Dimanche 21 juillet 2024

Politique

« Des proverbes d’incitation à la violence provoquent un spectre de la violence»

19/02/2020 Commentaires fermés sur « Des proverbes d’incitation à la violence provoquent un spectre de la violence»
« Des proverbes d’incitation à la violence  provoquent  un spectre de la violence»

Dans la course pour le pouvoir, les politiques ont recours à des proverbes dans leur communication. Acher Niyonizigiye, consultant en leadership, préconise une communication non-violente pour une réussite des élections de 2020.

Que doit-on entendre par  les proverbes d’incitation à la violence ?

Il s’agit des proverbes qui justifient explicitement ou implicitement  les actes de violence que l’on peut commettre contre  un individu ou les membres d’un groupe donné. Ils jouent le rôle d’apaisement de la conscience de la personne en passe de commettre un acte répréhensible. Ce sont des proverbes utilisés de façon abusive.

« Ubike imbuto mbike imbeba » (« Garde ta semence, je garde des souris ») est un proverbe qui évoque un règlement de compte. Cela signifie que puisque tu m’as fait du mal, je ferai tout pour m’attaquer à ta propre vie. « Uwutambana na mukeba ntakubita urugohe » (« Celui qui danse avec sa rivale ne dort pas »). Le rival est celui qui te veut du mal. Ainsi si tu fermes les yeux, il passera à l’acte.

Pourquoi a-t-on recours à ces pratiques ?

Primo, c’est un sentiment d’égoïsme. C’est une volonté d’atteindre son objectif  coûte que coûte. En plein processus électoral, ils visent  l’élimination  de l’adversaire avant la fin des échéances. En  principe, un bon leader devrait abandonner ses intérêts pour ne pas déstabiliser les autres.

Secundo, c’est une autojustification pour commettre un forfait qui est réprimé par le Code pénal et le Code électoral.

Que peuvent être les conséquences pour la société ?

Les frustrations s’installent et conduisent à des actes de vengeance. Les gens subissent des  répercussions  des situations dont ils ne sont pas responsables. C’est la société qui est déstabilisée. Si c’est un leader politique ou religieux  de haut  niveau, qui encourage ses partisans à faire le mal, le spectre de la violence  devient large. Ce sont des violences de masse.

Les gens ont des connexions émotionnelles. S’il y a des crimes, ceux qui partagent l’identité peuvent se sentir directement visés. Ils peuvent se venger, s’ils en ont l’opportunité. C’est cela qui a causé des  violations massives. Le pays peut être déstabilisé pendant plusieurs années. C’est une remise  en cause de  la stabilité  déjà acquise.

En plein processus électoral,  que faut-il faire pour  prévenir  l’irréparable?

Les Burundais ont eu des blessures émotionnelles graves. Certains sont exilés, ont perdu les leurs ou vu leurs biens saccagés. Une retenue  serait sage pour ne pas retourner le couteau dans la plaie. C’est comme une bombe à retardement.

Les  leaders politiques doivent  s’abstenir  de tout acte ou parole violente. La violence commence dans les pensées, se transmet par la bouche. Ainsi la violence physique est proche. Il faut utiliser  un langage pacifiste de telle sorte que même les adversaires politiques  puissent se sentir en sécurité. Présenter leurs projets de société en toute sérénité. Le gagnant et le perdant des élections  resteront  des enfants d’une même nation.

La Ceni doit s’impliquer  pour corriger les dérapages avant qu’il ne soit trop tard.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 390 users online