Lundi 08 août 2022

Archives

Ngozi : 2 personnes arrêtées après l’attaque à la grenade à Burengo

22/06/2015 2

Selon Pierre Nkurikiye, porte-parole de la Police, après l’attaque à la grenade qui a fait 4 morts et 27 blessés, les forces de l’ordre ont arrêtés 2 suspects. «La grenade a été lancée sur la toiture d’un bistrot d’une bière prohibée appelée ’’ikibarube’’. D’habitude ce genre de buvettes sont très fréquentées, ce qui justifie le bilan lourd enregistré », indique Pierre Nkurikiye.

Kirundo : 1 blessé dans une attaque à la grenade

C’est ce dimanche soir vers 19 heures et demie qu’une grenade a été lancée au bar communément appelé ’’Umukutano’’ au chef-lieu de la province Kirundo. C’est Jean Bosco Ngarukiyimana, rôtisseur dans ce bistrot tenu par une certaine Suavis qui est blessé, il a été évacué à l’hôpital.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. CESAR

    Les Burundais manipulés comme des zébus mettent leur pays par terre. C’est pitoyable et irresponsable. Certains n’ont même pas la décence élémentaire qui distingue l’homme de l’animal. En effet, il est humainement impensable qu’une personne qui a une âme et qui se dit opposant politique c’est-à-dire appelé à diriger le Burunid demain ose publiquement dire, face aux cadavres des policiers qui ont laissé des veuves et orphelins que c’est le gouvernement qui a tué les serviteurs de l’Etat. Par ce cynisme inique et effrayant, certains opposants se sont discrédités et ont prouvé au monde qu’ils ne sont pas dignes de diriger le Burundi. Il est manifeste qu’ils ont peur d’affronter le président en place. Au lieu d’offrir au monde les spectacles pitoyableset faire la honte au Peuple Burundais qui mérite mieux, il serait judicieux pour eux de se taire. Ce qui est encore gravissime et irresponsable, au lieu d’inciter les enfants du bas peuple d’aller à l’école, ce gens les envoient danser dans la rue et jeter les cailloux contre les policiers tout en sachant que ceux-ci vont exercer leur droit à la légitime défense à balle réelle. Lorsqu’une personne lance un caillou sur un polocier, c’est pour le blesser ou le tuer. C’est donc un délit. Au même moment les enfants de ces gens suivent leurs études normalement à l’étranger.
    Sur les terroristes qui sement la mort dans certains quartier au Burundi, ils sont formés ici au Rwanda au vu et au su des Rwandais. Il faut dire les choses telles qu’elles sont. Vous avez pu constater qu’ils utilisent le même mode opératoire que celui mis en oeuvre par les escadrons de la mort du FPR qui ont semé la mort et la terreur au Rwanda entre octobre 1990 et 6 avril 1994 et tous les sept ans juste un mois avant chaque élection présidentielle. Plus les opposants font preuve de leur irresponabilité, plus chien ne peut même pas le respecter. Ces gens savent que le coup d’Etat contre le président Burundais ou la tentative de décapitation du gouvernement burundais est l’oeuvre de Kagame. Certains de ses auteurs sont vautrés dans les hôtels ici Rwanda. Outre l’absence d’humanité élémentaire chez Kagame, celui-ci supporte difficilement l’échec. Après ce fiasco ou mésaventure burundaise, Kagame a opté pour la terreur par le jeu de pose des bombes et jet des grénades dans les lieus publics burundais, exactement comme il a fait au Rwanda durant la période ci-dessus mentionnée. Mes affirmationssont vérifiables et le gouvernement burundais le sait très bien. Mais une question se pose: pourquoi Nkurunziza ne somme-t-il pas publiquement Kagame pour qu’il mette fin à ses forfaits.Il a trop versé le sang des millions de pauvres paysans de notre région. S’il en a encore soif, il n’a qu’aller s’alimenter ailleurs.
    Le role de médias est d’éduquer et d’informer le Peuple et nullement d’entrer dans le jeu des irresponsables. Ce problème des actes terroristes contre les pauvres paysans aurait dû et doit être soulevé par les journalistes. Certains d’entre eux connaissent la vérité car ils ont été informés par les Rwandais Or, curieusement, ils se taisent.

  2. NTACONZI Jean

    Turiyamirije abo bantu batinya amatora

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 593 users online