#FREE
EN

Société

La distribution d’abord, la baisse du prix de l’eau ensuite

25/09/2020 Cressia Dushime Commentaires fermés sur La distribution d’abord, la baisse du prix de l’eau ensuite
La distribution d’abord, la baisse du prix de l’eau ensuite
Une borne-fontaine, à robinet double non-approvisionnée en eau, dans le quartier Taba, Zone Kamenge

La nouvelle mesure de réduction temporaire du prix d’eau potable, dans le cadre de la campagne de riposte contre la Covid-19, a été bien accueillie. Néanmoins, les usagers des bornes fontaines et les percepteurs se plaignent que ces points d’eau ne sont pas régulièrement alimentés.

Dans les différents coins de la capitale, la question de la distribution d’eau aux bornes fontaines est un casse-tête. Tantôt, l’eau n’est fournie qu’une demi-journée, tantôt un quart de 24h. La plupart du temps, voir une goutte est quasi impossible. Ce manque d’approvisionnement en eau potable, sur les points d’eau publique, coïncide avec l’ordonnance ministérielle conjointe du 15 septembre 2020 portant réduction temporaire du prix d’eau potable. Une mesure barrière contre la Covid-19 visant à baisser le prix de 50% sur les consommations, pour la catégorie des bornes fontaines.

Certains des percepteurs des bornes fontaines observent que la mise en application de la mesure se fracasse sur le mur de la réalité : « Réduire le prix d’accès à l’eau est une mesure à encourager, mais que les autorités compétentes nous fournissent l’eau, sans interruption. Rien que 3h par jour, c’est le maximum de temps qui est accordé à l’alimentation en eau.» Elvis, percepteur, demande aux personnes habilitées de tenir leur promesse quant aux salaires des percepteurs supposés ne pas être revue en baisse, pour la période considérée.

Les habitants rencontrés autour de ces points d’eau, certains de passage, d’autres vacants à leurs activités quotidiennes, partagent cet avis. Les bornes fontaines des quartiers Mirango et Uwinterekwa, dans la zone de Kamenge, « peuvent passer un mois, sans une goutte à l’horizon », comme le confie Buname René, habitant du quartier Uwinterekwa, rencontré dans le quartier Taba, où il était venu pour se ressourcer en eau.

Interrogé sur le retard de la mise en application, Siméon Habonimana, directeur général de la Regideso, a fait savoir que l’ordonnance ministérielle leur a été transmise mardi 22 septembre, soit une semaine après sa signature.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 163 users online