Samedi 18 septembre 2021

Société

Mugamba : une mère et sa fille retrouvées mortes

04/08/2021 3
Mugamba : une mère et sa fille retrouvées mortes
Régine Niyonkuru, la victime avec son mari, blessé lors de l’embuscade de Rutegama

Deux corps sans vie d’une mère et sa fille ont été retrouvés le soir de ce lundi 2 août à leur domicile sur la colline Mugendo-Ndengo, commune Mugamba en province Bururi. La famille, est dans le désarroi.

La découverte macabre a été faite par les voisins aidés par les administratifs et la police. Le corps sans vie de Régine Niyonkuru, 45 ans, enseignante à l’école fondamentale de Ruko a été retrouvé dans la cuisine.

Celui de sa fille, Christiane Iteka, élève de la 9ème fondamentale avait été enterré à la hâte dans une bananeraie près de la maison. Toutes les deux ont été sauvagement tuées à l’aide d’une hache.

Selon Salvator Hakizimana, un membre de la famille, les deux enfants qui vivaient avec leur mère s’étaient rendus à Gitega pour voir leur père, Fréderic Niyonizigiye, cadre au ministère chargé des transports.

Christiane Iteka, élève à Gitega était venue chez sa mère. Dimanche, toutes les deux se sont rendues à l’église mais dans l’après-midi, la jeune fille était introuvable. Les deux n’avaient pas assisté au même office, cette mère de famille avait pris part à la messe de la mi-journée.

De retour de l’église, cette mère a cherché sa fille en vain, elle a interrogé les voisins et appelé les connaissances en vain. « Toutes les démarches n’ont rien donné, elle passera toute la nuit sans la retrouver », fait savoir M. Hakizimana.

Selon les voisins, la mère aurait poursuivi les recherches de sa fille le matin du lundi 2 août jusqu’à 10 h avant de disparaître elle aussi. « A un certain moment cette mère s’est également volatilisée ».

Le domestique suspecté

D’après les mêmes sources, un domestique qui venait de passer deux semaines seulement dans ce ménage est beaucoup soupçonné d’être l’auteur de ce double meurtre. Il serait originaire de Kayanza.

Ce lundi vers midi, raconte les voisins, il a tenté de vendre les vaches de cette famille et des clients étaient déjà sur place. « On s’est opposé et on a contacté le propriétaire à Gitega qui a nié tout projet de vente ». Craignant d’être démasqué, poursuivent-ils, ce domestique a trompé notre vigilance pour s’échapper. « Il est introuvable depuis ».

Pour Salvator Hakizimana, c’est incompréhensible qu’il ait déjà connu les clients des vaches dans moins de deux semaines. Un autre mystère, dit-il, le domestique avait déjà contacté les clients deux jours avant les faits, soit vendredi le 30 juillet.

Les voisins et d’autres connaissances alerteront la police et l’administration et les corps des victimes seront trouvés dans la soirée. Ces informations sont confirmées par Vénuste Ntahombaye, administrateur de la commune Mugamba.

D’après lui, les enquêtes sont en cours pour identifier les mobiles et les auteurs de ces assassinats. Cinq personnes sont sous les verrous pour enquête. Il invite la population a bien identifier leurs employés et communiquer tout suspect à l’administration.

Fréderic Niyonizigiye, père de la famille éprouvée est un rescapé de l’attaque de Rutegama qui a coûté la vie à plus de 15 personnes. Ses blessures au bras n’avaient pas encore cicatrisé.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Emmanuel

    Le journaliste a écrit : les victimes ont été tuées à la “hanche” on ne comprend plus rien !

    Erreur: Hache. Merci c’est corrigé

    • Yan

      Le coupable doit être le correcteur automatique; quelle andouille!

  2. Pablo

    Birababaje ntakundi pole à la famille et à tout le pays

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 206 users online