Mardi 27 septembre 2022

Culture

Lancement officiel de « Sakaganwa »

22/10/2015 33

C’est dans une ambiance détendue mais sérieuse aussi que les Editions Iwacu ont lancé officiellement Sakaganwa, la traduction en kirundi de l’œuvre d’Antoine de Saint Exupéry, Le Petit Prince.

Le petit prince copieCe mardi 20 octobre à 11 heures, l’Institut Français du Burundi a accueilli le lancement officiel de Sakaganwa, la traduction en Kirundi du livre d’Antoine de Saint Exupéry, Le Petit Prince.

Parmi les invités de marque, l’Ambassadeur de France, la Directrice de la Coopération Suisse, le secrétaire permanent du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, de nombreux professeurs à l’université du Burundi mais aussi des amis de la littérature.

Dans son mot d’accueil, la directrice de l’IFB, a cité Saint Exupéry : “ L’expérience nous montre qu’aimer ce n’est pas nous regarder l’un l’autre mais regarder ensemble dans la même direction.» Stéphanie Soleansnky a exprimé le souhait de voir les « Burundais regarder ensemble dans la même direction. »

Le professeur Domitien Nizigiyimana, traducteur du Petit Prince, est revenu sur cette aventure qui, d’après lui, s’est avérée difficile mais enrichissante. « Trouver le sens des mots tout en restant fidèle à l’auteur, comprendre la culture, la genèse de l’œuvre a été le cœur même de ce cheminement »

Heureux, Antoine Kaburahe, journaliste et Editeur, a indiqué que c’est « un très grand honneur, pour les jeunes Editions Iwacu, de publier cette œuvre universelle. » Déjà traduite en 274 langues, l’œuvre de Saint-Exupéry est désormais disponible en Kirundi. Il a remercié la Fondation Jean-Marc Probst pour le Petit Prince, qui a permis et financé cette publication. Grâce à cette Fondation le livre sera distribué gratuitement dans des écoles.

D’après Antoine Kaburahe, ce livre nous apprend à vivre, à découvrir et à comprendre l’autre. Dans un Burundi qui risque de s’enfoncer dans la violence, espérons que le message humaniste de « Sakaganwa », Le Petit Prince, parlera aux Burundais » a conclu le journaliste.

L’ambassadeur français et le secrétaire permanent au ministère de la Culture ont salué l’initiative de rendre accessible cette œuvre en Kirundi. « C’est un dialogue entre les langues et les cultures, c’est cela Francophonie » a déclaré M. Van Rossum, lui même « fan » du livre.

La rencontre a été clôturée par un débat très animé. Des questions ont été posées au traducteur, le professeur Nizigiyimana. Il est revenu sur les difficultés de la traduction, « la recherche du mot juste ». Le professeur Paul Ngarambe, a profité de l’occasion pour rappeler la nécessité d’avoir un dictionnaire kirundi français. « Il faudrait aussi traduire des ouvrages du Kirundi vers le Français » a souhaité un professeur de littérature.


Rencontre avec Domitien Nizigiyimana traducteur de l’œuvre en kirundi

Domitien Nizigiyimana
Domitien Nizigiyimana

Pourquoi le choix du titre Sakaganwa ?

Ce n’est pas un choix, c’est plutôt l’aboutissement d’une réflexion mûrie et partagée pour trouver un titre en kirundi tout en restant fidèle au Petit Prince. Je me réjouis d’ailleurs du fait que ceux qui étaient dans la salle ont apprécié l’effort de traduction.

Justement, êtes-vous satisfait par la traduction ?

Je suis satisfait. Le livre est déjà là. Mais, la satisfaction sera totale quand cet ouvrage sera lu tant par le public jeune qu’adulte. Le destin d’un livre est par ailleurs d’être lu. Mon souhait est donc que les gens s’approprient cette œuvre. C’est un livre qui n’est pas facile à lire, j’en conviens. Je demande d’ailleurs l’encadrement des jeunes dans sa lecture.

Que peut apporter Sakaganwa à la culture burundaise surtout dans le contexte actuel ?

Ce livre est à la fois poétique et philosophique. Le livre nous apprend la patience, l’amitié, la solidarité. Son message est profondément humaniste et l’humanisme c’est quelque chose dont les Burundais ont actuellement besoin.


Iwacu a recueilli quelques réactions à la sortie


ElisabethElisabeth Pitteloud Alansar (Directrice de la Coopération suisse au Burundi)

« Je remercie vivement les Editions Iwacu pour la sortie du livre et tous ceux qui ont contribué à l’aventure notamment le professeur et la fondation Jean-Marc Probst pour le Petit Prince à Lausanne en Suisse. J’ai eu beaucoup d’émotion à la sortie du livre. Et je trouve ce livre comme une petite lumière qui vient rappeler aux Burundais les valeurs universelles d’amour et de tolérance.

Leonce NgaboLéonce Ngabo (président du FESTICAB) : je félicite d’ abord les Editions Iwacu et la qualité de la traduction. Sans doute la traduction et l’édition ont dû être un travail de longue haleine. Le Petit Prince est un livre qui m’a fait rêver ; je ne peux qu’être satisfait par sa traduction en kirundi. Et je garde toujours cet enseignement humaniste véhiculé dans cet ouvrage. En tant que cinéaste, je trouve qu’on a besoin de beaucoup de contenus locaux et je me dis qu’on a une œuvre qu’on peut adapter au niveau cinématographique.

Antoine KaburaheAntoine Kaburahe (directeur des publications du Groupe de Presse Iwacu) : j’ai un sentiment de joie de savoir que désormais ce livre est disponible au Burundi et en kirundi. Et cet honneur revient aux Editions Iwacu. J’ai foi également dans l’accueil que lui réservera le public. C’est un livre passionnant qu’on prend à tort pour un conte d’enfant. Il véhicule une très grande philosophie. Son message est aussi bien destiné aux enfants qu’aux adultes. Et c’est ce qui fait le génie de Sakaganwa.

Si vous souhaitez vous procurer le livre, envoyez un mail à Joella Bigirimana

[email protected]

Forum des lecteurs d'Iwacu

33 réactions
  1. Bacinoni Dieudonné

    Ico gitabo » Sakaganwa » kigurwa angahe? Hehe?

  2. Inyankamugayo

    Bravo aux éditions Iwacu

  3. niyonsaba

    Igikorwa c’uwo murwi ni ico gukomera amashi. Abatibuka inyandiko y’ikirundi ni ukubibitsa ko mu ndirimbo canke imvyino, co kimwe n’amazina nkomoko muri rusangi iyo atagira inyitangizo aba afatanye. Akarorero: Camabarantama Vs Cambara Intama, Mukerabirori Vs Mukera ibirori…Ikirundi reo kiragoye ariko abahinga nabo turabafise.

  4. Paul Ruragabije

    Jeho uko nzi ikirundi kandi navyize mwishuri , umengo vyokwandikwa gurtya:

    S’akaganwa, S’agahugu – Ahantu hose ushobora gutora izina urishira ukwaryo ugayitandukanya na ‘

  5. Rukwavu

    Abarundi namwe murakunda kuryogora. Abo basuzugura iyo titre nimwandike igitabo canyu.

  6. OYA

    Abo muri Ghana n’abatanzaniya bagira bahebe icongereza baze bigishe mu ndimi kavukire. Ahubwo nyarutsa duhindure mu kirundi ubumenyi bwose bushoboka, natwe twigishe mu kirundi; mu myaka mike tuzoba dukora indege. Abayapani bo ntibigisha mu rurimi rusa n’ikirundi kandi bakamenya ?

  7. Murundi

    It seems to be interesting. Can we freely download it online in days to come ? Thank you.

  8. Ragiryabohambere

    Mwaramutse mwese .murazi ko ikirundi cacu kigoye,kandi ntitucumva kumwe twese. Hari intara zivuga neza kurusha izindi ikirundi naho turi abarundi twese. No tanga akarorero Ruyigi# Bururi( mugamba)  » none ugenda utabaramye =none ugenda udashitse » munzu? La traduction rero Ivana nuko uvuga ico kirundi. Sakaganwa = si akaganwa ni umuganwa. Selon mon kirundi , naho ukabona ku maso gato, ni kanini kw’ ijambo.: ubugabo si urucumu. Akandi karorero: Erega sagahugu yemwe…….. Ni igihugu cifashe , iyo ndirimbo murayizi mwese. Jewe sindasoma ico gitabo, mugabo nibaza ko titre umuntu ayitahura beaucoup plus en le lisant, ibibazozo ni vyinshi kuriyo traduction. Sivyo ga bagenzi?

    • Pacifique

      @ Ragiryabohambere :
      Vous avez écrit: « Erega sagahugu yemwe…….. Ni igihugu cifashe »…
      Si vous faites référence à notre hymne national, la phrase s’écrit : « [Oya] Si agahugu [..] ». Donc, remarquez que ça s’écrit en deux mots. Donc, je pense que le titre du livre devrait refléter le meme principe (si bien sûr l’auteur à voulu parler d’un « petit prince »).

      • Rukokoma

        @Pacifique,
        Iyo hymne national ivugo ngo ni iya ikihe gihugu? Si bwa burundi bwacu, da!
        Ramba mugenzi!

  9. Pacifique

    Une question aux responsables de la traduction:
    Vous voulez dire que le titre » Le petit prince » a été traduit en « Sakaganwa »?? Que signifie ce mot?
    Mu Kirundi, iryo jambo ntiribaho….Du moins, ntiryandikwa uko. Ou bien, vous vouliez dire  » Si Akaganwa »?? (qui signifie littéralement : « ce prince n’est pas petit », ou « ce n’est pas un petit prince ».
    Bonne reception; et un peu d’éclaircissement, murazi ko Ikirundi kitoroshe naho ari ururimi twese tuvuga. Kucandika biragora.

    • Bonjour. Le traducteur est le Professeur Domitian Nizigiyimana, spécialiste du Kirundi. Si vous le souhaitez, on peut vous mettre en contact avec lui pour les éclaircissements . AK

      • OYA

        N’umuntu w’ubwanwa bwinshi bamwita SArwanwa…!

        • Rukokoma

          @Oya,
          Oya, oya, oya! Aho sindagukundira. Birekere Kabizi (ups! Baranfata ko ngarukanye RPA. Ariko nzohatera ikigabiro, kubisigarira vyayo. Sinzomwibagira. Oya ye! (dixit Niki Dave); sindirimba ncura intimba (dixit Sindirimba)).
          Tugaruke Iwacu. Ego “umuntu w’ubwanwa bwinshi bamwita Sarwanwa”, kubera hariyo muri . yo muri Sarwanwa sico kimwe na yo muri Sakaganwa. Genda urayobewe ikibazo c’i Sakaramento (no ngaha harimwo sa)! Niko Padiri yahora atubwira (il y a 40 ans) imbere ya democratisation y,ubujuju.

          • Rukokoma

            @Iwacu. Iyo nshize utuzitizo ku gace SA ni kuki muca mugafuta? Censure! Canke namwe vyabataye ku uwo amazi! Nsubiremwo:
            Muri iyo nyishu nahaye Oya navuze nti: Ego “umuntu w’ubwanwa bwinshi bamwita Sarwanwa”, kubera hariyo RU muri URWANWA. SA yo muri Sarwanwa sico kimwe na SA yo muri Sakaganwa. Uwutavyumva aje ku mavi asenge; ngo niyo urwenge ruri (sinavuze ubwenge!).

      • Jean-Pierre Ayuhu

        A vous M. Kaburahe,
        A vous Pacifique,
        Traduire une œuvre littéraire, surtout le titre, n’est pas chose facile…
         » Things Fall Apart » de Chinua Achebe a été traduit en « Le Monde s’effondre », on me dira que c’est proche…par contre  » La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett l’a été en  » The Help » . Allez trouver le rapport mais l’histoire est aussi l’un ou l’autre des titres..

        En passant, je vous recommande la lecture de ce roman, passionnant, triste, émouvant…500 pages mais l’histoire ne vous autorise pas à fermer l’œil avant de terminer le livre.

      • Pacifique

        Je vous remercie de la réponse M. AK. Merci à vous, aussi, qui avez réagi.
        Vous avez en, partie raison, que ces mots existent en Kirundi. Mais, ceci n’est possible que pour les noms propres (noms souvent attribués à des êtres [humains ou autres], mais aussi à des objets ou endroits) pour leur donner une signification particulière.
        Pour ce qui est du cas ci-haut illustré, je ne sais pas s’il s’agit d’un NOM donné « à l’être – sujet » du roman. Mais, bon, j’aimerais avoir une copie du roman pour verifier.

        La traduction d’un livre n’est pas chose facile, en effet; mais, tout depend du sens que le traducteur veut donner à l’oeuvre (et le sens dépendra de la clientele pour laquelle l’oeuvre est destine).

        En passant, je salue l’initiative de traduire en Kirundi les oeuvres écrites en langues « étrangères » pour permettre aussi à ceux qui sont unilingues de bénéficier des connaissances que contiennent ces oeuvres.

        Cheers.

    • OYA

      Iryo jambo rirashoboka, naho ari rishasha. Kera ako gace ka SA- karakoreshwa cane. Akororero: Ingoma ya SAcega; hariho umuntu nzi yitwa furere SAkindi.

      • Rukokoma

        @Oya. Urasubiriye?
        Ako gace ko muri Sacega ntaco gasana na ko muri Sakaganwa. ni . Sacega ni co kimwe na Sarukwa (se wa Rukwavu) canke Inarunyonga .
        Nota: Ntimuhave mwitiranya na Sakayonsa! Ce serait une autre profanation de la belle langue.

    • Rukwebuka N

      Cher M Pacifique
      La traduction d’un titre va bien au delà des seuls mots le composant. Il y a aussi et surtout l’esprit du contenu du livre….

      • Karubu christophe

        Mr le professeur Domitien,
        je vous remercie de cette traduction de ce livre qui m’est très chère.
        le titre est très bien choisi parceque il ne correspond pas toujours à la traduction littérale.
        je pense que les lecteurs trouveront le sens du titre du livre en le lisant.

        charles Karikurubu

    • haah

      ET ALORS que serait la signification de , Sarukwavu, ou Sagakwavu?

    • Hermes

      Vyontangaza si ce sont les Pacifiques opportunistes, qui nous reviennent avec leurs critiques inutiles. Peut-être qu’ils vont nous imposer d’ikinyarwanda.
      L’essentiel est d’avoir essayé sinon tout le monde sait que notre langue est riche selon la région. Par exemple a Cankuzo pour dire « Turaho ou Turakomeye, ni amahoro », on dit simplement « ni kavubu et on se précipite à dire « nakavubu ». Généralement ce mot est importé de Buha. Le medium Iwacu mérite un encouragement et reste le seul qui incarne des intellectuels et professionnels qui rendent un service louable sans tambour ni trompète. Ils ont garde la neutralité dans ces derniers jours de crises, bravo !j’ai vu sur la télévision comment vous avez accueilli le VP. Excellent ! Murintwari ! mes félicitations, Messieurs, Mesdames, Antoine, Léandre, etc

      • Pacifique

        Cher Hermes,
        Ntaco nokwishura kinini, ariko ndabona ufise ingorane: « uravangatiranya » ibintu vyose! Tu vois « Mazina » Pacifique Nininahanzwe partout et dans tout! A vrai dire, je ne vois pas la relation entre ce que j’ai écrit et ce que tu dis; et encore moins, ce que l’autre Pacifique fait! Ici on parle de notre chère langue « Kirundi »: l’objectif de mon commentaire, kwari « ukwungurana ubwenge ». Politique twari twabaye turayishira hirya gato!

        Gira amahoro,

  10. PCE

    Au moins un article qui change notre quotidien fait de barbaries et de vandalismes

    • Yvon

      @ PCE,

      Brava, brovo PCE ! Pour une fois, je vote que « J’approuve ».
      Vous dites en un mot l’essentiel que j’approuve : « Au moins un article qui change notre quotidien fait de barbaries et de vandalismes « .
      Vous ne vous perdez pas dans de digressions stériles, telles celles de certains tant d’autres d’un certain « haah : ET ALORS que serait la signification de , Sarukwavu, ou Sagakwavu?  » »
      Serukwavu, ou non !. « On discute de SIGNIFICATIONS », perdio !
      Le Petit Prince que j’ai lu en première année du tronc commun m’a fort impressionné, et il m’a laissé bien de traces. C’est un livre merveilleux, compliqué et complexe d’une extraordinaire beauté ; mais extrêmement difficile à comprendre au-delà de banalité.
      Dans ma petite bibliothèque privée, j’en ai 2 en français et en italien. J’aimerai y ajouter un 3e : SAKAGANWA, en kirundi : Combien ça coûte, en combien de pages ?

      Mes sincères compliments à l’auteur et à son éditeur. Bravissimi.

  11. Marie-Christine Ntagwirumugara

    BRAVO a IWACU, toujours constructif !

  12. Kim

    Le petit prince que j ai decouvert en 1ere LM est parmi les livres qui m ont marqué.

    • Louis

      Il faut aussi traduire « Le Prince » de Macchiavel le livre apprécié et appliqué par Nkurunziza

      • Baobab

        @Louis
        « Il faut aussi traduire « Le Prince » de Macchiavel le livre apprécié et appliqué par Nkurunziza »
        On venait de faire une pause sur les polémiques: carton jaune!

        • Rukokoma

          @Baobab:
          Objection! La polémique est autant sur Sa de Sakaganwa que sur SA Majesté le Roi du Pays du Tambour. Et comme tu le sais (si l,on peut se tutoyer), il y a un autre Kaganwa (petit prince) qui s,en vient: Sassou. Comme si sassufit pas!!!! dixit les media congolais.

        • kazoza

          Pourquoi pas « mon combat « d’adolphe …hilter,ntimumpe rouge mugabo …c plus fort que nous la polemique politique

          • Rukokoma

            @kazoza,
            Je prends. Et j,ai un titre en vue, en version kirundi: Iwabo w,abantu.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 223 users online