Lundi 12 avril 2021

Politique

Des câbles dénudés fauchent une vie

30/12/2016 Martine Nzeyimana 3

Ce samedi 24 décembre, une jeune fille a été électrocutée par des câbles dénudés de la Regideso. Ces derniers se retrouvent dans plusieurs quartiers de la capitale.

Ces câbles dénudés ont électrocuté une jeune fille à Kinindo
Ces câbles dénudés ont électrocuté une jeune fille à Kinindo

Elle s’appelle Sonia Sibomana. En sortant de la messe du réveillon de Noël, cette choriste, 20ans, a glissé et est tombée dans un trou contenant des câbles dénudés de la Regideso. Elle est morte par électrocution. Ces câbles se trouvent devant la clôture de l’église Regina Pacis. Agapithe Nindorera, le curé de cette paroisse, met en cause l’inertie de la Regideso : «Nous l’avions signalé depuis longtemps à la Regideso mais pas d’action concrète. »

Dans différents quartiers de la capitale, de tels câbles inquiètent. Ils se trouvent à l’air libre, le long des routes, parfois près des clôtures des parcelles ou à l’intérieur des parcelles. Seuls des toiles isolantes abîmées ou des sachets en plastique sont enroulés autour de ces câbles à l’endroit où ils sont raccordés.

Dans le quartier Mutanga Nord, devant une des maisons de l’avenue Nyarugongo, ces câbles serpentent une clôture. Ils finissent leur parcours à l’intérieur de la propriété pour se raccorder au compteur de la Regideso, toujours à l’air libre.

«Ces câbles constituent une grande menace. Nous craignons même de faire la propreté, et lorsqu’il y a des enfants, nous devons les surveiller», déplore la propriétaire de la parcelle. Sa grande peur : un court-circuit qui provoquerait un incendie. «Il faut que ces câbles soient souterrains comme auparavant. »

Cette situation l’irrite fortement. «Nous l’avons signalé depuis une année. Au départ, ils promettaient une réparation rapide. La dernière fois, ils nous ont dit que les câbles ont été commandés. Nous attendons toujours. »

Un mois pour venir à bout du problème

À la jonction du Boulevard du 28 novembre et l’avenue Siguvyaye dans le quartier Mutanga Sud, ces câbles sont mal raccordés et se trouvent à l’air libre.

Dans le quartier II de la zone Ngagara, les mêmes appréhensions. Sur l’avenue Ntunda du quartier II, ces câbles ont été récemment enterrés. «Chaque fois qu’il pleut, de la fumée sort », confient les habitants. Non loin de ce lieu, des enfants jouent sans s’inquiéter.

Par manque de câble souterrains, la Regideso a utilisé des câbles destinés à l’installation sur des poteaux. C’est ce qu’affirme Wilson Tangishaka, le directeur de l’électricité, lors d’une conférence de presse qu’il a animée ce mercredi 27 décembre. «Au lieu de laisser des habitations dans le noir, Nous avons opté pour le second choix. Ces câbles ne peuvent pas être enfouis, ils se détériorent rapidement.»

Le directeur de l’électricité assure, néanmoins, qu’ils sont bien isolés avec du serre-fils et du scotch approprié. «Mais plus les jours passent, plus le scotch fond et salut les problèmes. »

En attente des câbles appropriés, la Regideso a pris la décision d’enfouir tous les câbles en moins d’un mois.
Pour rappel, un enfant est mort, dans le quartier Kinanira III, du contact de ces câbles dénudés. David Ninganze, président de la Solidarité de la jeunesse chrétienne pour la paix et l’enfance(SOJPAE) affirme qu’ils ont l’intention de porter plainte contre la Regideso : «Nous leur avons même demandé de prendre en charge l’enterrement de cet enfant sans succès.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Marcel

    Pauvres Barundi! Tous les signes d’une lente agonie sont là pour dire qu’aucune issue heureuse n’est envisageable à la crise que vous vivez depuis plus d’un an.Vous avez un psychotique doublé d’un fou de Dieu à la tête de votre pays. Ça finira mal. Il ne reste que la prière en guise de consolation.

  2. karundi

    Certains cdres de la Regideso valent tout simplement une insulte au citadins! Ce Mr. Tangishaka n’a pas honte de nous raconter des conereies! Apres avoir tue des gens avec ses cables, il raconte qu’il a un mois pour tout reparer….. A quelqu’un qui sait comment fixer ce genre de probleme, c’est troublant, a la Regideso, la negligeance est plutot la norme! Tout acte criminel doit etre defini comme crime!

  3. BUKURU

    RIP Sonia SIBOMANA! C’est bien ici que les politiciens et leur partisants doivent mettre en lumière et faire leur le refrain de Michael Jackson “They don’t care about us”. Nos politiciens sont tellement absorbés par leurs querelles insensées et insanes qu’ils n’ont même pas la moindre seconde pour se pencher sur ce qui compte vraiment pour notre peuple. Sinon, l’inertie de la REGIDESO pour les interventions et son activisme souvant encombrant pour les recouvrement est une réalité plutôt déconcertante.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 394 users online