Jeudi 17 juin 2021

Politique

Fabien Banciryanino interrogé sur ses propos à l’hémicycle de Kigobe

03/10/2020 Commentaires fermés sur Fabien Banciryanino interrogé sur ses propos à l’hémicycle de Kigobe
Fabien Banciryanino interrogé sur ses propos à l’hémicycle de Kigobe
Fabien Banciryanino a passé sa première nuit dans les cachots du BSR.

Depuis ce vendredi 2 octobre, l’ancien député élu dans la circonscription de Bubanza, Fabien Banciryanino, est incarcéré dans les cachots du Bureau spécial de recherche (BSR). Il a été interrogé sur ses interventions dans les plénières de l’Assemblée nationale.

« On l’accuse de s’être opposé à ce que Feu président Pierre Nkurunziza reçoive le titre de Guide suprême du patriotisme et de l’avoir accusé de crimes. Il s’est défendu en précisant qu’il a dit que des gens ont été tués sous son règne », confient les membres de sa famille. Il est aussi poursuivi d’avoir accusé l’Etat de persécuter les gens rapatriés de la République démocratique du Congo (RDC) en les emprisonnant. Pour les enquêteurs, indiquent-ils, ces rapatriés étaient des rebelles. Selon ses proches, il a répondu aux enquêteurs qu’il s’était basé sur les déclarations du ministère de l’Intérieur sur la radio nationale et du gouverneur du Sud-Kivu qui disaient, à cette époque, que ces personnes avaient décidé de rentrer de leur propre gré.

Selon ses parentés, il n’y avait aucun mandat d’arrêt émis à l’encontre de Fabien Banciryanino. « Un commissaire de police est venu chez lui et lui a demandé d’aller discuter dans son bureau. Ils sont partis ensemble. » Ses proches assurent qu’ils peuvent lui rendre visite sans problèmes. « Il est serein malgré un avenir incertain. »

Avant son incarcération…

L’administration à la base avait refusé, dans la matinée, la tenue d’une conférence de presse de l’ancien député. Fabien Banciryanino voulait démentir « des mensonges le concernant diffusés sur les réseaux sociaux. » La cheffe de zone Ngagara, Imelde Ndikuriyo, a alors expliqué le motif de ce refus : les mensonges diffusés sur You tube doivent être démentis sur ce même réseau. « Ça peut l’avoir choqué mais ça ne veut pas dire que vous allez diffuser dans vos médias respectifs que le vieux Banciryanino dément ceci et cela », a lancé Imelde Ndikuriyo aux journalistes.

Fabrice Manirakiza et Emery Kwizera

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 145 users online