Lundi 25 octobre 2021

International

EALA : Ils n’iront pas à Kigali

03/03/2017 2

Cinq députés du Cndd-Fdd siégeant au parlement est-africain boycottent une session qui se tiendra à Kigali. Ils disent craindre pour leur sécurité.

Le boycott n'empêchera pas la tenue de la session de Kigali
Le boycott n’empêchera pas la tenue de la session de Kigali

« Nous n’irons pas au Rwanda », a tranché Emérence Bucumi, présidente du groupe parlementaire burundais au sein de l’Assemblée législative de la Communauté Est Africaine (EALA). Le chargé des relations publiques de cette institution, Bobi Odiko, fait savoir que le président de l’EALA a reçu une correspondance signée par cinq députés stipulant qu’ils ne vont pas se présenter au cours de la session du 5 au 17 mars prochain qui se tiendra au Rwanda. Il s’agit d’Emerence Bucumi, Léonce Ndarubagiye, Emmanuel Nengo, Isabelle Nahayo et de Jean-Marie Muhirwa. Ils sont tous issus du parti Cndd-Fdd.

Selon le Kenyan Bobi Odiko, ces parlementaires invoquent la question sécuritaire. « Nous craignons pour notre sécurité », ont-ils notifié.

Une démarche comprise par le Secrétaire général du Cndd-Fdd, Evariste Ndayishimiye. Selon lui, le Rwanda joue un grand rôle dans la déstabilisation du pays. « Il a aidé le mouvement insurrectionnel de 2015 et héberge les auteurs de ce mouvement.» Et de conclure : « Nous considérons que le Rwanda est un pays hostile jusqu’à nouvel ordre. »

Le boycott n’est pas suivi par tous les Burundais

Selon le chargé des relations publiques de l’EALA, le Parlement travaille en itinérance dans tous les pays de l’EAC. Et le Rwanda est bien préparé pour garantir la sécurité de tous les députés. Quatre autres députés burundais ont cependant confirmé leur participation. Il s’agit de Jérémie Ngendakumana, frondeur du parti Cndd-Fdd, Martin Nduwimana et Frédéric Ngenzebuhoro de l’Uprona ainsi que Yves Nsabimana du parti Frodebu Nyakuri. « Notre sécurité est bien assurée », ont-ils souligné.

Le bureau du Secrétariat général de la CAE prend au sérieux cette affaire. Son patron, Libérat Mpfumukeko, s’est rendu cette semaine au Rwanda et a rencontré le ministre en charge des Affaires est-africaine. L’inquiétude des députés burundais était au menu de leurs échanges. « La détérioration des relations diplomatiques entre les deux pays voisins est la préoccupation de la communauté et celle des chefs d’Etat de la sous-région. »

La situation diplomatique s’est détériorée avec la crise que traverse le Burundi. L’ambassadeur du Burundi au Rwanda a été rappelé en consultation, mi-décembre de l’année dernière. Bujumbura brandit à chaque fois le rapport de l’Onu qui a statué sur la mise en place d’un groupe rebelle, recruté dans les camps de réfugiés au Rwanda et formé dans ce même pays. Objectif : déstabiliser le Burundi. Ce que le Rwanda a toujours démenti énergiquement.

Signalons que l’article 12 du règlement intérieur de l’EALA stipule qu’au moins 3 députés de chaque pays membre doivent assister aux sessions.


Décryptage

Tout porte à croire qu’il s’agit là d’une protestation symbolique. « Une manière de rappeler au monde que le frère ennemi de l’autre côté de la Kanyaru n’est pas un enfant de chœur et qu’il est à l’origine de la crise que traverse le Burundi », ironise un politologue, le sourire en coin. « Les pancartes brandies à chaque manifestation dans tout le pays accusent l’Occident et le Rwanda d’être la cause de tous les maux du Burundi », rappelle un autre observateur.
Visiblement, ces députés continuent sur la lancée de Bujumbura, une logique du boycott et de contestations. « Il faut donc trouver la formule qui pourrait décrisper la situation et permettre aux deux voisins de recommencer à jouer du foot ensemble », lance un diplomate, nostalgique de l’entente d’antan qui liait Kagame à Nkurunziza.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. kabingo dora

    Par rapport au Rwanda et la Belgique ,le gouvernement Burundais, dans son comportement et attitude rappelle à mains égards, le jeu auquel se livre le gouvernement turc face aux Européens , il souffre le chaud et le froid et ne sais lus ou donner de la tête. Est ce que vraiment la vie de ces députés burundais du CNDD serait menacé s’ils se rendaient au Rwanda ? Comment peuvent ils le prouver surtout que certains parmi eux s’y sont rendus sans aucun souci. C’est tout simplement un boycott du Rwanda qui ne changera rien à la donne. Comme disait le poète , le CNDD -FDD ne se contente pas seulement de sa tigritude mais il montre ses instincts les plus animal d’une bête blessée par sa turpitude

  2. John

    Entretemps, un certain Léonce Ndarubagiye a fait defection et participe depuis aux travaux normalement! Par ailleurs et de source bien informée, la plupart de ces députés qui estiment qu’ils ne seront pas en sécurité au Rwanda ont toujours et régulièrement visité le pays de Kagame alors que les relations entre les 2 pays étaient tendues et sans qu’ils soient inquiétés outre mesure.
    Ces députés devraient cesser de se comporter comme des enfants et suivre comme des …. ou comme ces taxi motards ou vélos qui passent leurs journées à insulter le Rwanda et son président.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A défaut d’électricité, le Burundi veut la lumière sur Mpanda

« Honte, fiasco, etc. » L’opinion exprime sa profonde déception face au scandale du barrage hydro-électrique de Mpanda. Un gouffre financier de plus de 54 milliards francs burundais. Lors de sa descente sur lieux, le Chef d’Etat a qualifié de « honte » cette (…)

Online Users

Total 4 128 users online