Mardi 27 septembre 2022

Économie

La construction de l’aéroport international de Kabamba : un autre projet en attente 

30/07/2022 12
La construction de l’aéroport international de Kabamba : un autre projet en attente 
Déogratias Nsanganiyumwami : « Le gouvernement a déjà délimité et borné un terrain qui abritera l’aéroport, il reste encore des bailleurs pour financer ce projet »

Le projet de construire l’aéroport international de Kabamba, dans la commune Gashikanwa de la province Ngozi reste toujours en attente. Une annonce faite ce 29 juillet par Déogratias Nsanganiyumwami, ministre des Infrastructures, d’Équipement et des Logements sociaux. C’était lors de la présentation du bilan des réalisations du quatrième trimestre de ce ministère.
« Le gouvernement du Burundi a déjà délimité et borné un terrain qui abritera l’aéroport, il reste encore des bailleurs pour financer ce projet », a précisé le ministre des Infrastructures.

Le projet de construire l’aéroport international de Kabamba a été analysé par le conseil des ministres en 2017. Un projet qui s’ajoute à celui de la construction de l’aéroport international de Bugendana analysé en 2016.

Le ministère des Infrastructures a saisi cette occasion pour lancer une mise garde aux stations-services, aux cultivateurs et à toute personnes exerçant en amont des voies publiques, car ce sont eux qui abîment les routes, a-t-il affirmé. « Deux textes réglementaires en vigueur sont là et ces gens sont appelés à les respecter », a fait savoir le ministre Déogratias Nsanganiyumwami.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Kibinakanwa

    Juste des slogans populistes. Du vent. Nous sommes arrivés au point où Il n’y a même pas de carburants. Hari abatwara. Ba mwemera ivyo mwize neza, Kandi muzoshobora. Why there is no fuel shortage in Rwanda?
    Evidement barazi qu’il n’y aura pas d’élections libres et démocratiques pour sanctionner la mauvaise gouvernance et démagogie. Poor Urundi, Poor Africa.

    • Joseph Ndayegamiye

      Effectivement au Burundi il ya une grave penurie de carburant, d’électricité, d’eau, de bière, et bientot d’Air. Et de là dire qu’on va construire un nouveau aéroport au Burundi qui peut couter dans les 100 milliards de dollars, ça n’engage que ceux qui y croient.

  2. Maniratunga
    • Stan Siyomana

      @Maniratunga
      La sécurité alimentaire d’un pays n’est pas du tout le synonyme de statut de pays émegent.
      « Un pays émergent, ou économie émergente, ou encore marché émergent est un pays dont le PIB par habitant est inférieur à celui des pays développés, mais qui connaît une croissance économique rapide, et dont le niveau de vie ainsi que les structures économiques et sociales convergent vers ceux des pays développés avec une ouverture économique au reste du monde, des transformations structurelles et institutionnelles de grande ampleur et un fort potentiel de croissance… »
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_%C3%A9mergent

  3. Mugabonihera

    Ne me faites pas peur !!! Ne pas croire à la parole de nos dirigeants ?

  4. Jimmy nkurunziza

    L’état doit laisser avec cette methode d’adoucir la population par des discours populiste et des projets fantaisiste que lui même connait qu’ils ne seront jamais réalisé.l’urgence au burundi n’est pas un aeroport..il y’a un manque criant de route entre province,d’hopitaux moderne dans chaque province,d’ecoles,de bureaux de l’etat pour sauvegarder les loyer payé ici et là.. que l’état se penche sur ces besoins urgent et le reste viendra apres.pour l’aeroport,faut d’abord qu’ils renovent celui existant depuis l’independance pour le mettre au normes avant de penser a aller construire un autre.

    • arsène

      @Jimmy nkurunziza

      Vous dites qu’il y’a un manque criant de route entre province, d’hôpitaux modernes dans chaque province.
      Vous avez raison et nous partageons ce constat avec le président de la République. Lors de son investiture, en juillet 2020, il a mis un accent là-dessus en promettant que chaque commune aura bientôt un hôpital. Le nombre de communes dépassaient alors la centaine. Avec le projet de les réduire au tiers, chaque commune pourrait maintenant être dotée de deux hôpitaux.
      Trêve de plaisanterie, à part les discours lénifiants, il est difficile de trouver chez nos dirigeants, des actions à même de rassurer les administrés.
      Au mois de mars dernier, le ministre de l’énergie et des mines annonçait tambour battant que désormais et pendant dix ans (2022 inclus), une société jusque-là inconnue du grand public (burundais), l’East African Region Project Group, pour ne pas la nommer, allait « allouer le pactole de 1,5 milliards de dollars américains chaque année à titre de subvention financière. Les fonds étaient déjà disponibles au moment du point de presse accordé par le ministre. On connaît la suite.
      Le jour de l’investiture, les promesses ne se sont d’ailleurs pas limitées aux hôpitaux dans chaque communes, il y a également eu la pension à verser aux retraités. Ceux-ci allaient désormais toucher une pension égale au minimum à leur dernier salaire auquel allait s’ajouter un accès gratuit aux soins médicaux. Moins de deux ans plus tard, les bientôt retraités supplient le gouvernement pour repousser l’âge de la retraite car la pension que le Président leur a fait miroiter était tout simplement une chimère.

    • Yan

      @Jimmy nkurunziza
      « …pour l’aeroport,faut d’abord qu’ils renovent celui existant depuis l’independance pour le mettre au normes avant de penser a aller construire un autre. »

      Grave erreur! Je ne sais pas quand tu es né, mais il faut de temps en temps te renseigner chez les dinosaures (eh oui! Il en subsiste!). Moi j’ai pris un avion en 1981 à cet aéroport de Bujumbura. Il était en travaux et les avions gros porteurs ne pouvaient pas y atterrir. Pour prendre un vol longue distance, j’ai dû prendre un avion de la compagnie burundaise de l’époque (Musongati) pour aller à Kigali. Donc cet aéroport ne date pas de l’indépendance, mais de l’époque du régime de Bagaza (Tu me diras que 20 ans ne changent pas grand-chose, mais c’est 20 ans sur 60 ans, ça fait beaucoup: 30%).

  5. arsène

    Je recopie ici mon commentaire du 10 novembre 2021 avec quelques modifications. Le ministre de l’intérieur avait annoncé la construction de villages de 916 maisons pour 4.580 personnes vulnérables dans les provinces de Kirundo, Cankuzo et Ruyigi.

    Je soulignais que des ponts se sont effondrés sur différents axes routiers, que les écoliers n’ont pas ni manuels scolaires, ni bancs pupitres et concluais en soulignant qu’il y a de fortes chances que ce projet se termine comme l’aéroport de Bugendana qui aurait dû « désengorger » celui de Bujumbura ou la construction d’un stade olympique alors que le pays n’a pas un seul stade de football aux normes internationales.
    Maintenant c’est un autre mirage: un pays qui n’arrive pas à construire des bureaux pour son administration. Je dois évidemment nuancer ce propos: je suis persuadé que le Burundi pourrait très bien construire des bureaux mais c’est seulement parce que c’est plus avantageux pour les autorité de les louer; ça rapporte. En outre, il y aura sûrement des ministres, des DG et autres responsables aussi généreux que l’honorable Côme Manirakiza qui offriront des bâtiments à l’État.
    Bref, pour revenir à cet aéroport, il faut constater qu’il s’inscrit dans la continuité des promesses de campagne qui accompagnent les mandats de nos présidents. En 2017, le chef de l’État avait dévoilé la maquette de ce qui serait la ville de Bujumbura en 2045. Personne n’en a plus parlé.
    Alors un troisième aéroport alors même que celui de Bujumbura, vétuste, ne compte pas cinq vols par jour (par pour raison de vétusté), on peut bien se demander pourquoi.
    Que de beaux discours!
    J’aurais été moins sceptique quant à la concrétisation du projet s’il s’agissait de démolir.

  6. Nshimirimana

    Très bonne répartition en terme de transport aérien : Bugendana pour desservir le centre Est, Bujumbura pour une partie de l’ouest et du centre , Bukinanyana , le reste de l’ouest en plus d’une partie du Congo dont Kamanyola et du Rwanda, côté Bugarama-Kamembe, tandis que Kabamba izobambana na peuple du Nord et une grande région du Rwanda couvrant Butare entre autres

    Sacré ministre des transports!

    • Yan

      @Nshimirimana
      Tu devrais postuler pour le poste de conseiller de ce ministre, ou alors pour celui de secrétaire permanent de ce même ministère. Il semble que tu maitrises bien ce domaine.

    • Stan Siyomana

      @Nshimirimana
      1. Vous écrivez:« Très bonne répartition en terme de transport aérien : Bugendana pour desservir le centre Est, Bujumbura pour une partie de l’ouest et centre… »
      2. Mon commentaire
      Normalement l’importance d’un aéroport dépend du nombre de passagers et des marchandises qui passent par là.
      Pour que tous ces aéroports soient rentables, ÇA POURRAIT PRENDRE DES DECENNIES. Il faudrait acceuillir beaucoup de touristes étrangers et il faudrait avoir une importante classe moyenne de burundais capables de se déplacer en avion (entre les nouvelles 5 provinces du pays?), et il faudrait beaucoup de marchandises qui peuvent supporter le prix élevé du transport aérien (lingots d’or, pierres précieuses et produits maraîchers exportés du Burundi, et médicaments et equipements technologiques et scientifiques importés au Burundi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 238 users online