

D’un côté, il y a les réactions de ceux qui soutiennent Willy Nyamitwe, lui-même y compris, et le pouvoir. Pour la majorité d’entre eux, c’est l’opposition radicale, soutenue par des pays européens, qu’ils accusent de cet attentat, qui était déjà connu par quelques-uns. Des tweets font même un lien entre cet attentat et le dialogue réclamé par l’opposition.

BurundiReality‏@BurundiReality

@willynyamitwe Le plan est connu: “Tuer 1/des leader pour déclencher le chao et forcer le dialogue avec puschistes”

Jeff RUKANDINGONA‏@jabaga70
Organiser& financer un attentat terroriste,puis réclamer un dialogue entre la victime & l’auteur du forfait est une insulte aux #Burundi-ais

@Sindimwo_G: “Depuis + d’un mois, nous savons qu’on veut assassiner @willynyamitwe, mais aussi les plus hautes personnalités du #Burundi”

Willy Nyamitwe Compte certifié ‏@willynyamitwe
#Burundi: Je remercie l’UE et USA d’avoir condamné cet acte terroriste contre moi. Cependant, cela n’a aucun rapport avec #BurundiDialogue

Willy Nyamitwe Compte certifié ‏@willynyamitwe
Willy Nyamitwe a retweeté Willy Nyamitwe
Ce que le @cnaredburundi dit “qu’il faut des assassinats pour obtenir un dialogue” est mis en exergue par le dernier communiqué de l’ #UE

Willy Nyamitwe Compte certifié ‏@willynyamitwe
Nditije promet encore plus d’assassinats pour pousser @pnkurunziza à négocier avec le @cnaredburundi. #Burundi

Willy Nyamitwe Compte certifié ‏@willynyamitwe
La @fidh_fr parle du déclencheur du #Génocide: assasinat de @pnkurunziza ou ses collaborateurs. Mon assassinat était planifié. P.41 & 109

BIGIRIMANA Audace‏@BICADEAUBIGI84
Les associations de la société civile au #Burundi condamnent le cas @willynyamitwe et demandent à la #Belgique de cesser les manœuvres!

Nubwacu Yves Lionel‏@LionelYves1 hil y a 1 heure
Nubwacu Yves Lionel a retweeté SamandariBihovongo
On se demandait comment un genocide allait commencer au #Burundi , on est fixé avec l’attentat contre @willynyamitwe#SellingAGenocide

Fridolin Nzambimana‏@Fridolinandres
#Burundi “Le plan nous est familier. On supprime d’abord la personne qui gêne, puis on plonge le peuple dans le sang”. Ils seront vaincus!

avo_wally‏@Bravo_Wally
@Munezero_DoriaN c’est bien claire que c’était l’ordre de l’UE @[email protected]@WMkapa
D’un autre côté, des tweets remettent en cause cet attentat et parle d’une machination. Certains vont loin jusqu’à regretter que M. Nyamitwe y ait réchappé, et lancent des menaces.

Gisèle Cherie‏@K03643613
@[email protected] Il a organisé une simulacre d’attaque. Les #Burundi-ais en sont très habitués. Sinon, il serait mort. Pas magicien!

Mutoyi2015‏@mutoyi2015
@[email protected] Ajouter à cela le fait k le régime était o courant depuis plus d’1 mois et a laissé faire. c’est LOUCHE ! #Burundi

Valéry Muco‏@MucoVal23 hil y a 23 heures
#BurundiKonaissan sa propension maladive à se surmédiatizé, é[email protected] n’ai paenkoraparu à la TV nationale

Valéry Muco‏@MucoVal24 hil y a 24 heures
#Burundi Où se trouve Willy Nyamitwe? Kelk’1 a til vu sa blessure sur le bras? Pourkoi il napaencor publié sa foto comme il aime le fair ?

Jeremie Minani shared Minani Jérémie’spost. (facebook)
“En âme et conscience, comment peux-je condamner une attaque armée contre ce monstre?
Il mérite ce qu’il a eu et sa mort aurait été une justice pour les millions de burundais victimes de ces atrocités de masse que Willy NYAMITWE a toujours défendu et soutenu.”

Blaise Baconib‏@Baconib
Si @pnkurunziza se débarrasserait de @willynyamitwe après #Adolphe#Darius#Hafsa#Uwamahoro etc. Qui sera prochain? #KiretseBoseAbamazelol

NtareMwambutsa‏@mwambutsa_ntare
Point 2 Compassion pr un assassin Tortionnaire Tel [email protected] d’innocents ont ete torture sous ls yeux de ce type @RFIAfrique

BigGeorgeBalaaBujitu‏@BigGeorgeBalaa
@willynyamitwePauv’con. Ce n’est pas encore fini. On t’aura

MUGIRANEZA‏@niyungeo218 hil y a 18 heures
@willynyamitwe, vrai menteur, nous savons que tu veux éliminer des gens injustement, comment tu peux te sauver de la mort comme ça, salaud.

Forum des lecteurs d'Iwacu

14 réactions
  1. Ali Rugira

    Fofo, uri umugabo!

  2. Gacece

    Il y a toujours un élement, quelque chose qui s’est passé (ou qui ne sait pas passé!) qui désigne, avec une certitude déconcertante, l’origine de cet attentat.

    Mais ce n’est pas encore le moment de le révéler. À suivre…

  3. Stan Siyomana

    @Is
    C’EST LE GOUVERNEMENT BURUNDAIS QUI A FAIT TOUT POUR SABOTER LES ELECTIONS DE 2015.
    CE SONT LE GOUVERNEMENT BURUNDAIS ET LES IMBONERAKURE (= JEUNES AFFILIES AU PARTI AU POUVOIR CNDD-FDD) qui ont viole presque tous les 13 principaux principes que le Gouvernement, l’opposition politique et la societe civile avaient adopte (par consensus le 9 juin 2014) pour la bonne conduit des elections de 2015.
    “3. Les partis politiques, les coalitions politiques et les candidats independants doivent etre capables de mener leurs activites politiques EN TOUTE LIBERTE PENDANT LA CAMPAGNE ELECTORALE SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE NATIONAL, dans le respect du cadre legal en vigeur qui doit s’appliquer equitablement a toutes les formations politiques, AVANT, PENDANT, ET APRES LE SCRUTIN….
    6. Le Gouvernement, les partis politiques et les candidats independants, EN PARTICULIER LES JEUNES AFFILIES AUX DIFFERENTES FORMATIONS POLITIQUES s’engagent a ne pas perturber les reunions de l’une ou l’autre entite politique durant tout le processus electoral et a respecter les sieges et insignes des autres formations politiques…
    8. Le Conseil National de la Communication (CNC) s’engage a GARANTIR L’ACCES AUX MEDIAS PUBLICS sans discrimination aux partis politiques, coalitions et candidats independants…”
    (Voir Principes generaux pour la bonne conduit des Elections de 2015. http://www.undp.org, 9 juin 2014.

  4. Kinyata Alexandre

    Toute cette affaire autour de Nyamitwe c’est “mcezo wa ndani”, reglement de comptes.
    Jeff Rukandingona nawe ni pseudonyme ya Ambassadeur Shingiro hariya New York.

  5. Léonard Mahuragiza

    Politique sans assise peut laisser entendre la violation quotidienne des lois de la république depuis: L’arrivée de Nduwimana Édouard au ministère d’intérieur; l’entrainement militaire des Imbonerakure et leur distribution d’armes pour terroriser les électeurs; la bénédiction de lUA au putschiste constitutionnel en avril 2015, l’indifférence de la communauté internationale face aux massacres a caractère génocidaire etc… Et voilà votre raisonnement!!

  6. ls

    Cela arrive uniquement à ceux qui veulent participer aux éléctions. Par à ceux qui veulent les saboter.

  7. Bravissimo

    @John
    Il est vrai que le Rwanda est peuplé par des enfants de choeur!

  8. Rurihose

    La justice burundaise instrumentalisee par le pouvoir est connue depuis longtemps pour decouvrir les responsables de tuerie. Comment se peut il qu en 24 heures on connait les coupables et le mobile. Suivez mon doigt: Affaire Kadege et et Ndayizeye.
    Pourtant nous ne connaissons toujours pas qui a assassine les 3 italiennes, Hafsa Mossi, la famille Kararuza, etc… Je n ai pas voulu reculer jusqu en 1962.
    Rappelez moi encore comment Ntibantunganya avait qualifie la Justice burundaise

  9. Jereve

    C’est cela qui arrive quand le dialogue échoue. Les gens qui refusent d’échanger des mots, échangent des coups, y compris des coups de feu.

  10. MUBI

    Vous savez, les peuples connaissent la vérité et finissent par comprendre et décider à la surprise de tout le monde
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/05/en-gambie-comment-faire-croire-a-une-democratie-et-l-obtenir-malgre-soi_5043545_3212.html

  11. John

    Cette propension presque infantile(Umwana murizi????) a accuser le Rwanda a chaque occasion n’honore pas le Burundi. Ca doit cesser.

  12. Fofo

    [Ndlr: que les Nations unies envoient une force internationale de protection de la population.]…. une pure spéculation! Je ne suis pas ni pour ni contre l’envoi des troupes étrangères au Burundi. Toutefois, j’ai besoin de savoir leur efficacité par rapports aux forces de sécurité burundaises. Je me demande comment vont-ils opérer? Seront-ils positionnés sur tous les coins de rue? Seront-ils positionnés dans les quartiers maison par maison? Vont-ils garder tous les cabarets, marchés? Vont-ils escorter tous les dignitaires et tous les politiciens? Vont-ils escorter tout le monde? Auront-ils un effectif suffisant pour assurer sécurité de toute la population burundaise? J’espère que l’effectif sera plus supérieur à celui de la MONUSCO car les 20,000 casques bleu en RDC ne parviennent même pas à sécuriser le Seul Nord-KIVU.
    S’agissant d’un dialogue, je pense que les burundais devraient renoncer à ce jeu d’enfant: Motiver un dialogue par une violence! Quelle imbécilité? Uwutema urwiwe bamutiza umuhoro! Vibuzimu tuje ibuntu, si ce n’est par hypocrisie ou par crainte, jamais un dialogue franc ne peut en aucun cas être motivé par une violence! Par contre, la violence appelle violence! Engagez-vous dans cette demarche si vous désirez léguer la haine et la rancune à vos enfants qui en paieront inévitablement lourd! Seul la vérité, le pardon et l’amour construisent une nation!

  13. mayugi

    Les arguments du caporal Nduwimana vont dans le sens voulu du pouvoir. Quelle mascarade! Nduwimana Claude, on t’a payé combien?

  14. Ces politiciens sans assise politique veulent vendre le Burundi aux Belges esperent assassiner Nyamitwe pour accededer au pouvoir via des negociations. Quelle betise?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

« Juger est un métier »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « Juger est un métier »

A tort ou à raison, la justice burundaise a été vilipendée, diffamée, décriée surtout par ceux qui n’arrivent pas à avoir gain de cause. Des expressions défaitistes sont devenues monnaie courante : « deux poids deux mesures, une justice à (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 321 users online