EN

Société

Perpétuité pour Jean Kwizera

08/01/2021 Jean Noël Manirakiza Commentaires fermés sur Perpétuité pour Jean Kwizera
Perpétuité pour Jean Kwizera
Jean Kwizera au tribunal : « Je l’ai attirée dans la maison et deux coups de houe ont suffi. Si je ne l’avais pas tuée, c’est elle qui l’aurait fait ! »

Pour avoir assassiné sa femme et son enfant de 2ans et demie dans la nuit de 4au 5 janvier, Jean Kwizera, a écopé de la perpétuité dans le procès de fragrance ce jeudi 7janvier2021 au Tribunal de Grande Instance de Gitega. Sa mère, sa sœur et une cheftaine de sous colline Muyange à Mutaho acquittées.

Ils étaient quatre sur le banc des accusés ce jeudi au Tribunal de Grande Instance de Gitega. Leur procès n’a pas attiré la foule comme d’habitude dans de tels procès de fragrance. Habits sales et en haillons, Jean Kwizera n’a pas cherché à se défendre sur l’acte d’accusation que le Ministère Public lui signifiait.

Comme beaucoup l’ont constaté et dit, s’il n’a pas de troubles psychologiques, c’est un homme de sang-froid. Il n’a jamais fait preuve de compassion même quand le juge lui demandait comment et pourquoi il a tué son bébé de 2 ans et demie.

« L’enfant était un bâtard, je ne sais où sa maman l’a déniché. Je ne demande pas pardon, si vous jugez que je sois pendu, je suis prêt », a-t-il répondu. Un silence de mort a aussitôt envahi toute la salle.

Et pour sa femme, là aussi, la réponse a été brève et précise. Sans même attendre que le juge termine la phrase, il a fait savoir qu’il a attaqué le premier pour s’assurer la victoire.

« Je l’ai attirée dans la maison et deux coups de houe ont suffi. Si je ne l’avais pas tuée, c’est elle qui l’aurait fait. Elle avait à maintes reprises tenté de m’assassiner et c’est pourquoi nous faisions chambres à part ! », a-t-il lâché.

Il y a eu stupeur dans la salle et un sentiment de révolte. Des gens ont demandé aux juges de ne pas perdre leur temps en continuant d’interroger cet homme, sans remords.

« Que cherchent-ils encore, cette personne est d’une bestialité inouïe, dommage que la pendaison n’est plus autorisée », ont-ils clamé. Dans son travail macabre, Jean Kwizera a failli précipiter dans les ténèbres de la prison sa vieille maman, sa sœur et la cheffe de la sous-colline Muyange.

Toutes les trois étaient chargées par le Ministère Public de n’avoir pas intervenu à temps et demandait une peine de trois ans pour non-assistance à une personne en danger.

Mais le tribunal les a acquittées et ont été déclarées libres. Pluie d’applaudissements dans la salle après la sentence. Malgré leur âge avancé, ces trois femmes, les larmes aux yeux, ne sont pas privées de quelques pas de danse.

Elles ont tenu à remercier les juges jusqu’à la sortie du tribunal, ce qui a ému beaucoup les passants qui se demandaient : « Qui sont ces vieilles, que fêtent-elles ? »

Entretemps, le policier amenait, Jean Kwizera à la prison centrale de Gitega où il va purger sa peine jusqu’à la fin de sa vie, bien sûr s’il n’y a pas entre temps de grâce présidentielle.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 500 users online