Politique

Elections 2020 : Divergences sur les Cepi

30/09/2019 Arnaud Giriteka Commentaires fermés sur Elections 2020 : Divergences sur les Cepi
Elections 2020 : Divergences sur les Cepi
Pierre Claver Kazihise, président de la Ceni : «Au regard des places disponibles,  impossible que tous les partis politiques et les organisations de la société civile aient tous des  membres dans une province. »

Depuis le 19 septembre 2019, la liste provisoire des membres des Cepi est officiellement disponible. Les avis des partenaires du processus sont partagés. Certains sont satisfaits tandis que d’autres crient à l’exclusion.

Le parti Frodebu ne décolère pas. Il accuse la Ceni d’être coupable d’exclusion et de manque de transparence. Sur toute l’étendue du territoire, le parti de Ndadaye possède un seul membre dans les commissions électorales provinciales(Cepi) à Muramvya. « C’est inadmissible que nous ayons un seul représentant alors que nous travaillons dans tout le pays », martèle son porte-parole.

Selon Phénias Nigaba, la Ceni a taillé une part de lion aux partis politiques se trouvant dans le gouvernement. Il fait allusion aux partis Cndd-fdd, Uprona et Cnl. Pour lui, c’est un mauvais départ pour la Ceni dans la mesure où elle a mené cette opération de mise en place des Cepi avec les partis et ses autres partenaires du processus électoral.

Quant au Cnl, il semble satisfait de sa représentativité dans les Cepi. Cependant, cette formation politique estime que cela ne suffit pas. «  Il y a des partis politiques qui n’ont pas été représentés. Et la plupart des organisations de la société civile sont dans le giron du parti au pouvoir », fait savoir Térence Manirambona, porte-parole du Cnl.

Beaucoup de partis politiques, places limitées

Hamza Burikukiye, porte-parole de la plateforme intégrale de la société civile, estime que la Ceni s’est bien acquittée de sa tâche en confectionnant des listes des membres des Cepi inclusives. « Quelle que soit leur organisation d’appartenance, l’essentiel est que la société civile soit représentée. L’erreur que nous faisons souvent est de toujours penser au moi ». A ceux qui se plaignent de ne pas figurer dans ces instances provinciales, M. Burikukiye se veut rassurant : Ils ont encore la possibilité d’intégrer les instances communales(Ceci). Il fait remarquer que les grands enjeux se situent à ce niveau. Et d’expliquer : « La Cepi ne fait que collecter les données provenant des Ceci.»

«Au regard des places disponibles,  impossible que tous les partis politiques et les organisations de la société civile aient tous des  membres dans une province », a indiqué Pierre Claver Kazihise, président de la Ceni, lors de la présentation des listes à Gitega. En outre, il fait savoir que le nombre de places dans les Cepi est proportionnel au nombre de communes. « Or, nous avons plus de trente partis au Burundi ».

Comme le Code électoral prévoit trois jours pour les recours, la Ceni a fixé cette échéance du 23 au 25 septembre. «Durant cette période, les partis politiques ou les organisations de la société civile lésés ont eu le temps de déposer leurs dossiers de recours. S’ils arrivent à prouver que la loi a été enfreinte dans l’établissement de ces listes, nous corrigerons. », dixit Philippe Nzobanariba, porte-parole de la Ceni.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 141 users online