Dimanche 18 avril 2021

Économie

Parcem : «Gare à la mauvaise gestion du secteur minier !»

26/01/2018 1

«Mal géré, le secteur minier débouche sur une crise politique», a déclaré Faustin Ndikumana, président de la Parcem. C’était ce jeudi 25 janvier lors d’une conférence de presse sur l’extraction des minerais.

Faustin Ndikumana : «la classe non-gouvernementale en convoite elle-aussi la gestion».

Il insiste sur l’orientation des rentrées de ce secteur. Les ressources minières profitent souvent aux dirigeants au grand dam du reste de la population. «Ils en profitent pour changer leur train de vie».  Par la suite, la classe non-gouvernementale en convoite elle-aussi la gestion. Ainsi, il en résulte une instabilité politique, des conflits, etc.

D’après cet activiste de la société civile, les revenus des minerais doivent être au service des secteurs porteurs de croissance. En l’occurrence, le domaine agricole. Citant le rapport de l’Isteebu de 2014, il assure que celui-ci rapporte 40% du PIB.

M. Ndikumana appelle à la vigilance dans les contrats : «Ils peuvent être biaisés, déséquilibrés au profit des multinationales». Celles-ci sont tellement outillées dans la tricherie.

En outre, il met l’accent sur le travail en synergie. Ainsi, le ministère de l’Energie et des Mines doit collaborer avec ceux des Finances, de l’Environnement et l’Office burundais des recettes. Cela entraînera l’accroissement des rendements.

Faustin Ndikumana soutient que c’est par cette voie que des défis liés à l’extraction des minerais peuvent être levés. Notamment, le respect des droits d’indemnisation pour les communautés expropriées et la maîtrise des transactions illicites.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Rurihose

    Même les pauvres paysans expropriés ne sont pas indemnisés et vous parlez de gestion transparente.
    Cher Faustin, tu te crois en Suede ou en Norvège?
    Cessez de rêver.???

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La grande muette invitée à redorer son image écornée

Ce ne sont pas des « faits divers ». Quelle mouche a piqué la grande « muette » ? L’armée burundaise occupe rarement les colonnes d’Iwacu. Elle s’exprime peu d’ailleurs. Mais jusqu’ici, la grande muette burundaise était relativement reconnue et (…)

Online Users

Total 1 314 users online