Lundi 12 avril 2021

Société

« Sisters in success » : pour briser le plafond de verre

17/08/2017 Clarisse Shaka 10

Dans le souci de voir la jeune fille burundaise voler de ses propres ailes, le projet « Sisters in success » voit le jour. Une initiative d’une étudiante burundaise résidant aux Etats-Unis.

Des élèves en plein camp d’été au lycée SOS de Bujumbura.

Bélyse Inamahoro, 22 ans, n’a pas choisi de passer ses vacances sur du sable blanc à la plage, les orteils en éventail, un best-seller à la main. Etudiante aux Etats-Unis, cette jeune burundaise a plutôt préféré rentrer au pays pour former de jeunes filles en vacances.

Ainsi 24 élèves (15-21 ans) provenant de différentes provinces du pays sont en camp d’été au lycée SOS de Bujumbura. Une semaine de formation sur les techniques de recherche des opportunités de bourses d’études, l’entreprenariat et la santé sexuelle. Elles seront logées sur place durant toute la formation. Elles ont été sélectionnées parmi plus de 100 candidates.

A l’aide d’une experte en entreprenariat, ces élèves sauront comment concevoir et réaliser un projet. Elles sont également sensibilisées sur la santé sexuelle et reproductive, les grossesses non désirées constituant un frein à la réalisation de leurs rêves.

« Voir une Burundaise intelligente et indépendante, capable de créer son propre emploi, c’est mon principal souci », confie Bélyse Inamahoro. Elle veut en finir avec les stéréotypes constituant un plafond de verre pour la fille burundaise : « Après mes études, j’attendrai de décrocher un boulot. Si je n’y arrive pas, ce n’est pas grave, j’aurai un mari qui saura s’occuper de moi… »

Une Bélyse déterminée…

L’idée de concevoir un tel projet lui est venu lors de son séjour aux Etats-Unis. Impressionnée par des femmes actives, qui créent un impact positif dans leurs communautés, Mlle Inamahoro veut changer la donne au Burundi. « Les Burundaises ignorent qu’elles ont le pouvoir de changer les communautés dans lesquelles elles évoluent. »

Elle a partagé l’idée avec certaines de ses camarades de classe. Elles ont accepté de l’accompagner dans cette « belle aventure ». Elle a soumis et défendu bec et ongles son projet à l’administration de son école.

Son initiative a été appréciée, l’école l’a aidée à réaliser son projet. C’est grâce à « Davis project for peace », un fonds qui finance différents projets pour la promotion de la paix, que Belyse a pu la réaliser. Elle souhaite que le projet soit réalisé chaque année, pendant les grandes vacances.

La passionnée de la presse écrite

Bélyse Inamahoro est en 3ème année universitaire en Sciences et arts des médias à « Wellesley College » à Boston. C’est une bourse d’études qu’elle a décroché après avoir terminé les humanités au Lycée du Saint-Esprit.

C’est avec l’aide de l’école « Bridge 2 Rwanda », où elle était allée suivre une formation en langue anglaise, pendant 2 ans, qu’elle a pu obtenir cette bourse.

Belyse Inamahoro rêve d’être une journaliste dans la presse écrite. Son ambition : « Partager l’histoire du Burundi via tous les supports possibles. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

10 réactions
  1. Hakiza

    une très bonne initiative

  2. juju

    Je suis surpris de voir que jusqu’a maintenant personne n”a demande si elle DD, hutu ou Tutsi. On evolue. Twikomere amashi.

    • Source du Nil

      @Juju:Je me demande réellement si elle ne risque à la longue d’être qualifiée d’espion au service du Rwanda du ses réseaux à Kigali où elle a étudiée.

  3. Fofo

    C’est une bonne initiative, je l’encourage!

  4. Jean Pierre

    24 eleves sur pres d’un million d’eleves c’est rien. Beaucoup d’ONG et Associations organisent des seminaires sur la creation des emplois par la jeunesse mais sans Capital financier rien n’est possible. Ces ONG et individus (y compris Inamahoro) ne font que profiter des Aides et Financements financiers des Etrangers. Pourquoi ne pas organiser ces seminaires avec leurs propres fonds s’ils aiment vraiment ces jeunes. Mieux seraient de montrer a ces jeunes comment ils s’arrangent (bakubita amagendera) , les secrets pour decrocher ces fonds.

    • Bakari

      @Jean Pierre
      Supposons que les jeunes obtiennent des fonds leur permettant de se lancer; ce qui n’est pas donné car les prêteurs calculent leur risque.
      La création d’emploi via la création d’une activité commerciale suppose qu’il y aura des clients (solvables) pour consommer. Sont-ils là? C’est aussi cela la question, car nous entendons souvent que toute la population, à quelques exceptions près, est paupérisée. N’y a t-il pas un cercle vicieux dans cette histoire?

    • Fofo

      @Jean Pierre,
      Le plus important dans les affaires ou dans la vie professionnelle c’est pas le capital financier, plutôt la carrière. Quand on est-ce qu’on a besoin d’un financement? C’est quand on sait ce qu’on peut faire, comment, avec quoi, où, quand et ce qu’on peut y obtenir en retour dans combien de temps. Avec une proposition d’affaires, bien claire il facile de mobiliser les financement!

  5. Mbaza_nkubaze

    “Elles ont été sélectionnées parmi plus de 100 candidates.”
    Je suis intéressé(e) par les critères utilisés lors de cette sélection. Je ne rigole pas!

  6. Bazombanza

    Un grand bravo à cette demoiselle qui a compris que l’évolution du pays passe par l’instruction des femmes et leur indépendance en cas de conflit. Si tout est fait sérieusement avec la volonté du arriver et de faire tomber les tabous ça marchera. Je suis certaine que d’autres femmes burundaises epauleront cette initiative.
    B

    • Nsengiyumva Isidore Busumbigabo

      Coup de chapeau à Mlle Belyse. C’est une très bonne initiative. Elle mérite d’être soutenue.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 164 users online