Archives

Les reporters d’Iwacu quadrillent la ville et vont vous faire vivre, heure par heure, les événements de la 2ème journée des manifestations

27/04/2015 La Rédaction 22

Musaga: La lutte continue

18h15. Les manifestants opposés au troisième mandat du président Nkurunziza décident d’arrêter pour ce soir leur mouvement mais se conviennent de reprendre les contestations ce mardi. Une mesure survenue juste après un mot d’ordre d’un négociateur providentiel apparemment connu et respecté par ces jeunes gens.

Vers 17H30, la personne qui traduisait certains témoignages du kirundi en français pour Sonia Rolley (Journaliste de RFI) a été arrêtée par la police à Musaga près de la première avenue. Les policiers ont demandé au traducteur d’exhiber sa carte de presse, ce qui a étonné la journaliste Sonia Rolley de France 24. Il a alors été embarqué. Sonia a alors refusé de quitter les lieux: «Cela signifie que je suis également arrêtée par la police burundaise. » Pour le moment, les négociations continuent pour sa libération.

17h. Premier bilan de la police

André Ndayambaje, directeur général de la police, donne le chiffre d’environ 157 personnes arrêtées hier le 26 avril . Les suspects sont en garde à vue au commissariat municipal de la police, ancien bureau spécial de recherche (BSR). Il ne donne pas les chiffres des personnes tuées ou blessées. Les dégâts matériels restent inconnus. Il dément la présence des Fdlr parmi les Imbonerakure. Pas d’Imbonerakure en tenue qui opéreraient aux côtés de la police.
Pas de bilan pour la journée d’aujourd’hui.

15h 30. Kamenge : des Imbonerakure armés de gourdins sont massés au carrefour des routes vers Kamenge et Ngagara . La police et l’armée essaient de les contenir. Leur objectif : assaut sur les quartiers 6 et 7 de Ngagara pour en découdre avec les manifestants.

La Rpa fermée

14h34. Beaucoup de policiers commandés par le commissaire en mairie de Bujumbura viennent de fermer la RPA. Ils étaient t munis d’un mandat du procureur de la République en mairie de Bujumbura. Kazungu, un employé du service national des renseignements était sur les lieux. « Laissez-les fermer la radio mais qu’ils ne tuent personne et qu’ils ne volent pas le matériel », lance Bob Rugurika, indigné.

Nyakabiga: les jeunes érigent d’autres barricades

13h30 : Les manifestants ne désarment pas, ils ont bloqué la 9ème avenue du quartier Nyakabiga II par de grosses pierres, des vieux meubles, des pneus auxquelles, ils mettent du feu. C’est tout près de l’église ’’Life center’’.
La police s’est empressée à dégager cette route mais des tentatives pour barrer cette route se multiplient. Ils se livrent à un jeu de cache-cache. Maintenant les policiers essaient de quadriller Nyakabiga mais difficile de distinguer les manifestants des badauds. Les tirs de gaz lacrymogènes fusent dans le quartier. Et chaque détonation semble galvaniser les foules, qui ripostent en hurlant leur colère contre ces policiers.

Et à la 5ème avenue au quartier Nyakabiga III, tout le monde est resté bouche bée après la découverte des restes d’un projectile bizarre lancée par la police. Il s’agirait d’une grenade. «Ça c’est pour tuer et non disperser les manifestants », s’est écrié un des ces jeunes.

L’ombudsman acclamé par les manifestants

13h 20. Muhamed Rukara est en visite à Musaga. Il a été fortement applaudi par les manifestants qui dégagent les barricades pour le laisser circuler librement dans le quartier. Message des manifestants : libérer Pierre Claver Mbonimpa et tous ceux qui sont actuellement détenus pour participation à ces manifs. « Je prends acte », promet l’Ombudsman. Signalons que Muhamed Rukara est membre du comité des sages du parti Cndd-Fdd.

Les camions remorques bloqués à l’entrée de Musaga

12h25. Plusieurs camions remorques dont des camions citernes ont passés toute la matinée bloqués à l’endroit connu sous le nom de ’’Kwa Ruhara’’. Les jeunes manifestants avaient érigé des barricades juste à l’entrée de leur quartier sur la RN7 à quelques mètres du parking des bus. C’est vers 12h15 que ces camions ont pu poursuivre leur route non sans résistance de la part de ces jeunes manifestants.

Fermeture des médias : « ça rappelle 1972 »

12h 20. Pour Audifax Ndabitoreye, candidat indépendant aux présidentielles et représentant légal de l’association « Imbono Charisma », « arrêter la synergie des médias et fermer les stations de radios privées rappellent les années 1972 quand le président Micombero a massacré des milliers de centaines de gens après avoir fermé la station « Cordac » qui commençait à alerter sur ces massacres.

Il demande aux troupes en mission à l’étranger de rentrer pour aider dans la protection des populations civiles. Il exhorte la communauté internationale à suivre de près la situation au Burundi.

Jean Minani : « Ce ne sont pas des manifestations à caractère ethnique »

12h10. Le président du parti Sahwanya- Frodebu Nyakuri et candidat à la présidentielle s’inscrit en faux contre une information rabâchée par une station de radio privée proche du pouvoir que les manifestations sont localisées dans des quartiers majoritairement tutsi. « Les habitants des hauteurs de la ville de Bujumbura sont descendus pour se joindre à ceux de Musaga, Kanyosha, Mutakura, Nyakabiga. Ensemble, ils convergent vers le centre-ville.

Il loue l’armée déployée dans les quartiers. « Je la félicite et l’encourage à continuer à s’interposer entre la police qui use de moyen disproportionnés et les populations qui manifestent pour réclamer le respect de la Constitution et l’Accord d’Arusha. La population réclame aussi le retrait des armes des populations civiles.

Il condamne la justice burundaise qui émet des mandats d’arrêt contre les militants des droits de l’Homme. « C’est une preuve de plus que la justice est inféodée à l’exécutif ».

Pour Jean Minani, c’est une honte de s’en prendre aux médias privés alors que les stations proches du pouvoir ne sont pas inquiétées.

Il félicite et encourage les manifestants.

11h 47. La RPA Ngozi fermée. Le gouverneur de Ngozi, le commissaire provincial de police, et la procureure de la République viennent de fermer la RPA Ngozi. C’était la seule station privée qui pouvait relayer les émissions des stations-mères de Bujumbura.

11h45. Des grenades lacrymogènes lancées sur la maison du journaliste de la RPA Léonce Niyongabo. Une à travers la fenêtre. Pas de dégât humain.

Synergie des médias : «Le droit à l’information est un droit inaliénable »

11h15. Le président de l’OPB (Observatoire de la presse au Burundi), Innocent Muhozi et le président de l’ABR (Association burundaise des radiodiffuseurs), Patrick Nduwimana se disent indignés et choqués par la décision de la police d’arrêter la Synergie des Médias (RPA, Bonesha FM, Renaissance FM, Isanganiro et CCIB FM+).

Les journalistes qui ont été séquestrés dans les studios ont été libérés, ils ont été brutalisés. « Ces policiers ont investi la Maison de la Presse sans aucun mandat », s’insurge Patrick Nduwimana. Selon Innocent Muhozi, la population a le droit de savoir ce qui se passe. «Nos radios respectives vont continuer leur devoir d’informer la population sur le développement de la situation.»

10h 55.Maison de la presse : Ça y est. Un palier de plus dans le verrouillage de l’espace public: la police vient d’interrompre la synergie des média.

Maison de la presse: Pierre-Claver Mbonimpa arrêté

10h 52. Le président de l’Aprodh qui s’apprêtait pour une interview à la Maison de la presse vient d’être arrêté par des éléments de la police. Un journaliste du Groupe de presse Iwacu a été brutalisé. Un nombre impressionnant de policiers se trouve tout au long de l’Avenue du 28 novembre juste en face de la Maison de la Presse.

10h 50. Maison de la presse : Les studios de l’ABR investis par les policiers conduits par le commissaire municipal. Ils brandissent un mandat signé par le procureur de la République. Les policiers sont en train de fermer les bureaux. La police arrache au journaliste Jean de Dieu Nsengiyumva son téléphone portable. Les gens de la commission indépendantes des droits de l’homme sont là.

10h 35. Kirundo : La police a empêché des gens rassemblés à l’entrée sud de la ville (route Ngozi-Masanganira-Kirundo) de manifester. Sur leurs pancartes, des messages contre la candidature de Pierre Nkurunziza.

Onésime Nduwimana : « Ce sont plutôt des fossoyeurs de la démocratie »

10h 30. Condamnation du forcing des Bagumyabanga qui ont porté Nkurunziza comme candidat. « Ce sont des fossoyeurs de la démocratie. Condamnation des gens qui ont lancé le mandat contre Vital Nshimirimana.

Mandat d’arrêt contre Vital Nshimirimana

10h 25. Un mandat d’arrêt contre Vital Nshimirimana est déjà signé. Le délégué général du Forsc qui a appelé à manifester au nom du mouvement « halte au troisième mandat » devait prendre aujourd’hui l’avion pour Arusha afin de participer au procès opposant le parti Uprona à l’Etat burundais.

10h 15. L’armée protège les manifestants

Nyakabiga. Avenue de l’Université. Des policiers arrêtent deux jeunes. Elle les passe à tabac. L’un des jeunes crie au secours. L’armée intervient et fait monter le jeune dans un pick-up militaire. D’une manière générale, les manifestants courent se cacher derrière les militaires chaque fois que la police arme pour lancer des gaz lacrymogènes.

Musaga : Les populations venues des hauteurs se joignent aux manifestants.

Kanyosha : Les manifestations font route vers le centre-ville. Ce sont surtout des populations des hauteurs de la capitale. Les populations accourent vers l’armée chaque fois que la police se prépare à tirer les gaz lacrymogènes.

Ngagara et Cibitoke : des barricades partout.

Rumonge : les lycéens rentrent chez eux. Raison : des patrouilles d’hommes inconnues autour de l’école. Même situation au Lycée Mwaro.

Musaga: escarmouches entre les manifestants et les policiers

10h 10. Les gaz lacrymogènes viennent d’être lancés contre les jeunes manifestants, ils avaient érigé des barricades au niveau de la première avenue en face du lycée communal. Ils demandaient à ces policiers de ne pas stopper leur mouvement, mais ces derniers leur ont révélé qu’ils avaient l’ordre de les empêcher d’aller au centre-ville. Quelques négociations avaient même été entamées entre ces manifestants et ces policiers sous les auspices de quelques militaires sur place. Mais les gaz lacrymogènes ont été lancés et les manifestants ont riposté par des jets de pierres.

Mutakura : les jeunes manifestants bloqués au niveau du Camp municipal

9h45. Les jeunes manifestants venus de Cibitoke et Mutakura n’ont pas continué leur progression jusqu’au centre- ville comme ils le promettaient, les Forces de l’ordre envoyées pour les contrer ont finalement pu stopper ce mouvement au niveau du Camp municipal à Ngagara.

Ces jeunes manifestants ont bravé les lacrymogènes, brûlé quelques pneus et érigé des barricades au niveau de la route connue sous le non de ’’Ku rya Kanyoni’’.

Signalons que la police a arrêté une quinzaine de jeunes manifestants dans la foulée.

Mutakura : les militaires et les policiers sont débordés

9h45. Les Forces de l’ordre dépêchées pour barrer la route aux manifestants venus de Mutakura et qui sont décidés d’aller jusqu’au centre ville n’ont pas pesé lourd face à la vague de ces jeunes surchauffés.

Jabe : des barricades

09h 30. Des barricades faites de grosses pierres et de vieux meubles ont été érigées, ce matin, par des jeunes manifestants sur la route macadamisée située tout près du marché de Jabe, il est pour le moment fermé. Et comme cela ne suffisait pas ces jeunes gens ont brûlé des pneus tout près de ces barricades. Que Dieu protège le Burundi», dira une vielle dame qui allait au marché pour ses courses.

Mutakura : « Nous voulons des militaires et non des policiers »

9h30. Tout Mutakura est en ébullition, ce matin, mais quand les policiers sont arrivés pour contrer les jeunes manifestants décidés de poursuivre leur mouvement de contestation, ils sont devenus menaçants. Ils réclament que la sécurité soit assurée par des militaires qui ont patrouillé toute la nuit dans ce quartier du nord de la capitale.

09h38. Nyakabiga : Des centaines de jeunes font route vers le centre-ville. Pneus brûlés au niveau de l’Avenue Muyinga.

9h15. les quartiers sud de la capitale

Kanyosha : Des rassemblements de manifestants sont signalés.
Musaga : Beaucoup de manifestants. Pneus brûlés. Tirs de gaz lacrymogènes. L’armée protège les manifestants.

Les jeunes de Nyakabiga dans la rue ce lundi matin

Des groupes de jeunes se sont rassemblés  depuis ce matin à Nyakabiga ©Iwacu
Des groupes de jeunes se sont rassemblés depuis ce matin à Nyakabiga ©Iwacu

8h. C’est par des chansons appelant le Président Nkurunziza à renoncer à son troisième mandat que des groupes de jeunes se sont rassemblés, depuis ce matin, à Nyakabiga à sur la route macadamisée communément appelée avenue de la mort. Les militaires qui ont patrouillé dans cette commune toute la nuit étaient de chaque côté de la route. Ils n’ont pas empêché la progression de ces jeunes.

Même les policiers, environ une dizaine, n’ont pas voulu stopper ce mouvement, se contentant de les suivre à une distance raisonnable pour éviter tout incident. Ces jeunes gens se sont dirigés par après vers le Lycée Scheppers sur la route pavée séparant ce quartier et le campus Mutanga.

C’est en face du Village d’enfants SOS que ces manifestants ont été dispersés par la police. Ces jeunes gens se sont retrouvés pris en tenaille par la police.

Signalons que deux jeunes gens ont été arrêtés par la police, lors de ces manifestations autour du quartier Nyakabiga III.
______________
Soirée de dimanche à lundi : Nuit relativement calme

Deux personnes tuées au quartier Mutakura (nord de la capitale). Coups de feu sporadiques dans le quartier Cibitoke (nord de la capitale). L’armée déployée dans les quartiers Cibitoke, Musaga (sude de la capitale), Nyakabiga (centre) dès la tombée de la nuit.
_____________-
>>> Manifestations du lundi, 27 avril 2014, (2ème jour) en images

Forum des lecteurs d'Iwacu

22 réactions
  1. Ntahitangiye

    Mbega k’unyita ikirogorogo udasomye ivyo mvuze vyose ? Uzi gutukana gusa ? Ngo witwa Delta de la Rusizi ? Mbega navuze ibirato gusa ? Ni kuki utatweretse projet de société yawe ugaheza ukagira dossier ya candidature kugirang’ urongore Uburundi neza cane twese abarundi uko tungana turonki ibirato hamwe na les 4×4 ? Mbega urazi igihugu na kimwe mw’isi yose abanyagihugu bose bafise kazoza nziza ? I Buraya narabonye abanyagihugu batagira aho baryama . Umugore n’umugabo baryama hanze. Mbega abo barahiriwe ? Ubujuju bwacu nibwo buzotuma twisamburirako nk’intungwa. J’apprécie les forces de sécurité de mon pays, nous leur devons du profond respect, ils brillent partout et je souhaite qu’ils organisent des séminaires de patriotisme pour les politiciens qui sont trop en retard.

  2. Delta de la Rusizi

    Mbega iki kirogorogo Ntahitangiye avuze iki? Hari uwo wumvise yavukanye ibirato canka ama costumes. Abo bambaye amakambambire ntibabwirizwa kuronka amahirwe yo kuronka kazoza keza, bagatwara les 4×4 tubona n’abandi bigeze kungenda ibirenge bisa bafise???

  3. Vuvuzela

    “Hitamwo neza, hitamwo Yesu, nawe Satani we n’umubeshiii….”. Chanson jouee en 1993 apres l’assassinat de Ndadaye a longeueur de journees pendant des mois.

    Monsieur Peter, on ne peut pas se permettre de revivre l’enfer des annees passees sous votre Presidence. S’il vous plait, resaisissez-vous tres vite et ca presse.

  4. Ahashashe

    We ubumazemwo imyaka 10. ababumazemwo imyaka amajana nabo. cane cane Kuva ku ntwaro yambere. Bo ntibari bafise naho bavugira. ubucakara uvuga ntabwo mbona umenya utazi nicari ico.

  5. Ntahitangiye

    Je vois les manifestants en babouches , ils connaissent la constitution ou les accords d’Arusha ? En quoi leur manifestation va-t-elle changer leur vie ? Ils acclament l’armée et boudent la police, veulent-ils diviser les forces de sécurité ? Certains manifestent en riant comme si c’était un amusement. Qui est ce négociateur providentiel connu et respecté par ces jeunes gens ? Mieux vaut tard que jamais.

  6. Jon.P

    Ngagara, nimuzibire amayira yose yinjira mu ma quartierskandi ntimuryame.
    Nimutabaze Abasoda.

  7. Kayuku

    OYA NTIBISHOBOKA KO BUGARA RPA BAGASIGA REMA-FM SYNONYME DE RADIO MILLE COLLINES RUTOMORANGINGO!

  8. Delta de la Rusizi

    Tabariza abanyagihugu ba Mutakura imbonerakure zirabateye

  9. Patriote 4

    Une police qui est entraim d’etre detruite par le CNDD FDD. Ces policiers sont plus guides par une haine qu’autre chose, intoxiquee? Une police nationale qui accepte de travailler ensemble avec une milice connue habillee de la meme uniforme?

  10. Erika

    Merci énormément a l’équipe de Iwacu de nous garder informer. On partage les nouvelles partout a l’international! Et on est avec vous dans ces moments difficiles!

  11. mandela

    Je pense que tu as raison, mon ami.

  12. Delta de la Rusizi

    munt ashobora kuronka uko y informa
    abasoda yobigira.. # Ngagara in serious need of
    soldiers back up.. # imbonerakure are invading
    the commune.. iyi ni alerte ya serieux faites
    passer le message

  13. Delta de la Rusizi

    Hari inkuru ishushe ivugwa ko mu ngoro ya cndd fdd hari interahamwe bariko bambika impuzu z’igipolici ngo barungikwe mu ma quartiers. Tohoza iyo nkuru

  14. Gondwanais Lamda

    Appel à la solidarité en faveur de la RPA, je demande à toutes les radios de Bujumbura, d’accorder chacune 60 minutes d’antenne aux journalistes de la RPA pour des emissions les plus écoutées sur cette station. C’est juste un appel à la Solidarité.

  15. hat

    Nous sommes de coeur avec vous,vaut mieux mourir face à l ennemi du peuple que vivre à genoux. Komera ubugabo burihabwa.

    .

  16. Buyoya

    Honte a Nkurunziza, au parti CNDD- FDD, a la police nationale, aux imbonerakure et a toute personne qui soutient le 3eme mandat de Peter. None murakenyeye musubire musese amaraso y’Abarundi?
    Courage aux manifestants, kandi nukuri Imana muri kumwe.

  17. Gondwanais Lamda

    RPA barayugaye complètement, Bon courage à tout le peuple, la lutte continue

  18. Gondwanais Lamda

    Tous les militaires burundais se trouvant à l’étranger devraient rentrer maintenant, le pays est en danger. Quand le Régime Micombero a commencé à massacrer la population, il a vite fait de museler la radio “cordack”. Aujourd’hui le Régime Nkurunziza, veut museler la RPA, Isanganiro et Bonesha pour les empêcher d’informer la population sur les événements en cours, ce Régime a tord. Aujurd’hui, Hutu, Tutsi et Twa se sont lever comme un seul homme pour dire Non. Nous devons résister, la nuit peut être aussi longue qu’elle voudra, la jour fini toujours par se lever. Je félicite les éléments de l’armée qui ont protéger la population aujourd’hui. Que Dieu Protège notre Patrie.

  19. NTAHO

    Komera turi kumwe namwe amasengesho ni menshi

  20. Nzobandora

    DUBREIL,
    Tout ce ridicule chaos parce qu’une personne croit avoir été porté à la tête par DIEU et non par le peuple et qu’il souhaite garder le pouvoir contre vents et marrées

  21. DUBREIL

    Moi qui pensait que l’alternance politique était acquise au Burundi !

  22. vahasi

    Ntimuhagarike nubu dutegerezwa kwikurako abo bagomba kutugira aba esclave vyanke nkuko nyakubahwa musenyeri Ntamwana. andika numeros de compte abadashoboye kuza tushire amafaranga kuri compte. Ntimucane mwo ivyubwoko Fatana munda nugupfa twarafyuye, abo ba maratiri bamaze gupfa turetse twoba tubishe kabiri. il doit partir peter ntakindi.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Confession

Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Confession

La énième mise en garde adressée à Iwacu par le Conseil National de la Communication pour non-respect du principe de l’équilibre de l’information est tombée comme un couperet. Je suis resté sans voix. L’équilibre de l’info, c’est notre ADN, fondamental, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 318 users online