Société

RSF demande la libération du journaliste Jean Bigirimana

27/07/2016 Abbas Mbazumutima 2
Jean Bigirimana
Jean Bigirimana

Dans ce communiqué sorti au lendemain de son arrestation à Bugarama, Reporters sans frontières (RSF) lance un appel pour la ’’libération immédiate de journaliste détenu par les services nationaux de renseignements burundais depuis le 22 juillet’’.

Mais la police écarte et nie toute implication des corps de sécurité dans cette affaire. Mais d’autres sources nous indiquent que ce journaliste dernièrement recruté par le Groupe de Presse Iwacu aurait été arrêté par des éléments qui seraient du SNR.

Pour Reporters Sans Frontières, il s’agit d’une ’’arrestation arbitraire sans aucune justification officielle’’.
C’est au moment où sa famille du journaliste Jean Bigirimana et ses collègues s’inquiètent et sont sans nouvelles de lui depuis ce vendredi dans l’après-midi.

Selon sa famille, note RSF, il a quitté sa maison le vendredi 22 juillet vers 13 heures pour Bugarama. Apprenant qu’il y aurait été arrêté, des membres de sa famille se sont rendus sur place et ont appris que le journaliste avait été arrêté par des membres du SNR, en présence d’autorités locales.

Les éléments qui l’ont arrêté lui ’’reprochent ses déplacements fréquents vers le Rwanda. «Le journaliste revenait en effet dernièrement d’une formation dispensé dans ce pays voisin. Aucune autre raison, légale, de son arrestation n’a été donnée».

Pour RSF, ’’ces méthodes d’arrestation arbitraires en vue d’intimider les hommes des médias participent à entretenir l’état de crise dans le pays et à miner l’Etat de droit’’.

Signalons que le Burundi a perdu 11 places en 2015 (156ème sur 180) au classement de la liberté de la presse établi par Reporters Sans Frontières.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. roger crettol

    @Yves
    “Si vous, gens au pouvoir, avez encore un minimum de considération” …

    Le silence coupable et honteux des “gens au pouvoir” jette bas toutes ces suppositions polies, ces tentatives – généreuses – de caresser le monstre dans le sens du poil, pour obtenir malgré tout un résultat en rapport avec notre sentiment de justice et de dignité.

    Le fait est que son Excellence Hyperbolique le Président de la République se soucie comme d’une guigne de la justice et de la dignité. Il a pris, il y a longemps déjà, une décision des plus mal avisées et, fort de son obstination et du soutien fantasmé d’un Dieu taillé à sa petite mesure, il trône, insouciant des malheurs des Burundais ou impuissant à y remédier.

    Dix ans de lutte pour réduire l’opposition des partis et de la société civile, dix ans de déni et de rejet de l’ubuntu. Pour aboutir à cette apothéose du néant, le retour à une sourde violence et la mise en misère d’un pays privé de tout espoir de pacification.

    Monsieur le Président, vous faites fausse route.

  2. Yves

    Nous demandons tous, sans délai, la libération de Jean Bigirimana. Si vous, gens au pouvoir, avez encore un minimum de considération pour les termes “humanité” et “justice”, alors vous devez cesser immédiatement toute forme de violence physique à son encontre et le relâcher

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 220 users online