Mardi 13 avril 2021

Société

Gitega/ Lycée communal Etoile du Matin de Bugendana : une affaire de sexe pollue l’atmosphère

Une lycéenne de 19 ans vient de mettre au monde. Elle attribue la paternité au directeur de l’école qui l’a forcée à coucher avec pour avoir une place de redoublement. Parents et élèves crient au scandale.

La jeune maman et son bébé de 3 semaines
La jeune maman et son bébé de 3 semaines

La journée du lundi 13 mars a été trop longue pour Michel Nsabimana, directeur du Lycée communal Etoile du Matin de Kirimbi, commune de Bugendana. Une élève qui l’accuse de l’avoir forcée à faire des rapports sexuels avec lui et l’engrosser par la suite faisait le sit-in devant son bureau, sous les regards moqueurs des lycéens et professeurs.

La jeune maman et sa mère avaient amené le bébé de trois semaines dans son bureau pour le convaincre d’assister la mère et l’enfant. Selon les élèves et la population des alentours, à la vue de ces deux femmes avec le bébé, Michel Nsabimana, pris de panique, a pris ses jambes à son cou en piétinant les jeunes pousses des haricots.

« J’ai honte de l’avoir comme directeur », se désole Clémentine. Pour cette lycéenne, cette autorité devait prendre ses responsabilités et assumer ses égarements. Les autres lycéens montent aux créneaux en affirmant qu’ils s’opposeront à tout retour de ce chef d’établissement.

Un cas qui n’est pas isolé

L’affaire de ce lundi était la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Beaucoup de jeunes filles chuchotaient qu’il leur a toujours fait des avances, mais qu’elles avaient peur de le dire par peur d’être chassées de l’école.

« Quand j’ai refusé, il m’a dit de penser à mes études car il ne me sera pas facile d’avancer de classe. Et voilà il est pris la main dans le sac», se félicite une lycéenne de Kirimbi. Et les autres tonnent :
« S’il s’aventure à mettre les pieds ici, c’est nous qui irons en prison ou lui. Nous exigeons que le ministère qui a l’Enseignement dans ses attributions le remplace en entendant que la justice fasse son travail ! »

Devant ce scandale, même les parents n’y vont pas par quatre chemins.
« Comment allons-nous expliquer à nos enfants ce qui est arrivé .Il est urgent que ses chefs sortent du silence qu’ils ont tenu jusqu’ici.»

Pour beaucoup, cette affaire semble sonner le glas de sa carrière. Interviewé, le directeur provincial de l’enseignement (DPE) à Gitega déclare qu’il a déjà informé ses supérieurs hiérarchiques en vue de limoger ce directeur.

« Qu’il soit accusé ou pas, il ne peut pas continuer à diriger cet établissement. Nous avons déjà envoyé le rapport à qui de droit pour prendre des mesures adéquates. » Son souhait est que la justice prenne cette affaire en mains. Contacté, Michel Nsabimana n’a pas voulu s’exprimer sur le cas.

Forum des lecteurs d'Iwacu

10 réactions
  1. MUBI

    @Kindros
    Avec le respect que je vous dois, évitons de mélanger les choses. Encourageons le rôle de la justice dans toutes les affaires. Qu’elle soit au dessus de la mêlée politicienne. Que nos institutions soient fortes et au service des citoyens. Urantunga.

    • Katembo

      Dommage qu il n y a que lui qu on attrape … Combien ont commis ce délit et continuent a Œuvrer ? Il faut une bonne campagne pour dénoncer en protégeant les courageux et les victimes . Et puis frapper de manière exemplaire pour décourager ceux qui en ont encore envie .

      • Meurlsaut

        Avec les agissements de certains cadres administratifs du pouvoir dd,on a l’impression que le Burundi est en train de devenir à sa tête un club des graveleux! Plus personne ne sait où on va.Ça pue les scandales pestilentiels à plein nez!!
        La jeunesse c’est l’avenir du pays.Or corrompre la jeunesse c’est hypothéquer l’avenir de la nation.On court vers la faillite du pays pour paraphraser l’expression du directeur du PARCEM.Il n’y a pas longtemps on parlait d’un bébé qui pourrit à la morgue de l’hôpital Karusi( fruit du directeur et son élève) au vu et au su de tout le monde!! S’agit-il encore des responsables ou d’une meute de gens non instruits agissant sur les instincts…Pauvre Burundi, vous êtes tombé trop bas!! L’adage ”le poisson pourri par la tête” reste encore d’actualité.

  2. Kindros

    Hahaha! Arafashwe !! Kandi uyo ni umuDD kabisa!!

    • Banzubaze

      @Kindros
      Mwari muzinanye umenga! Yarigeze kwanka kukuvumvya?

    • Mafero

      Uti ni umu DD? Iyo ataba we yotowe ikiziga, mugabo kuri we Nkurikiye ne s’exprime pas. Ntuzotangare ni wumva ngo ni montage bamugiriye.

      • Uwayo Béata

        @Mafero
        Abarundi turafis’ingorane ikomeye cane mbega aba DD nibo bakor’ikibi gusa? Nukuvuga ko abo ba DD bataraza mu Burundi hari mw’ijuru.Uretse nah’iwacu no muri Occident cas nkizo zirashika ari mu bihugu vyitwa ko vyaminuje mu mategeko eka mbere ni kwisi hose ibintu nkivyo vyama vyabaye. Uwo mu directeur nahanigwe ikibi yakoze ariko mureke guca muvug’ivyo mwishakiye,ikindi kandi ndibaza ko Nkurikiye atajejwe kuvuga ku bibazo vyose vyabaye mu gihugu cose.

      • nunu nado

        Bravo la lyceenne et sa maman. Il faut denoncer ces criminels sexuels qui gachent la vie des enfants. Quelle honte!!!! Ou sont-allees nos valeurs burundaises????

    • KARUNDI

      Ntumbarire!
      Ubwo Bill Cliton (avec Monica Lewinsky) na DSK avec Mme Nafissatou Dialo ubwo si aba-DD? Kindros, uradutohoreza mbona ivy’abaDD ubikurikiranira hafi
      Eh, kandi na Rwagasore na mandela ngo boba basize bavyaye abo ku Ruhande, erega wosanga bari aba-DD, qui sait?

      • Ndirmiye

        Rwagasore et Mandela? grands défenseurs de la démocratie, je te le jure par ma barbe

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 423 users online