Mardi 13 avril 2021

Politique

Semaine du combattant au Cndd-fdd : sujet de discorde

14/11/2018 Commentaires fermés sur Semaine du combattant au Cndd-fdd : sujet de discorde
Semaine du combattant au Cndd-fdd : sujet de discorde
Les autorités du Cndd-Fdd ont déposé des gerbes de fleurs sur les tombes de leurs compagnons de lutte.

La classe politique burundaise apprécie différemment la semaine dédiée aux combattants au sein du parti au pouvoir. Le secrétaire général du Cndd-Fdd, Evariste Ndayishimiye, chante des héros.

«Ils ont tout sacrifié. Ils ont payé de leur personne pour la démocratie, la dignité du peuple, l’indépendance de la magistrature et la répartition équitable des ressources», a-t-il déclaré lundi 12 novembre, journée marquant le lancement de cette semaine. C’était à Musenyi en commune Mpanda de la province Bubanza dans un cimetière des combattants du Cndd-Fdd.

Le sacrifice des personnes qui y reposent n’a pas été vain. La démocratie est désormais une réalité dans le pays et le peuple jouit pleinement de ses droits. Des clivages basés sur les ethnies Hutu-Tutsi ont été dépassés.

M. Ndayishimiye affirme que le combat pour la démocratie s’est terminé. Ils font désormais face à la faim et la pauvreté. Il appelle tous les Burundais à s’unir pour développer le Burundi.

Tatien Sibomana, membre de la coalition Amizero y’Abarundi, n’y va pas avec le dos de la cuillère : «Cet évènement ne fait que nourrir des divisions parmi les anciens combattants de différents mouvements et les anciens militaires de l’armée régulière». Il ne comprend pas par ailleurs son objectif. «Elle aurait de signification si le Cndd-fdd avait pris le pouvoir par les armes, mais ce n’est pas le cas».
Pour rappel, le mouvement Cndd-Fdd a déposé les armes à la suite de la signature d’un cessez-le-feu en novembre 2003 entre lui et le gouvernement du Burundi.

Pour M. Sibomana, le qualificatif « combattant » suppose tous ceux qui ont pris les armes. Il n’y a pas exclusivement que ceux du parti au pouvoir. Le pays en a connu plusieurs : «Des groupes rebelles, les forces loyalistes, tous ces belligérants déclaraient défendre le peuple».

Cet opposant propose la commémoration plutôt, à la place de cette semaine dédiée au combattant, l’unification de l’armée burundaise. Cette dernière a marqué l’intégration de différents groupes armés dans les corps de défense et de Sécurité.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 104 users online