Politique

Le Cnared retrousse ses manches

21/08/2017 Agnès Ndirubusa 28

Raffermir ses rangs pour mieux se positionner face à Bujumbura. C’est l’objectif de la rencontre de la coalition de l’opposition en exil à Bruxelles cette semaine.

La coalition en exil en réunion à Bruxelles pour se redynamiser.

Un peu à la traîne depuis plusieurs mois, le Cnared a décidé de pousser un coup d’accélérateur. Durant cette rencontre de trois jours, il a bien bossé. Il a planché sur la feuille de route du dialogue. Il fallait aussi renforcer ses armes en termes de techniques de négociation et restructurer ses organes.

Il faut dire que les échéances électorales approchent à grand pas. Une délégation de la facilitation est à Bujumbura et un prochain round d’Arusha est prévu pour bientôt. Le Cnared a donc décidé de s’activer pour se positionner en leader de l’opposition. Il parle de 24 organisations politiques fortes de plusieurs personnalités à « compétences extraordinaires ». C’est du moins les propos du porte-parole, Pancrace Cimpaye.

Cette coalition a donc décidé de jouer la carte de la cohésion. Il faut dire que la guerre des ego a toujours été leur faiblesse. Chacun militant pour son propre courant. « Cette réunion a donné lieu de canaliser toutes ses forces pour créer un bloc plus solide et cohérent », a déclaré Pancrace Cimpaye.

« Bujumbura a claqué la porte du dialogue d’Arusha »

Bruxelles a été également l’occasion pour l’opposition en exil de réaffirmer sa position. Elle déclare que le président Nkurunziza est illégitime. Selon elle, son gouvernement a violé la Constitution et l’Accord d’Arusha.
Le Cnared semble néanmoins de plus en plus s’accorder pour dire que l’option militaire n’est plus envisageable. Seul le dialogue d’Arusha va permettre une sortie de crise. « Encore faut-il que ces négociations soient inclusives.»

Le Cnared indique qu’il ne peut pas faire de compromis à une chaise vide. Bujumbura a claqué la porte au dialogue d’Arusha. Il est donc impossible d’envisager de quelconques négociations avec un tel interlocuteur. D’où son appel à plus de pression de la part de la communauté internationale. L’Union européenne doit maintenir ses sanctions. La Tanzanie doit également exercer une forte pression pour pousser Bujumbura à plus de flexibilité. « Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer les prolongations », a insisté le porte-parole du Cnared.

L’horloge tourne. Avec les sanctions de l’UE, le Burundi a du mal à encaisser le coup. Son économie bat de l’aile et la population souffre.


>>Réactions

Gaston Sindimwo : «Le gouvernement n’a pas d’injonction à recevoir du Cnared »

Le premier vice-président indique que commenter les propos du Cnared est une perte du temps. Cette coalition est une association belge qui n’est pas reconnue au Burundi. Selon lui, le gouvernement burundais n’a pas d’injonction à recevoir du Cnared. Il fait savoir que le gouvernement a décidé de bâtir le pays sur base du ‘plus jamais ça.’ Selon Gaston Sindimwo, les personnes poursuivies par la justice ne doivent pas être associées au dialogue. « Pendant qu’ils gesticulent, nous continuons à renforcer la sécurité et permettre à la population de vivre dans la tranquillité. »

Agathon Rwasa appelle le Cnared au réalisme

Pour cet acteur politique, la coalition pèche par son manque de réalisme. Il faut que le Cnared ramène les pieds sur terre et accepte d’affronter la réalité en face. « Ils veulent faire croire que le jeu doit se jouer entre le Cndd-Fdd et le Cnared. » Or selon toujours Agathon Rwasa, il faut arrêter de stigmatiser les autres opposants du pays.

Pour qu’une solution à la sortie de crise soit trouvée, tous les acteurs doivent être associés. Le premier vice-président de l’Assemblée nationale pointe également du doigt le Cndd-Fdd dans son inflexibilité et son refus de parler de crise. Et d’appeler au compromis entre les deux camps. « Des positions aussi intransigeantes n’augurent aucun signe d’apaisement. Et la population en souffre. »

Les participants de Bruxelles

Les grosses pointures du Cnared étaient présentes. Même ceux de Bujumbura avaient fait le déplacement. Il s’agit du président Domitien Ndayizeye et de Léonce Ngendakumana. Bruxelles a également vu la participation du président du Msd, Alexis Sinduhije, du président du Frodebu, de Jean Minani, Fréderic Bamvuginyumvira et de l’ancien patron du Cndd-Fdd Jérémie Ngendakumana. Nous citerons également les patrons du directoire du Cnared, Charles Nditije, Chauvineau Mugwengezo, Onésime Nduwimana et Anicet Niyonkuru. Les frondeurs du Cndd-Fdd Pie Ntavyohanyuma et Léonidas Hatungimana étaient également sur place.

Les nominations au sein du Cnared

La coalition de l’opposition en exil a procédé au renforcement de ses organes. Ainsi, Pancrace Cimpaye devient porte-parole. Jérémie Ngendakumana, commissaire à la communication et aux relations publiques. Le secrétaire générale du Msd devient commissaire adjoint aux négociations et processus de paix. Abdul Nzeyimana va gérer le trésor du Cnared. La nouvelle commissaire chargée des droits de l’Homme et des questions humanitaires est Aline Ndezako. Quant à Bakari Ubena, il devient commissaire adjoint à la communication et aux relations publiques.

Forum des lecteurs d'Iwacu

28 réactions
  1. a

    @ Gacece
    gira amahoro! Bien réagi comme on dit le silence est d’or et la parole d’argent mais chez certaines personnes que je ne citerais pas mais je te laisse deviner la parole est plutot de la feraille !!

  2. juju

    @fofo cherie,

    On ne doit pas etre de l’opposition pour critiquer DD et ses dirigeants.
    Dans un parti aussi democratique que DD, les critiques internes sont region et acceptees. Donc si vous croyiez etre plus DD que moi parce que vous defendez le parti meme quand il fait ce qu’il fait, vous n’avezrien compris de votre parti.
    Avant de claquer la porte au parti, certains de ses grands tenors ont debattu a longueur de journees ou de nuits. Vous les appellez sans doute les frondeurs. Et meme en ettend frondeurs, cela ne peut pas empecher quelqu’un de rester DD car c’est dans le coeur que se joue tout.
    Les ganza sabwa dans chque parti sont plus nuisibles pour ce dernier que les “guelleur”

  3. Gacece

    @juju
    Mon seul commentaire ici : « SANS COMMENTAIRE! »

  4. MANIRAMPA

    Aïe ! Aïe ! La Turquie va être la maîtresse à penser ? L’avez-vous déjà visitée ? Suivez-vous de près l’actualité turque aujourd’hui ?
    Nituve ibuzimu tuje ibuntu, ntaho tuja ntaho tuva. Impossible de créer par nous-même ?
    https://bujumburanewsblog.wordpress.com/2017/08/22/the-moderne-assassin-le-livre-cadeaux-des-turcs-aux-imbonerakure/

  5. Björn

    Les Negociations devraient etre rapatrie a Bujumbura. Il faut que les membres du CINARED demandent la protection des Casques bleus ou ceux des L’union africaine avant de rentrer aux pays .comme ca les DD vont trembler .

  6. Karundi

    We Muhima! Et voulez-vous convaincre ce peuple dont vous vous ériger en porte-parole que ce sont vos mensonges, manipulation et manigances sur le Burundi qui vont arranger les choses? Et vous pensez que les DD est là sans soutien? Et vous agissez comme si les soutine du DD ne sont pas le peuple. Le peuple c’est seulement l’opposition??? Mbega ivyo mwihaye vyo kwigira le Centre de la terre mubikura kuki? barabahenze ababareze

  7. roger crettol

    Hors polémique (pour une fois …)

    Le site arib.info mentionne une thèse de master présentée à l’université de Tampere (Finlande) par un universitaire finlandais et consacrée aux “conceptualisations de la violence et du dialogue dans la crise post-électorale au Burundi (2015-2017)”. Format PDF, 113 pages.

    Pour ceux que l’anglais ne met pas dans l’embarras, cette analyse “de l’extérieur” des aspects essentiels de la crise actuelle peut offrir matière à réflexion. Bonne lecture (pour moi aussi …) !

  8. Muhima Mweru

    Mr. Ayuhu fervant defenseur du pouvoir FDD, a force de terroriser quelqu’un il finit par vaincre la peur et vous affronter. Les sages disent que chaque expérience où vous vous arrêtez pour regarder la peur bien en face augmente votre force, votre courage et votre confiance. Vous devez faire la chose que vous n’êtes pas capable de faire. Les Burundais finiront par vaincre la peur et affronter le FDD. Les deux politiciens ont fait leur choix vaincre la peur d’une tyrannie pour l’interet de la nation. Thomas Sankara n’a t il pas dit ” la patrie ou la mort nous vaincrons?. les deux hommes d’Etat savent sans doute qu’ils peuvent se faire tues par ce pouvoir criminel, mais ils ont privilegies la patrie ( la nation), l’avenir du Burundi, pas parceque ils ont confiance a ce pouvoir, ils ont decide d’y aller au peril de leur vie.

  9. Muhima Mweru

    Mr. Karundi, je ne doute pas que tu est militant influent du CNDD FDD ou alors un amateur ou simplement un suiveur aveugle. Selon vous Les DD ont surmonte les obstacles et les demarches de l’opposition ou de la communaute internationale sont sans effet. Savez vous ? Quand un gouvernement se trompe, il n’a qu’une solution : persévérer dans l’erreur, mais le peuple ne se trompe jamais dans ses plaintes. Le pouvoir DD ne connait que la tyrannie, et quand on agit en tyran, on tombe inévitablement dans les maux qu’entraîne la tyrannie, et tôt ou tard l’on souffre ce que l’on faisait souffrir aux autres. Mr. Karundi combien des DD influents ont ete assasines ? ou ont fui le pays? Ton tour viendra, car la tyrannie n’a meme pas confiance en ses amis.

  10. Fofo

    @juju
    Vous pensez que le parti CNDD-FDD en fera pour ces commentateurs que vous avez cités, cela prouve à suffisance que l’opposition que vous soutenez vous a fait cette promesse kuko nta wikeka amabinga atayagwaye! Il faut qu’on apprenne à respecter l’opinion des autres! Vous parlez de la démocratie et vous vous faîtes souvent les donneurs de leçon mais vos commentaires vont toujours de le sens contraire. Pour vous, toute personne qui ne partage pas d’opinion avec vous [est payé par le parti CNDD-FDD]. Heureusement que l’on commente en ligne, sinon si on commentait face à face, devant des personnes intolérants comme vous le manifestez ici, des incidents ne manqueraient pas.

  11. Ayahu Jean Pierre

    Très sincèrement, comment peut-on croire au CNARED?
    De part sa composition, il s’agit des hommes et femmes qui n’ont rien en commun sauf le combat pour le 3ème mandat. Question: est-ce un projet politique ce genre de combat? A mon avis non. Sur ce, se pose alors la question de sa survie ( survie politique du CNARED) après que cette question du 3ème mandat – qui n’en est plus une par ailleurs- aura été vidée si ce n’est pas déjà fait. Il n y a que naïfs qui pensent encore à ce fameux 3ème mandat….
    Du combat des ego. Qui de Minani, Busokoza, Ngendakumana 1, Ngendakumana 2, Ndayizeye et les autres prendra le leadership de ce “truc”, cet “Ikibiri bis”, une association de partis politiques et d’hommes qui n’ont rien en commun en apparence, si ce n’est partager le même destin: le suicide politique collectif.
    Du programme. Négocier, négocier et négocier. Est-ce un projet à soumettre au peuple?
    ..
    Pour finalement dire que nous ne vivons pas sur la même planète avec les CNAREDIENS, ces êtres politiques artificiels que Louis Michel et les autres utilisent pour perpétuer la distraction en empêchant au peuple d’avancer “gusonga mbere”

  12. Ayahu Jean Pierre

    C’est comme ça que la politique se joue Mafero.
    On piège son adversaire et s’il tombe dedans, c’est jouer!

  13. juju

    Ces derniers jours nos commentateurs ont eu de quoi se mettre sous les yeux et les doigts.
    Comme d’habitude mon ami et infatiguable Gacece s’est illustre dans ses observations/soutiens a son cher DD, aide en cela par l’autre infatiguable Ayuhu Jean Pierre pour ne citer que cea 2 la. Le parti va vous dedier au moins un tambour sur lequel figureront vos noms et visages pour que votre heritage soit grave dans les tetes des Benegihugu.

  14. Mafero

    @Ayahu: Même votre dialogue à l’intérieur du pays est en panne. Sinon pourquoi vous tentez de piéger les gens à Kayanza, Helsinki et je ne sais où encore.

  15. Roi Muhanza Premier

    A ceux qui me soutiennent aveuglement ou sans condition, preparez vos esprits pour accepter les negociations deja avancees. Joignez-vous a moi dans ce sens mais continuez quand meme a “decourager” nos opposants par vos interventions partout ou vous le pouvez.

  16. a

    ego cane mu kugitabagura wamengo ni impuzu ishaje,? Oya nibasubize amegwe (simvuze inkota) mw isaho kuko hari abo cavunye kukibogora…

  17. niyonsaba virginia

    Wawh dur-dur si ce cnared se place à la présidence ét es élue il y aurait au moins 10 présidents au pouvoir !!

  18. Lambert

    Ils sont souverains.
    Le CNDD-FDD et ses alliés n’ont pas besoin d’aller à Arusha.
    Wait and see.

  19. Bakari

    @Ayahu Jean Pierre
    “…refuseront de se rendre ridicule en allant faire à Arusha ce que l’on peut faire au pays: se parler!”

    Se parler! Oui c’est cela même: faire la causette!
    Appelez un chat, un chat et dites-nous plutôt qu’il s’agira de négocier ferme; jusqu’au finish!
    Car la situation est grave; et je ne tiens pas à dramatiser une situation qui ne l’est pas!

  20. Fofo

    [Son économie bat de l’aile et la population souffre.] et il faut “Renforcer” les sanctions…..! Ainsi donc, quand toute la population aura faim, Nkurunziza nous cédera le pouvoir! C’est ça le seul programme politique du CNARED! Quel égoïsme!

  21. kora

    red tabara et forebu where are they ? kari akarimi

  22. Karundi

    “Les nominations au sein du Cnared” Vous voyez! Pas question d’élections au Sina head!! Nominations seulement! Et ils nous chanterons: “Nous qui représentons le peuple Burundais”.
    Opposants sans inspiration:
    Maprobu: sans effet
    Kiriba Ondes: sans effet
    Rukoti: sans effet
    Génocide, génocide: sans effet
    Kabirigi, Red tabara, et consors: sans effet
    Faux rapports: sans effet
    Insurrection: sans effet
    Coup d’Etat: sans effet
    Qu’attendez-vous du Cnared???? SANS EFFET

  23. ******

    Mu kukigabura wamenga babaroze!

  24. juju

    Allo, Ayuhu Jean Pierre ! A vous la parole.

  25. Ayahu Jean Pierre

    Quand Domitien Ndayizeye et de Léonce Ngendakumana quittent officiellement Bujumbura pour rejoindre leurs amis politiques à Bruxelles, l’on comprend comment le problème burundais est à la fois rigolo et artificiel. A imaginer que le pouvoir de Bujumbura persécute son opposition – dans sa diversité sociologique-, pourquoi ces deux-là seraient épargné par le pouvoir et pas les autres? Cela me rappelle le cirque “Arusha” où des hommes et femmes s’entredéchiraient par médias interposés à Bujumbura, pour finalement prendre le même avion pour se rendre à Arusha ensemble, dormir dans les mêmes hôtels, fréquenter les mêmes bistrots et enfin revenir ensemble au Burundi pour reprendre le même cirque en vu de mieux repartir à Arusha la fois suivante….Et tout ça comme si un dialogue au Burundi ne pouvaient pas se faire. C’est le même cirque aujourd’hui et j’ose éspérer que le gouvernement, le CNDD-FDD et ses satellites, les autres partis d’opposition, la société civile version Burundi refuseront de se rendre ridicule en allant faire à Arusha ce que l’on peut faire au pays: se parler!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Prévenir, atténuer, alerter

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Prévenir, atténuer, alerter

C’est parti. La Commission électorale nationale indépendante, CENI, annonce qu’elle présente le calendrier électoral la semaine du 17 au 23 juin. « The die is cast », les carottes sont cuites pour la préparation des élections électorales de 2020. Cependant, cette activité (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 246 users online