Politique

Elections 2020 : Des magistrats pour l’allégement des peines en cas de crime électoral

10/09/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Elections 2020 : Des magistrats pour l’allégement des peines en cas de crime électoral
Elections 2020 : Des magistrats pour l’allégement des peines en cas de crime électoral
Des participants à l’atelier d’évaluation du processus électoral avec la magistrature.

Des magistrats trouvent que les peines et les amendes en cas de crime électoral sont trop élevées. C’est ce qui ressort d’un atelier d’évaluation du processus électoral organisé par la CENI ce mercredi 9 septembre avec la magistrature.

La gestion du contentieux électoral a attiré l’attention lors des débats. Des intervenants sont revenus sur le caractère exorbitant des amendes, qui selon eux sont de loin supérieures au plafond prévu par la loi en matière pénale.

«Des peines pour des faits infractionnels en matière électorale sont plus graves par rapport au Code de procédure pénale et au Code pénal. Des amendes prévues varient de 50 mille BIF à 200 mille BIF. Mais, le Code électoral prévoit 400 mille BIF, 800 mille BIF et même un million BIF. L’imposer à quelqu’un accusé de battre campagne sur les lignes c’est exagérer», a fait savoir le substitut du procureur de la République en province Cankuzo.

Pour lui, le législateur aurait considéré que les auteurs des crimes sont des responsables.  La plupart des personnes arrêtées, dit-il, ne sont pas capables de s’acquitter de ces amendes exorbitantes. «Ils restent emprisonnés et deviennent la charge pour l’Etat ». Ce substitut du procureur de la République en province Cankuzo suggère que  ces  peines  soient allégées tant que les  crimes commis  ne sont pas de nature à compromettre  tout le processus électoral.

Même observation pour le substitut du procureur de la République en province Kayanza. Il s’inquiète que  le Code électoral semble primer sur le code pénal et celui de procédure pénale.  « Il y a un plafond d’amende applicable par rapport à la peine d’emprisonnement. Le code électoral prévoit des amendes de loin supérieures au profond  de la loi en matière pénale ».

« L’heure n’est pas à l’allégement des peines »

Il explique que ces amendes élevées peuvent remettre en cause les compétences des tribunaux de résidence. En matière pénale et l’infraction de droit commun, fait-il savoir, il y a un plafond à ne pas dépasser. Dès lors, il prône la révision des dispositions du Code pour harmoniser  les peines.

Pour sa part, un juge du tribunal de grande instance de Ngozi questionne le jugement en  flagrance pour des crimes électoraux prévu à l’article 234 du Code électoral. Il considère que ce genre de procès ne permet pas de faire des enquêtes approfondies pour avoir plus de lumière.

Face à ces appréhensions, Pierre Claver Kazihise, président de la CENI indique que les propositions reçues seront soumises aux organes habilitées. « Cela permettra à  savoir des modifications à apporter  dans la législation et la réglementation pour l’opérationnalisation des élections ultérieures».

Néanmoins, le président de la CENI reste catégorique : « Si nous voulons bannir à jamais les crimes électoraux, l’heure n’est pas à l’allégement des peines mais plutôt au durcissement pour décourager les auteurs

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Le Burundi en données

IWACU Open Data

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 952 users online