Lundi 03 octobre 2022

Société

Down Town hôtel Rutegama Jazz : une aubaine

13/06/2017 5

Prises électriques à la disposition du public, connexion Wi-fi gratuite, la population environnante accoure pour en profiter.

Tout passant peut recharger à sa guise son téléphone mobile

Les abords de Down Town hôtel Rutegama Jazz, sur l’avenue de l’Université, se transforment dès 18h. Des passants s’y agglutinent pour recharger leurs téléphones mobiles et bénéficier du coup de la connexion Wi-fi gratuite.

Depuis bientôt cinq mois, l’hôtel Down Town Rutegama Jazz a installé aux alentours de sa clôture une dizaine de prises électriques. Objectif : aider la population environnante confrontée à des problèmes de délestage.

Etudiants, élèves, conducteurs de taxi-vélos… s’y retrouvent pour se partager les dix prises électriques. Alors que le soir la zone Bwiza est souvent plongée dans le noir, témoignent les bénéficiaires, nous profitons du groupe électrogène de cet hôtel.

«Actuellement, le courant ne dure qu’une heure voire quelques minutes. Nous sommes obligés d’utiliser ces prises pour recharger les batteries », raconte J.P., étudiant, habitant à la 1ère avenue de la zone Bwiza.

Avant que ces prises ne soient fonctionnelles, J.P. fait savoir qu’il devait se déplacer vers le centre-ville ou bien recharger son téléphone dans la zone Nyakabiga. Il déboursait 200Fbu à chaque recharge.

« C’est rare de voir de tels services gratuits »

J.P. s’enthousiasme aussi de la gratuité de la connexion Wi-fi qu’offre l’hôtel Down Town : « Après avoir rechargé mon téléphone, je chatte gratuitement avec différentes personnes.» Et son ami, habitant à la 3ème avenue de la zone Bwiza, d’abonder dans le même sens : «Auparavant, il arrivait que je laisse mon téléphone à la maison, désormais ce n’est plus le cas.»

Non loin de ces prises, cinq personnes naviguent gratuitement sur Internet via leurs smartphones : «Cela va faire une année que j’utilise cette connexion Wi-fi », exulte P.N., tailleur, habitant la 4ème avenue.
Tous louent l’initiative du patron de l’hôtel Down Town : « De nos jours, c’est rare de voir de tels services gratuits. »

Contacté, Gilbert Nkurunziza, le patron de Down Town hôtel Rutegama Jazz, n’a pas voulu s’exprimer. Pour rappel, cela fait près d’une année que cet hôtel a mis à la disposition des passants un réservoir d’eau pour étancher leur soif.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. KABADUGARITSE

    « Le bon samaritain ». Imana imwongere itungo n’umugisha.-

  2. MD

    c’est une très bonne chose qu’il ait préferé ne pas réagir,c’est bien de ne pas rechercher les louanges des hommes,et il nous donne là un très bel exemple,de donner de ce qu’on a aussi peu soit-il.

  3. Prudence Sekambabaye

    Ce Gilbert Nkurunziza est un envoyé de Dieu. Serait-il le petit frere de notre President de la République ? Bravo cher Nkurunziza Gilbert, Imana izogusubiriza aho ukuye.

  4. MANA

    « …Contacté, Gilbert Nkurunziza, le patron de Down Town hôtel Rutegama Jazz, n’a pas voulu s’exprimer. Pour rappel, cela fait près d’une année que cet hôtel a mis à la disposition des passants un réservoir d’eau pour étancher leur soif. » Bravo M. Gilbert NKURUNZIZA. C’est cela le développement individuel qui profite aux autres. Si tous ceux qui ont faisaient comme vous…

    • Changez de mentalité.

      Vraiment …!!! Est-ce que Dieu voit cet homme ? protégez et bénit le grandement, Seigneur. Au destrcteur demandeur des sanctions contre leur pays, c’est ce qu’on veut.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 415 users online