Vendredi 07 octobre 2022

Archives

Empreintes ramassées au rasoir, foudre envoyée chez le voisin, … colère populaire à Ruyigi

12/12/2013 18

Trois femmes et un homme sont incarcérés dans les cachots du commissariat de police de Ruyigi. Ils sont accusés de sorcellerie.

Devant les bureaux du commissariat, la population fait un cercle autour de la dite sorcière ©Iwacu
Devant les bureaux du commissariat, la population fait un cercle autour de la dite sorcière ©Iwacu

11 heures 30, ce mercredi 11 décembre 2013. Une longue procession de personnes et de vélos se dirige vers le commissariat de police de Ruyigi. Sur les visages, une grande colère. Chacun veut faire entendre sa voix. Devant cette foule en transe, une femme d’une soixantaine d’années. Elle porte trois gros paquets. D’après cette foule, ils contiennent des gris-gris. Devant les bureaux du commissariat, la foule fait un cercle autour de la « sorcière ». Les policiers demandent à Béatrice Gahimakazi, car c’est son nom, d’ouvrir ses colis.
A l’intérieur, des racines et écorces de plantes, des feuilles de différentes plantes, de la poudre empaquetée dans des sachets, des peaux et os d’animaux, des cheveux humains, un morceau du drapeau national, du chanvre, des cartouches de fusil, des vêtements, etc. Et du tout cela, se dégage une odeur bizarre. « C’est mon pagne », lance une femme, voisine de Béatrice Gahimakazi, en montrant une pile de vêtement. « Ce sont les vêtements de mon enfant », s’exclame une autre.
Des injures fusent. Les gens se bousculent pour s’approcher de la dite sorcière. Chacun y va de ses explications sur l’utilisation de ces différents objets. La police est débordée. Elle la fait entrer à l’intérieur du commissariat. La population veut suivre. Elle est arrêtée à la barrière. « Qu’on nous la donne. Pourquoi la cachent­-ils? », scande la foule. « Il faut lui faire avaler ses fétiches », certains parlant même de la lyncher sur place.

Des cartouches pour soigner les vaches

« Nous l’avons vu ce lundi en train de ramasser dans la rue une empreinte de pied de son voisin avec une lame de rasoir », indique un voisin. Ce jour même, elle s’enfuie de chez elle. Ce matin, la population de la colline Ngarama est allée fouiller la maison de la fétichiste. « Ce sont ses enfants qui ont sorti de la maison ces trois paquets. » Les mêmes voisins font savoir qu’elle venait de sortir de prison pour avoir donné une boisson empoisonnée à Alice Nibayubahe, une habitante de Ngarama. « Elle m’a donné 5.000Fbu pour garder le silence et m’avait promis de faire venir quelqu’un de la province Makamba pour me soigner. », raconte Alice Nibayubahe.

« Tous ces médicaments servent à soigner mes vaches », se défend quant à elle Béatrice Gahimakazi. Les cartouches aussi :  » Si tu mets des balles dans l’étable, poursuit­-elle, la vache se sent bien et grandit plus vite. » Pour le chanvre, elle fait savoir que c’est pour que sa maison sente bon. « Mes voisins me jalousent parce que j’ai beaucoup de vaches et que je suis plus riche qu’eux. »
Plusieurs nœuds sur son pagne éveillent les soupçons des policiers. Ils lui demandent de les défaire. Ils découvrent des racines, des feuilles, des petites tiges d’arbres, une poudre bizarre enveloppée dans un sachet. « C’est pour me protéger des mauvais sorts », assure­-t­-elle, avant de retourner dans sa cellule.

Soupçonnés d’avoir envoyé la foudre chez le voisin

Dans les cachots du commissariat, Béatrice est venue rejoindre « une patiente », Anésie Nkumbuye, et son « médecin » François Kanani derrière les barreaux depuis le matin.
La population de la colline Gahemba en commune Ruyigi les accuse d’avoir provoqué la mort du voisin d’Anésie Nkumbuye et de sa femme, frappés par la foudre ce mardi à 18 heures. Anésie Nkumbuye indique qu’elle a fait appel à ce « spécialiste » parce qu’elle avait des problèmes. « Ma maison faisait entendre des bruits bizarres comme si elle allait s’effondrer. De plus, mes enfants perdaient leurs cheveux chaque matin. » Le spécialiste en question confirme qu’il est guérisseur. D’ailleurs, il s’étonne de son arrestation. « Depuis le temps que j’exerce ce métier, je n’avais jamais eu de problèmes « , précise­t­-il, avec un sachet rempli de gris-gris dans la main.

Forum des lecteurs d'Iwacu

18 réactions
  1. We mahoro reka kudutyoza aba nya RUYIGI niyaba vyarashitse mukubakana nabi n’umugenzi wawe si kubera yava mu Ruyigi.Niyaba kandi yarafise amagara make agata umutwe hose arondera icomukiza si kubera yava mu Ruyigi!kandi turi abarundi turazinanyi ntiduhendane aha mu Burundi nta nta ntara ntarabamwo kandi no mu mahanga biriyo,raba kuri google ico bita »iboga » muri Gabon,uraja muri Benin,congo,cameroun…ho bavyanda mw’isoko.None aho hose ni mu RUYIGI?Utemera ko abapfumu babaho ntiwemera Imana ko ibaho kandi na shetani kubwawe ntibaho? » »Abapfumu ni abakozi bashetani wavyera canke utavyemera » ».

  2. Je suis sur que ceux qui commenter ici sont des burundais ou leurs voisins,alors je comprends mal un burundais ne au Burundi ou ailleurs qui nie l’existence des sorciers.Moi je suis Burundais et j’ai eu la chance d’avoir un sejour dans d’autres coins du pays et/ou a’lexterieur du Burundi,ruyigi n’est pas un ilot a trop critiquer en la matiere.par ailleurs au Burundi comme en toute l’Afrique ca ignorer d’autres continents la sorcererie existe.Allez-y un jour au cameroun,gabon,benin ,afrique du sud ,amerique du sud,congo-kinshassa,cite d’ivoire…et les canibales vous allez nier qu’il n’existe pas?Laisser RUYIGI SVP!

  3. Mahoro

    J’ai été marié à un ressortissant de Ruyigi, et dans sa mentalité, tout s’explique par le monde invisible et la sorcellerie. Elle fait partie de son éducation , de son héritage. Difficile de comprendre toutes ces histoires de gri-gri et de forces maléfiques, mais les gens de Ruyigi y croient et ça pourrit les relations. Ce qui est difficile à avaler , c’est que j’étais appelée sorcière alors que je ne pige rien de ce concept. Une amie m’a encouragée en m’apprenant que souvent c’est quand on veut se débarrasser de quelqu’un qu’on l’appelle  » sorcier ». Ces croyances sont moyenâgeuses et sont souvent couplées de gros problèmes psychiatriques. Imana ibagarukire, ibamurikire.

  4. CADRE

    En 1993, ca a commence comme ainsi: ceux qui n’etaient pas du frodebu etaient pris pour sorciers… , aujourd’hui ce sont ceux de l’opposition qui sont menaces? Abatumva phenomene physique y’inkuba (harimwo n’abatwara benshi ubu na kera…) birumvikana ko bahendwa! Turira ivyo bintu mureke aba bene igihugu bitahire ntaco mubagiriza ubusa!

  5. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Ceci montre à quel point nos responsables administratifs sont vraiment partisans et incompétents. Comment peut-on incarcerer quelqu’un pour des croyances obscurantitses qu’on est totalement incapable de démontrer…….? Igihugu cacu kigeze habi….!!!!

  6. Les Barundi doivent s’ ouvrir les yeux pour voir très loin. Aujourd’hui il ya beaucoup des gens qui utilisent l’escroquairie, c’est le moment où le Peuple se reveillent pour ne pas dire on m’a mentit.

  7. Burihabwa

    Abo bantu bagirizwa uburozi usanga ari abatutsi canke abatari muri DD kugira ngo babice!

  8. Papaamani

    Uburozi burabaho. Reta irakeneye kumenya ko hari abahinga bakoresha shetani mu kwica abandi bantu. Na jewe barigeze kundoga ndahakurwa na Rugira

    • Murundikazi

      Papaamani

      Uraraba neza hari n’abantu usanga bagwaye ibindi bigwara bagaca bitwaza ngo babaroze. Maze akivuza muri gakondo (kirundi) agize Imana bigapfupfahara akibaza ngo yakize kumbe indwara irihwamitse ikazoza iziyeko. Noguhanura ko wogirisha examen général ukamenya uko amagara yawe yifashe. Harya amagara yacu abangamiwe n’ibigwara vyishi vyakayobera.

  9. Oya abo bantu babahe ivyo bintu babirye! Niwo muti w’ikibazo mbona.

  10. Remy Y.

    Svp. Laisse ces gens tranquillent. Le fait qu’il excerce leur savoir faire de maniere differente de celle des blancs ne les rendent pas naives. Je suis entousiaste de l’estime de soi de ce fameux geurrisseur vous a donne les raisons de ses actions, malgre que son savoir est puise dans la fine profonde de ses intuitions. Les intuitions etant l’essence des grandes decouvertes, il est temps de les epargner de cette foule irrationnelle, et les donnent l’espace pour discuter avec les gens qui peuvent traduire leurs savoirs pour le bien de tout le monde ( Abbe Mvukiye).
    – Pour les croyants a la George Bush, juste pour vous rappeller que C’est dans la Bible ou les feuilles ont ete utilises pour geurrir les maladie.
    Je ne suis pas guerrisseur, mais je crois que je peux apprendre bien la medecine a la burundaise a la manque de celle des occidentaux qui demande bcp de temps. Je crois que les burundais pourraient s’atteler a savoir plus de cette pseudo science qui deviendra la science un jour, je vous le dit. Du moins si la culture burundaise survivra de l’assault des westerns. ..

    • Remy Y.

      …..tranquille……ils exercent…………lorsque il vous a donne………. Geurrir les malades……apprendre facilement…….

  11. Kabizi

    Ewe Ruyigi waragowe!
    Hanyuma ngo bagomba gutwara!
    Erega n’abize barabifise!Nahora mbona baza babizanye baje kwiga muri Lycée!
    Barazi kwicungera barundi!Sinzi ingene batarapfa aho bashora ivyo bitungwa vyabo!

  12. Mana dusenga!None ko mpora numva ngo uburozi ntibubaho d’apres l’Etat parce que on ne peut trouver des preuves, et alors!?C’est quoi ca?Ngira ubuho bizemerwa kuko ama preuves ahaye aboneka.

    • Murundikazi

      Muraraba neza ko atazindi mvo zinyegeje inyuma bagaca babeshera abantu ngo ni abarozi. Ewe Burundi waragowe ugizwe n’abantu bemera ibintazi uhereye ku nzego zo hejuru

      • Venant

        Abo barozi n’abo gutera ubwoba abantu gusa. Hariho abapatiri exorcistes bahana ivyo bintu. N’oublions jamais que c’est Dieu qui a créé ces sorciers/sorcières qui travaillent pour Satan et qu’il a donc plus de pouvoirs qu’eux. Satan aussi est une créature divine et qu’en tant que telle, il est de loin moins puissant que Dieu mais de loin plus puissant que l’homme bien entendu. Abo bantu rero bavuga ko barorwa nobahanura ko boja barikoza kurabo bapatiri exorcistes kugira babakize ako kabi plutôt que de recourir à la police.

        • Mugunza

          @Venant

          Feticheurs, abarozi, exorcistes… soient-ils appellés patiri servent tous le même maître Satan et travaillent contre le vrai Dieu. Détails plus tard si tu en a besoin!

    • Murundikazi

      Patrick izo nizo wita preuves ? Nawe uri ikitazi nk’ibindi ! Izo si preuves z’uburozi ahubwo ni ivyo uwo babisanganye yita kwikingira sivyo akoresha kuroga abandi ! Nawe nyene ari mubuzimire (superstition) ariko sivyo wofatirako ngo uvuge ko yaroze abantu ! Wewe nimba waraciye mw’ishure uremera ko cette pauvre dame ariwe yatumye inkuba gukubita abantu ? Ewe Burundi waragowe !

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 854 users online