Société

Gihanga: Quand les vivants se déchirent pour les morts

04/04/2019 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Gihanga: Quand les vivants se déchirent pour les morts
Gihanga: Quand les vivants se déchirent pour les morts
Certains fossoyeurs en grève au cimetière de Mpanda.

Vive tension entre trois associations des fossoyeurs au cimetière de Mpanda. Elles se disputent le creusement, l’inhumation et l’entretien des tombes. Les rivalités ont débouché sur une grève de certains fossoyeurs, dans la matinée de ce jeudi 4 avril.

Selon les témoignages de certains fossoyeurs au cimetière de Mpanda et les habitants de la zone Buringa, tout commence ce mercredi quand ‘‘Tube umuco’’ (Soyons la lumière), l’une des associations, était en train de clôturer la tombe d’une personne décédée.

Aussitôt, les membres de ‘‘Turwanye ubukene’’ (éradiquons la pauvreté) et ‘‘Agateka kubitavye Imana’’ (la dignité pour les défunts) sont venus les arrêter. « Les membres de ces associations se sont précipités pour nous empêcher de construire. Ils ont expliqué que notre travail se limite à creuser, inhumer les défunts mais que l’entretien des tombes leur revient », raconte un des membres de Tube Umuco.

« Les membres de ces nouvelles associations se lamentent de ne pas trouver des marchés pour l’inhumation depuis leur agrément, en janvier par l’administrateur de la commune Gihanga, car ils ne sont pas connus et n’ont pas d’expérience», explique un habitant de la localité.

Selon les mêmes sources, sans l’intervention des policiers de la position de Buringa, la situation risquait de dégénérer.

Après quelques heures, Déo Ndayisaba président de l’association ‘‘Tube Umuco’’ et Jean Paul Nahishakiye, son conseiller ont échappé de justesse à l’arrestation. « Ils sont en cavale pour le moment».

Deo Ndayisaba dénonce l’acharnement contre eux, alors qu’ils exercent ce métier depuis 20 ans. Il veut bien travailler avec ces nouvelles associations mais chacun doit trouver ses clients.

« Ce sont les propriétaires des pompes funèbres qui nous donnent le travail. Il est inadmissible que l’on se partage les activités avec les nouvelles associations, qu’elles cherchent leurs marchés», conclut-il.

Léopold Ndayisaba, administrateur de la commune Gihanga, n’était pas joignable par téléphone pour s’exprimer sur la situation.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« J’ai besoin de tous les Burundais »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « J’ai besoin de tous les Burundais »

L’euphorie de la campagne électorale est terminée. Ce 20 mai, les Burundais ont eu rendez-vous avec les urnes. Enjeu ? Un triple scrutin : présidentiel, législatif et communal. Mais le vote du président, qui gouvernera le pays pour sept ans, semble voler (…)

Les billets d'Antoine Kaburahe

Antoine Kaburahe

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 778 users online