Opinions

Le prince Louis RWAGASORE face à son ennemi irréductible : Albert MAUS (i)

Le Prince Louis Rwagasore en pleine réunion du Conseil général du Ruanda-Urundi tenue au Palais des arts en juin 1959. A l’extrême gauche son pire ennemi Albert Maus(en lunettes, les bras croisés), président de l’Association des Colons du Ruanda-Urundi. Un défroqué qui hérita une grande fortune de son père. Il finançait au Rwanda le PARMEHUTU de Grégoire Kayibanda et l’APROSOMA de Joseph Gitera
Le Prince Louis Rwagasore en pleine réunion du Conseil général du Ruanda-Urundi tenue au Palais des arts en juin 1959. A l’extrême gauche son pire ennemi Albert Maus(en lunettes, les bras croisés), président de l’Association des Colons du Ruanda-Urundi. Un défroqué qui hérita une grande fortune de son père. Il finançait au Rwanda le PARMEHUTU de Grégoire Kayibanda et l’APROSOMA de Joseph Gitera

Dans son « droit de réponse » publié dans La Dépêche du Ruanda-Urundi N0 429 du 4 décembre, le prince Louis Rwagasore s’adresse à Albert Maus(ii) qui avait écrit quelques jours avant dans la même revue un brûlot intitulé « Prince, l’APROSOMA dit non ! »
A défaut d’analyser les deux textes, faute d’accéder à celui d’Albert Maus(iii), revenons sur les principaux arguments avancés par le prince. Ils méritent qu’on s’y arrête et qu’on les médite tant leur pertinence, comme la plupart de ses écrits, reste d’actualité.

La fascination du Ruanda (Rwanda actuel)

Nous sommes au lendemain de la fameuse « Toussaint Ruandaise »(iv). Les Tutsi du Ruanda, avec le roi et sa cour, ont été chassés du pays quand ils n’ont pas été massacrés par une population de l’ethnie Hutu dressée contre eux par l’administration tutélaire sous la férule du Colonel Logiest, alors Résident Spécial du Ruanda.
Rwagasore rappelle à son interlocuteur que le Burundi n’est point le Ruanda. Penser répéter les mêmes turpitudes orchestrées outre-Kanyaru ne sera pas chose aisée au Burundi même si le pouvoir tutélaire l’a essayé depuis longtemps déjà. Diviser les Burundais n’est point aimer le Burundi, dit-il ; car le peuple est un :
« Vous voulez sauvez le pays ? Sauvez-le tout entier, mais n’essayez pas de le diviser parce qu’alors ce n’est pas le Burundi que vous aurez aimé. »(v)

Ce qui arrive au Ruanda est trop brutal, trop récent pour penser qu’il s’agit d’un nouvel ordre pérenne et bon pour le pays. Le prince utilise alors une magnifique expression ; il écrit que l’histoire ne nous a pas encore révélé un son véridique sur ces évènements. Et le prince d’ajouter prophétique :
« (…) il serait stupide et imprudent de vouloir conclure dès maintenant. »(vi)

Le vrai problème du Burundi

Ce dont souffre son pays, le prince Louis Rwagasore ne l’explicite pas en termes antagoniques : il s’agit plutôt de trouver des solutions à l’épanouissement des « petits » et des « faibles », écrit-il, qui « n’ont pas de race » ! Et on trouve des petits et des faibles dans toutes les couches de la société. Et d’ajouter, prophétique encore, que celui ou ceux qui oseront opprimer un des quatre segments de la société (Hutu, Tutsi, Twa et Ganwa) sont appelés immanquablement à « disparaître ».
Tenter de séparer les Hutu des autres groupes, les Tutsi du reste de la population ; imaginer oublier les Batwa ou les Ganwa, tout ceci est suicidaire car, nous rappelle encore le prince c’est « mettre le doigt entre l’écorce et l’arbre ». En d’autres termes, c’est dénaturer la nation burundaise ; c’est la violer dans son essence. Et cela, rien ni personne ne peut y parvenir à long terme hier, comme aujourd’hui ou demain.
En ces jours durant lesquels nous nous souvenons de notre héro et martyr du recouvrement de la souveraineté nationale, méditons encore ces paroles extraordinaires afin qu’elles nous aident à poursuivre la lutte pour la dignité de tous et de chacun dans notre chère patrie.

_______________________________________________

i. Le présent article s’est inspiré du texte de Louis Rwagasore publié dans l’ouvrage suivant : Christine Deslaurier et Domitien Nizigiyimana, Paroles et écrits de Louis Rwagasore : leader del’indépendance du Burundi, Bujumbura-Paris, Iwacu et Karthala, 2012, p 118-123

ii. Albert Mauss fut un missionnaire De Scheut au Ruanda-Urundi, se défroqua et contribua à la création de l’APROSOMA (Association pour la Promotion de la Masse) au Ruanda puis le PP (Parti du Peuple) au Burundi. Il s’était installé à Resha d’où il se suicida plutôt que de retourner en métropole.

iii. Je n’ai malheureusement pas pu trouver le texte d’Albert Mauss qui fait polémique. Il avait été publié dans le numéro 426 de La Dépêche du Ruanda-Urundi le 13 novembre 1959.

iv. Au sujet de cet évènement, lire avec intérêt et circonspection les ouvrages suivants : Guy Logiest, Mission au Rwanda : un Blanc dans la bagarre Tutsi-Hutu, Bruxelles, Didier Hatier, 1988 ; Jean-Pierre Harroy, Rwanda : de la féodalité à la démocratie, Bruxelles-Hayez, Paris, Académie des Sciences d’Outre-Mer, 1984 ; Un numéro spécial de la revue Dialogue intitulé La Révolution rwandaise, 30 ans après, N0 137 Novembre-Décembre 1989 ; Bonaventure Mureme, Manuel d’histoire politique et sociale du Rwanda contemporain : Tome I larévolution rwandaise et la première république, l’Harmattan.

v. In Paroles et écrits… p 121

vi. Ibidem p 121

Forum des lecteurs d'Iwacu

34 réactions
  1. Stan Siyomana

    @MNF: “…TERRITOIRE DU ROI BELGE, si je ne me trompe pas”
    1. L’Etat Independant du Congo etait une possession personnelle du roi Leopold II de Belgique pendant 23 ans ( de 1885 jusqu’au 15 novembre 1908).
    2. Le nom de Congo belge fut utilise en 1908 quand le parlement belge se resolut a abandonner la strategie qui avait consiste a agir indirectement a travers le roi Leopold II et VOTA L’ANNEXION un an avant la mort du roi.
    (Voir Wikipedia: “Congo belge”, http://www.wikipedia.org).
    3. Le grand ecrivain americain Mark Twain (son vrai nom: Samuel Langhorne Clemens 1835-1910) a publie en 1905 le livre? “King Leopold’s Soliloquy” (qui coutait a l’epoque 25 centimes de dollar americain ($0.25).
    Soliloquy = the act of talking to oneself.
    Merci.

  2. MNF

    Merci, J. Marie pour votre réponse, je ne peux élaborer mieux que je l`ai fait dans mon précédent commentaire car je suis de nature une personne d`action: j`aurais aimé que des Gens d`expérience comme vous nous guide en trouvant des solutions durables aux problèmes actuels. Sinon les bonnes intentions et bienfaits de nos encêtres ne suffisent pas, il faut agir.
    Je profite de l`occasion pour réagier aux propos de M. Roger; je ne suis pas prêt à donner beaucoup d`explications relatives aux propos déplacés de ce Monsieur “ Blanc“, mais je tiens à préciser que les Blancs ont beaucoup de prejugés envers les Africains en général et les Noirs en particulier. C`est à nous de prouver que nous sommes capables de nous organiser comme eux et avancer au lieu de toujours leur tendre les mains.
    A Monsieur, Mugunza, je répond que la Race blanche est mieux organisée que celle Noire, donc, s`est à toi de tirer la conclusion qui te convient.
    Quand j`étais jeune, ma Mère nous disait : “ Bana banje, burya uwukurusha intambwe aba akuruta“. Mugunza, niwaba utemera ko Umuzunga akuruta, ntuzopfa uteye imbere. Qui veut se dévolopper apprend des autres qui se sont développés avant lui !
    Que Dieu vous bénisse!

    MNF

  3. Mugunza

    @MNF
    “…un Monsieur de Race Blanche, habillé en cravate m`a approché et posé la question de savoir mes Origines. Après avoir appris que je suis Africain d`Origine, il a commencé à mon raconter, avec tout son sérieux , un bon projet pour le Continent africain; je cite:“ L`Afrique est un Ghetto, elle doit disparaitre”…

    Qu’est-ce qu’un Blanc en cravate diffère d’un Nègre en haillons quant au contenu de sa caboche? Crois-tu que tous les Blancs ivres soient-ils ivres ou non véhiculent des vérités? En moins que tu n’addère à la supériorité des races et bien entendu la blanche étant supérieure à la négre!

  4. Mugunza

    @J-PK
    Où est l’intérêt de savoir s’ils sont issus des Tutsis, Hutus, Twa ou autre origine? Un intérêt scientifique? Historique? Politique? Juste la curiosité? Toute vérité n’est pas bonne à dire, surtout quand elle risque de créer plus de problèmes que de solutions.

    Néanmoins avant que la division socio-politique dite Hutu-Tutsi ne soit très réelle, les grands responsables religieux et politiques qui aidaient le Roi et assuraient la pérénité de la couronne étaient essentiellement issus des clans Hutu. Et cela ne posait aucun problème national! Le pays était trés bien organisé, fier et stable. Ceci suffit pour le moment.

    Bien à toi. Mugunza

  5. J-PK

    Cher JM Ngendahayo,

    J’ai lu l’ensemble de vos réactions concernant la question des Baganwa. Je dois avouer, sincèrement, que je n’avais aucune idée de votre position par rapport à la question. Je suis entièrement satisfait. Il reste que le silence n’arrange rien, au contraire. Et quand on a une voix qui porte, il vaut mieux crier tant qu’il est encore le temps de le faire.

    Cordialement

    J-PK

  6. Anne Gatoni

    Cher JM Ngendahayo,
    Je te remercie pour avoir humblement reagi a ma position contribution. Reconnaitre que ce qu’on dit de vous n’est que machination est une bonne chose a condition que votre conscience ne vous accuse de rien. Qu’on ait dit haut ce que certains disent bas tu comprends aussi que ce n’est pas de notre faute et d’ailleurs tu n’as pas condamne.
    En tout cas si tu continues a ameliorer ton image tout en demandant pardon a l’un ou l’autre de tes amis ou camarades que tu aurais offense ou trahi alors que vous faisiez le meme chemin(peut etre par inconscience car j’ai l’impression que c’est le cas,ce qui est politiquement grave) tu me parais un patriote excellent et tres utile a la nation. Courage!

  7. Anne Gatoni

    Cher Stanny merci pour votre riche reaction a ma contribution.
    Je crois que l’on se comprend bien. En effet j’ai dit que Rwagasore a ete temeraire et que cela nous a beaucoup coute. Et qu’il aurait d’abord cree intelligemment les conditions de sa survie physique afin de se donner le temps necessaire de consolider ideologiquement et politiquement son parti.
    Pas aussi pour se faire pendre necessairement apres car apres tout tous les leaders qui ont combattu pour l’independance n’ont pas ete tues.
    Aussi est il que Mandela aurait ete tue depuis longtemps vu la pertinence de la causwe defendue.
    Merci

  8. Chère Anne, témerité de Rwagasore et Lumumba? Kigeli Ndahindurwa a voulu être plus conciliant et l´a échappé de justesse…Face au faschisme des colons belges il n´y avait pas de solution magique. Merci à Jean Marie de ses analyses.
    Jean Binama
    [email protected]

  9. Stan Siyomana

    @Anne Gatoni: “Mais tout simplement aussi , contrairement aux heros comme Mandela et Nyerere quelle est le legue du Prince a son parti qui plutot dans une courte periode est devenu l’un des partis les plus sinistres de l’Afrique”.
    1. Si le Prince Louis Rwagasore avait ete a la tete du parti UPRONA pour une “longue periode” (comme tous ces Nyerere et Mandela), alors on pourrait (peut-etre?) lui reprocher de n’avoir pas bien mis en place des structures de succession pour assurer l’avenir des ideaux du parti.
    Mais comme il est mort (assassine le 13 octobre 1961) prematurement, IL SERAIT INJUSTE DE LE RENDRE RESPONSABLE DE LA CONDUITE (PEU PATRIOTIQUE?/MOINS QU’HONORABLE?) DE CEUX QUI L’ONT SUCCEDE A LA TETE DU PARTI.
    2. Vu les differentes tragedies que le BEAU PAYS DE MWEZI GISABO a connues en 1965, 1969, 1972, Ntega-Marangara en 1987?, 1993 (en grande partie, quand l’UPRONA etait parti unique au Burundi, personne ne devrait comparer l’histoire de ce parti a la longevite des illustres partis politiques de Nyerere et Mandela.
    – Quand Julius Kambarage Nyerere etait encore etudiant a Makerere University (Kampala, Uganda) dans les annees 1940, il a participe a la fondation de Tanganyika African Association (TAA), qui en 1954 s’est transforme en parti politique: Tanganyika African Union (TANU), puis en 1977, TANU s’est allie a Afro-Shiraz Party de Zanzibar pour former Chama Cha Mapinduzi (CCM).
    Seule une ideologie nationaliste (du parti CCM) qui est bien appreciee par la majorite des citoyens tanzaniens/Wananchi wa Tanzania peut expliquer LA LONGEVITE DU PARTI CCM QUI EST AUJOURD’HUI ENCORE AU POUVOIR(meme apres le multipartisme que le pays connait depuis le debut des annees 1990?).
    (Voir Wikipedia: Julius Kambarage Nyerere”, www. Wikipedia.org).
    – L’African National Congress (ANC) fonde en 1912 a pu rassembler Africains , Indiens, gens de couleur/Colored et Blancs moderes pour lutter contre la politique de discrimination raciale de l’Apartheid.
    La Tripartite de ANC, syndicats ouvriers Congress of South African Trade Unions (COSATU) et South African Communist Party (SACP) fait qu’IL Y A UNE ELITE CAPABLE DE FORMULER UNE IDEOLOGIE (= African Nationalism, Left-wing Nationalism, Social Democracy, Democratic Socialism).
    (Voir Wikipedia: “African National Congress”, http://www.wikipedia.org).
    Merci.

  10. Ndikumana Roger

    @MNZ,…”avec un monde devenu si matérialiste, je ne pense pas que de telles citations peuvent nous inspirer beaucoup”
    1)Affirmeriez-vous qu’une parole noble doit perdre sa valeur pour la simple raison que des gens se déshumanisent?
    “L’Afrique est un ghetto, elle doit disparaître”
    2)Je ne sais pas si je dois croire, que vous avez regardé le ciel sans dire un mot et que vous vous êtes éloigné,…mais si cela ne vous gène pas, j’aurais bien aimé que vous nous disiez plutôt ce que vous avez compris des explications qu’il a dû vous donné pour soutenir ses déclarations.Pouvez vous nous raconter exactement ce qu’a été votre l’entretient avec ce muzungu?
    Quand au fait que nous ne devrions pas continuer à crier le blanc pour nos divisions après 53 ans d’Indépendance, je vous rejoins.
    Merci

  11. Jean-Marie Ngendahayo

    Cher Roger,
    En homage à cet homme illustre que fut Julius K Nyerere et pour te remercier de l’avoir cité car il était très proche du prince Louis Rwagasore comme tu le sais, je vais tenter une traduction de la citation:
    “En vue de construire une société dans laquelle tous auront les mêmes droits et les mêmes opportunités. Une société dans laquelle tous pourront vivre en paix avec leurs voisins sans souffrir d’injustice ou en être l’oppresseur, sans être exploité ou exploiteur. Construire une société dans laquelle tous ont progressivement tout ce qui est nécessaire pour vivre décemment avant qui quiconque ne se permette de vivre dans le luxe.” Julius K. Nyerere

  12. Jean-Marie Ngendahayo

    Chère (Cher?) Amani,

    Précisément, on les appelait “ABAPFASONI” et non Hutu ou Tutsi!
    Il y a le Muganwa par sa function. Mais le Muganwa de naissance le reste; hors de la function portant son nom, on lui attribute cette appellation toute aussi honorifique.

    Les Ganwa ne pouvaient pas être “Abashingantahe”. Pourquoi? Au nom de la separation des pouvoirs qui était connue et vécue dans notre civilisation et notre système de gouvernance. Il était entendu qu’un Ganwa pouvait tuer pour raison d’état. Et à cause de cette prérogative régalienne, il lui était interdit de faire partie du prestigieux aréopage des Bashingantahe qui a porté très haut les valeurs de justice et d’équité dans notre pays.

    Fraternellement

  13. Jean-Marie Ngendahayo

    Cher JP K,
    Vous vous indignez si bien qu’il serait pure cacophonie si je mêlais ma voix à la vôtre. Je suis entièrement d’accord avec vous! Merci infiniment.

    Fraternellement

  14. Jean-Marie Ngendahayo

    Cher Amani,

    Dès lors qu’un groupe aussi important se reconnaît comme tel et s’organise en associations pour revendiquer leur identité et leur futur au sein de la nation burundaise, la question mérite au moins d’être posée.
    Je suis Ganwa et je refuse qu’on me qualifie de Tutsi ou de Hutu. En revanche, j’ai toujours combattu les Ganwa qui voulaient accéder à des postes de responsabilité parce que Ganwa.

    Fraternellement

  15. Jean-Marie Ngendahayo

    Chère Anne Gatoni,

    Pour ma défense, je n’ai appartenu à aucune mafia de ma vie. Maintenant pour ce qui est de mon parcours politique qui semble poser tant de questions aux internautes, un jour viendra où je parlerai de mon expérience vécue. En attendant, ne tenez point pour “inconstante” toute attitude intransigeante qui n’hésite pas à trancher quand des valeurs fondamentales sont bafouées; qui n’hésite pas à prendre partie en faveur de causes lui semblant justes et susceptibles de sauver la nation et la démocratie.

    Fraternellement

  16. Jean-Marie Ngendahayo

    Cher MNF,
    J’essaie, du mieux que je peux de juger une personne par ses actes, ses écrits et ses paroles. Je m’efforce le plus possible de spéculer sur toute autre chose car cela devient subjectif et donc dangereux pour tout le monde. Rwagasore a dit et écrit beaucoup de choses et , bien que jeune et ayant eu peu d’années à vivre, il a agit du mieux qu’il a pu. En tout cas, ses actes ont réflété ses convictions.
    Pour ce qui est du degré de compréhension de ses par sa famille, en me référant encore sur ce qu’il a écrit au sujet de son père par exemple, il apparaît clair que les deux savaient très bien où ils voulaient aller et comment arriver à leurs buts. L’intelligences de nos parents – baganwa ou gens du people – était très élevée et le reste si vous leur parler de ce qui les concerne profondément. De plus, la nation burundaise avait une conscience nationale extrêmement élaborée pour que les problèmes du pays soient compris si ils sont bien expliqués.

    Enfin, concernant le procès au colonisateur – tout comme à l’esclavagiste et, aujourd’hui au néo colonialist! – n’est pas à escamoter. C’est un fait qui a existé et qui nous a coûté énormément en termes de culture, d’organisation économique et politique. Que la pénétration occidentale en Afrique ait apporté beaucoup de bonnes choses, nul ne le nierait sans mauvaise foi. Mais qu’elle ait été aussi destructrice de civilisations delicates et complexes, qu’elle ait exploitée les richesses humaines et matérielles du continent de façon éhontée est une autre vérité indéniable à mes yeux. Y-a-t-il jamais eu contact de cultures sans domination et destructions? La question mérite d’être posée, mais elle n’exhonère en rien les dominateurs et les destructeurs.Surtout quand ils ne s’en repentent pas…

    Fraternellement

  17. Amani

    Il faut eviter cette amalgame qui veut que les Ganwa soient une quatrieme ethnie au Burundi. On a trois ethnies bien connus. Les Ganwa ne sont que des membres des anciennes familles royales, une dynastie en quelques sorte.Ils sont Tutsi a part entier. La preuve en est que meme de l’epoque royale, pour eviter qu’il y ait une multiutde de personnes se reclamant Ganwa, apres un certain nombre de generations les Ganwa perdaient ce titre et devenaient des “Abapfoni” ou tout simplement de simple Tutsi. Donc a l’ere actuelle je pense qu’il ne reste plus qu’une centaine de vrais Ganwa au Burundi, le reste ne sont que des Tutsi comme tant d’autres.J’espere que Monsieur Jean Marie Ngendahayo va me completer ou me contredire la-dessus.

  18. Amani

    Il faut eviter cette amalgame qui veut que les Ganwa soient une quatrieme ethnie au Burundi. On a trois ethnies bien connus. Les Ganwa ne sont que des membres des anciennes familles royales, une dynastie en quelques sorte.Ils sont Tutsi a part entier. La preuve en est que meme de l’epoque royale, pour eviter qu’il y ait une multiutde de personnes se reclamant Ganwa, apres un certain nombre de generations les Ganwa perdaient ce titre et devenaient des “Abapfoni” ou tout simplement de simple Tutsi. Donc a l’ere actuelle je pense qu’il ne reste plus qu’une centaine de vrais Ganwa au Burundi, le reste ne sont que des Tutsi comme tant d’autres.J’espere que Monsieur Jean Marie Ngendahayo va me completer ou me contredire la-dessus.

  19. Amani

    Va demander au Mzee Jomo Kenyatta et ses Mau Mau freedom fighters et au Sage Robert Mugabe et ses freedom fighters de la ZANU ils vont t’enseigner la mechancete des colonisateurs britannique. Differencier les britanniques des autres colonisateurs c’est affirmer que Paul est different de Pierre. Les britanniques sont meme pires car en plus de la colonisation politique et economique, ils ont aussi pratique la colonisation culturelle qui fait que ses anciens colonies resteront toujours mentalement colonises en plus de l’etre politiquement et economiquement.

  20. MNF

    Merci Jean Marie, pour cet article qui vente l`héroisme et bonnes citations de Rwagasore.
    Avec un monde devenu ci-matérialiste, je ne pense pas que de telles citations peuvent nous inspirer beaucoup.
    Vu l`engagement politique du Prince sans se soucier du Danger qu`il encourait en s`opposant aux règles établies de l`époque, je ne doute pas d`une seconde que lui aussi était guidé par un esprit d`opportunités personnelles tout en usant des termes doux en faveur des déminus.
    Monsieur J. Marie, pouvez-vous nous dire ce qu`aller devenir le Prince Rwagasore après ses études, dans un monde de Dirigeants ( entendez bien sa Famille) non instruits!
    Je pense que le langage voulant montrer que les Barundi sont divisés en groupes ethnics à cause des autres ( disons les Blancs ) n`a plus de sens après 53 ans d`Indépendance.
    M. J. Marie, voulez-vous nous dire que tous les Burundais étaient à l`aise avant l`arrivée des Colons ! A quand date la marginalisation des Bahima !
    Quand est-ce que les Batwa seront considerés comme des humains et traités au même pied d`égalité que les autres!
    Je le dis souvent et je le répète les problèmes saciaux en Afrique sont crées par les Africains et seront reglés par eux-mêmes, autant le malaise burundais trouve ses racines dans l`organisation politique burundaise et sera reglé par la bonne volonté des Burundais.
    Il n`y a pas longtemps, à peu près 5 ans, j`ai participé dans une réception de travail, un Monsieur de Race Blanche, habillé en cravate m`a approché et posé la question de savoir mes Origines. Après avoir appris que je suis Africain d`Origine, il a commencé à mon raconter, avec tout son sérieux , un bon projet pour le Continent africain; je cite:“ L`Afrique est un Ghetto, elle doit disparaitre“. J`ai regardé le Ciel sans dire un mot et me suis eloigné du Monsieur.
    Quand je lis les commentaires sur cet article, je suis surpris par la comparaison qu`on fait entre RWAGASORE et LUMUMBA. Comme les deux pays ( BURUNDI et le ZAIRE ) n`avaient pas le même Statut ( TUTELLE BELGE ET TERRITOIRE DU ROIS BELGE, si je me trompe pas ), je pense qu`il ya lieu de comprendre que la revendication de l`Indépendance ne pouvait pas se faire sur le même ton.
    Donc, c`est normal que LUMUMBA se soit montré beaucoup plus agressif que RWAGASORE.
    Merci.

    MNF

  21. Gatwengwa

    @ Anne
    Chere Anne,
    Merci pour votre contribution franche, honnête et riche!
    Je vous remercie aussi pour votre sens de jugement lorsqu’il s’agit de penser aux autres!
    Pourtant, je pense que si vous réécoutiez les discours de Lumumba et Rwagasore, vous remarqueriez que ces deux leaders n’ont rien d’autres de commun que la lutte pour indépendance face aux belges!
    En effet, aucun leader politique opposé au colonialisme belge n’a survécu physiquement!
    Vous vous rappelerez aussi du Roi Rwandais, mort à Buja!
    Les Belges ne sont pas des Britanniqies, qui apparemment ont ouvertement donné l’indépendance aux colonies! Les Belges et les Francais, je pense qu’ils n’etaient pas prets à lacher ces colonies, jusqu’aujourd’hui dans certains pays, l’indépendance est juste une blague, un rêve!
    Ceci a été écrit par un Belge:
    AVANT L’INDEPENDANCE = APRES L’INDEPENDANCE

    Rwagasore etait un homme noble, il a toujours prêché la non-violence, n’a jamais voulu chassé les Belges au contraire leur avait proposé de continuer à nous soutenir!
    Quant à Lumumba, un homme que j’admire aussi, ses procédés etaient trop différents, ses discours étaient quelque fois subversifs, incendiaires, plein de haine et lors de cette lutte, même des belges furent massacrés la-bas! Au Burundi, meme après la victoire de l’Uprona, les Belges n’ont pas été inquiétés, ont continué même à servir l’administration, l’armée!
    Peut-être bizarre pour certains que les enfants de Lumumba n’ont pas connu le même sort que ceux du Prince!

  22. crions contre l’ethisation.le pays sera le paradi s’il vous plait

  23. merci terimbere.mais une petite ereure que tu a comise.moi personnellement je n’acuse pas les belges.c’est vraie que ceux sont eux qui opnt commence les divisions.mais,pour moi je ne peux psas comprendre comment tu peux venir me dire,aller tuer monsieur tel parce qu’il est hutu ou tutsi .est-ce normal cela?je ne suis pas d’acord que se sont les belges a qui je peux accuser.non et non.merci

  24. bojour anne.mais,plus tot c’est à toi de demander pardon,car avec le combat qu’à fait le priceRWAGASORE,tu ne devrais pas le denigre de la maniere.RWAGAASORE est mort il n’y a pas de sang qui s’en est suivi comme ndadaye.tu est une menteuse raciste.je te le dis franchement,tu es comme ca.et la preuve en voila.Et d’ajouter, prophétique encore, que celui ou ceux qui oseront opprimer un des quatre segments de la société (Hutu, Tutsi, Twa et Ganwa) sont appelés immanquablement à « disparaître ».
    Tenter de séparer les Hutu des autres groupes, les Tutsi du reste de la population ; imaginer oublier les Batwa ou les Ganwa, tout ceci est suicidaire car, nous rappelle encore le prince c’est « mettre le doigt entre l’écorce et l’arbre ». En d’autres termes, c’est dénaturer la nation burundaise ; c’est la violer dans son essence. Et cela, rien ni personne ne peut y parvenir à long terme hier,RWAGASORE a voulu unifier son peuple,il n’a jamais pensait de diviser son peuple.j’aimerais aussi te dire que je haie et hasie encore qui que ca soit raciste.je ne lui suis pas sois sure madame niwaburiwe.mais il faut avouer la faute des hutu ventiote qui ont divise le peuple. en 1993 abantu bagiye ngaho bicababanyi babo munyuma ngo twarahenzwe.uri umuntu afise umutwe nubwenge ukavuga ngo warahenzwe?c’est pas normal ça?ako karanda kamacakubiri mukikuremwo umugani wumuntu araho.ndabaye touche par tes paroles.yesu ambabarire cane.c’est vraie je te demande pardon.ariko mwomenya yuko RWAGASORE ariwe yashikanye iki gihugu muriko mutatagura aho kigeze.merci

  25. Kubwayo

    Donc d’après toi, NYERERE ,MANDERA et les autres ne sont pas des Héros ? Parce qu’ils ont fait des compromis “pour vivre et bâtir”!!

  26. KiKi

    Oui, tu as bien fait de demander pardon ! C’est pour cela qu’il est héros, le prince. Car quand on pense à sa sécurité, on fait des compromis, et oublions les sacrifices. C’est ce qui manque cruellement aux leaders d’aujourd’hui, au pouvoir comme à l’opposition.

  27. Anne Gatoni

    Je salue le courage, le sens intellect et le tact de Jean Marie. Meme si a chaquefois qu’il s’agit des Baganwa dont il tire une certaine souche il y met un peu du piment aussi est il garde un bon sens litteraire.
    Dommage que jusqu’aujourd’hui il n’ait toujours pas pu se positionner et qu’il soit considere comme inconsistant politiquement et qu’il ait ete a tort ou a raison dans une certaine mafia politicienne du Burundi. En tout cas je le felicite.
    Du reste le parcours du Prince a ete heroique ne fusse que pour avoir accepte de mettre fin a l’oligarchie clanique de sa famille et a avoir ose s’opposer a la puissance tutelaire publiquement.
    Mais un raisonnement aussi pertinent que le precedent me pousse a penser souvent qu’il a ete aussi victime de sa temerite. Comme Lumuba. Ce qui est en politique un erreur. N’y avait il pas moyen de plannifier la securisation de sa strategie ne fusse qu’en preservant sa securite physique pour un moment pour batir les bases de sa victoire! Apres tout si on gagne pour mourir et entrainer d’autres vies humaines qu’y a t il de glorieux?
    Mais tout simplement aussi, contrairement aux heros comme Mandela et Nyerere quelle est le legue du Prince a son parti qui plutot dans une courte periode est devenu l’un des partis les plus sinistres de l’Afrique. Le debat n’est qu’ouvert. Je demande pardon a toute personne qui se sent blessee.
    Bon apres midi!

  28. Ndikumana Roger

    Quand on parle de la mort des innocents chez nous, je suis toujours perturbé par notre culture du silence!
    Choses qui se sont passées il y a juste une cinquantaine d’année, je suis sure que des gens qui en connaissent quelque chose sont encore en vie.
    Pourquoi ne pas faire la lumière au nom de la vérité que nous devons aux victimes?
    Mais, à priori, même ceux qui ont été massacrés il y a juste une vingtaine d’année, les burundais ont déjà oublié,…et d’après ce qui peut se lire ici et là, toute personne voulant mettre les bourreaux ( surtout les commendataires) au grand jour, est bonne à disparaitre ou à trouver domicile à Mpimba.
    Rendez justice aux victimes et vous serez bénis,…ubwo busi butakimera kuko bwuzuye imiborogo yabazize ubusa buzongera bumere. Nayo ivyo dukomeza gupfundikanya,….ça marche pas.

  29. Stan Siyomana

    LE BURUNDI SUR LE CHEMIN DE LA DEMOCRATIE ET DE LA MERITOCRATIE?
    1. Les droits de tout citoyen burundais (qu’il soit Twa qui etait discrimine dans toute l’histoire du pays, ou qu’il soit Ganwa qui avait tous les privileges sous la monarchie) doivent etre reconnus et proteges aujourd’hui.
    2. Mais je trouve que dans le contexte actuel du Burundi (ou je ne crois pas que les Ganwa du Burundi soient en pire situation que le reste de la population burundaise) ce que les Ganwa considerent comme lutte pour leurs droits (comme les droits de representation au sein des institutions, par exemple) pourrait etre percue comme un appel au retour aux valeurs monarchiques alors que le Beau Pays de Mwezi Gisabo devrait etre SUR LE CHEMIN DE LA DEMOCRATIE ET DE LA MERITOCRATIE.
    3. Tot ou tard, il faudra reconnaitre que Twa, Ganwa, Hutu et Tutsi NAISSENT EGAUX au Burundi du 21 eme siècle. Je suis pour l’emancipation des peuples (les Twa y compris), je suis contre la restoration des privileges d’antan a un groupe de la societe burundaise, quel qu’il soit.
    Merci.

  30. Terimbere

    Cher J-M N,
    Merci pour le choix de ce court texte hors du commun, qui resume la vision politique de Rwagasore et l’identite de notre nation et chapeau encore une fois a votre genie politique!
    Vous feriez un grand travail pour le pays en disponibilisant votre expertise aux bonnes causes comme celle-ci!
    Comprenez-moi, je ne parle pas d’adherer a son parti, car je pense que la personne de Rwagasore est plus grand que cela!
    Mais plutot de representer son ideal et sa vision!
    Cet homme a fait bcp en trop peu de tps!
    Il a ete assassine, ses enfants Marie- Therese et Marie-Pie aussi!
    L’ainee tuee quelques mois apres la mort de son Papa et sa deuxieme fille, nee apres la mort de son cher Papa, elle-aussi fut tuee quelques mois apres sa naissance!
    Qui sont ces monstres responsables de tels crimes inqualifiables?!?
    Nous avons le devoir d’honnorer ces anges mortes avant meme de savoir celui qui etait leur papa, ce qu’etait leur patrie et pourquoi elles en sont mortes!
    Tous ces etres n’ont pas ete tues par les Burundais!
    Les belges devraient repondre!
    Saluons aussi le courage de Ngendandumwe pour avoir defendu l’ideal de notre nation apres la mort de cet illustre citoyen!
    Merci a J-MN!

  31. UMUGANWA.

    ABAGANWA MUST WAKE UP AND DEMAND WHAT BELONGS TO THEM:THEY STOLEN IDENTITY.
    WE END UP BELIEVING IN THE OPPRESSOR BARBARIC ATITUDE THAT IS AND WAS INFRINGED TOWARD ABAGANWA.
    LE MURUNDI ET UBURUNDI CAN’T RECOVER AS A NATION UNTIL THEY UNDERSTAND WHAT ABAGANWA ARE PRECISELY TO UBURUNDI.
    HISTORY,CULTURE,IDEALS OF MURUNDI ARE DORMANT WITHOUT THE REVIVAL OF IT’S SOUL ;ABAGANWA.
    LE MURUNDI HAS TO REGAIN HIS PRIDE AND HONESTY IN HIS COUNTRY HISTORY.

  32. J-PK

    Cher M. Ngendahayo,

    Comme toutes vos analyses, la présente suscite chez moi un grand intérêt. Votre conclusion semble être un clin d’oeil à la classe politique burundaise que vous connaissez très bien.
    Pour la raison que vous allez comprendre, j’aimerais revenir sur ces mots: “(…) celui ou ceux qui oseront opprimer un des quatre segments de la société (Hutu, Tutsi, Twa et Ganwa) sont appelés immanquablement à « disparaître ».
    Tenter de séparer les Hutu des autres groupes, les Tutsi du reste de la population ; imaginer oublier les Batwa ou les Ganwa, tout ceci est suicidaire car, nous rappelle encore le prince c’est « mettre le doigt entre l’écorce et l’arbre ».

    Pourquoi vous ne ditez rien de l’exclusion des Ganwa des autres segments dont parle le Prince Rwagasore? Est-ce que pour vous les Ganwa sommes (puisque j’en suis un) hutus comme l’avance Mworoha ou tutsis comme prétendent les hutus?
    Note importante: je suis personnellement très opposé à l’ethnisation de la société inscrite dans les accords d’Arusha et dans la constitution. Je n’y adhérerais et je ne quémanderais jamais quoi que ce soit au nom de ma pseudo-ethnie. Mais, du moment ou` il est écrit que le Burundi a été fondé seulement par les Bahutu, Batutsi et Batwa, je cris à l’usurpation, à la supercherie, à la malhonnêteté intellectuelle. Pour avoir lu dans son livret d’identité, il était bien écrit que mon père était Muganwa, de clan Umutare. Les mentions Muhutu, Mututsi étaient barrées. Je lis très souvent dans les publications de l’historien Gahama les exploits de mon grand-père et mes arrières grands-parents et j’en suis extrêmement fier. Ils le faisaient certes comme burundais d’abord. Mais ils étaient aussi Baganwa.
    Alors, vous M. Ngendahayo, personnalité intellectuelle Ganwa reconnue, pourquoi vous ne criez pas au scandale comme moi?

  33. Ndikumana Roger

    Le prince était un maître, un grand professeur mais je crois que les dirigents qui ont suivi ont été de mauvais élèves, chacun selon son niveau personnel (ubwenge bwiwe:”son discernement, sagesse, ubumuntu, , amour de son pays ,dévotion à son pays,…” et le niveau pour lequel il a été promis:”période pour laquelle il a dirigé,…étant donné les défis qui évoluent avec le temps.
    Inutile de tenter d’éclaircir mon point de vu , ça coule de source pour tout esprit impartial.

    Quand à la brutalité des événements ayant marqué l’histoire du Rwanda dont le prince Louis Rwagasore se referait pour dire que le Rwanda n’est pas le Burundi,…d’autres disent que abarundi n’abanyarwanda basusa ariko badasa. L’histoire récente (1994 pour le Rwanda et 1993 pour le Burundi),…me pousserait à croire la même chose.

    Néanmoins, malgré leur histoire plus douloureuse que la notre, j’ose personnellement croire que le Rwanda a eu droit à une seconde chance avec le leadership de Mr Paul Kagame qu’en déplaise ses détracteurs et ceux qui gardent en eux l’esprit génocidaire.
    Comme on parle de ce grand homme de l’histoire notre pays, je me permets de reproduire l’un des objectifs de “Ujamaa village”, linitiative d’une autre grande figure de la région,….le Mwalimu NYERERE , écrit en 1968: un passage qui pourrait inspirer en mon humble avis les dirigeants du Burundi actuellement:
    ” to build a society in which all members have equal rights and equal opportunities; in which all can live in peace with their neighbours without suffering or imposing injustice, being exploited, or exploiting; and in which all have a gradually increasing basic level of material welfare before any individual lives in luxury”.
    Je vous remercie de nous avoir fait partagé cet article.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 258 users online