Mardi 27 septembre 2022

Culture

Des jeunes ont lu le livre sur le Commandant Ndayahoze

23/09/2016 Commentaires fermés sur Des jeunes ont lu le livre sur le Commandant Ndayahoze

Après une immersion dans l’ouvrage du couple Ndayahoze, huit jeunes, Hutu et Tutsi, ont partagé leurs ressentis et les leçons qu’ils ont tirées de ce témoignage. Entre surprise, révolte, méfiance et désir de transcendance, diverses réactions montrent les rapports qu’entretient la jeunesse burundaise avec son histoire.

 

Emelyne Hakizimana, « pensons à l’héritage que nous allons laisser»

emelyne-hakizimana« Une personne de cœur, un homme vaillant, courageux, qui voyait à l’avance l’avenir de son pays.» Voilà comment cette mémorante dans la faculté de Droit à l’Université Espoir d’Afrique définit le Commandant Ndayahoze. La jeune femme de 24 ans ne tarit pas d’éloges sur « un militant qui voulait l’unité de sa nation.»

Même si cette jeune chercheure Hutu trouve que l’ouvrage accuse un certain penchant, elle apprécie qu’il lui ait permis d’avoir une idée plus ou moins précise sur le passé de son pays. « Mais au lieu d’être un frein, ce côté penchant va me pousser à creuser encore plus pour connaître la vérité », rassure-t-elle.

Emelyne a toujours rêvé d’être un médiateur. Pour elle, la postérité compte plus qu’autre chose. « L’histoire est un juge impartial. Les actes que nous posons dans le présent détermineront comment nous serons perçus dans l’avenir », prévient-elle.

Fabrice Ndihokubwayo, « apprenons à dire la vérité, coûte que coûte»

fabrice-ndihokubwayoLui n’a pas peur de se définir comme un Hutu. « Je sais, cela ne saute pas aux yeux », glisse-t-il, avant de porter aux nues le Commandant Ndayahoze : « Un visionnaire qui luttait pour sauvegarder l’unité nationale, qui a fait tout son possible pour prévenir les catastrophes qui pouvaient arriver à sa patrie. C’était un homme courageux, qui voulait le bien-être de ses compatriotes.»

Pour cet étudiant de 26 ans en Service Social et Développement Communautaire à l’Université Espoir d’Afrique, « il faut apprendre à dire la vérité

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 373 users online