#FREE
EN

Santé

Covid-19 : l’obligation du port du masque dans le transport en commun loin d’être suivie

31/07/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Covid-19 : l’obligation du port du masque dans le transport en commun loin d’être suivie
Covid-19 : l’obligation du port du masque dans le transport en commun loin d’être suivie
Le parking desservant les quartiers du nord de la ville de Bujumbura.

Ce mercredi 29 juillet 2020, le port du masque est devenu obligatoire pour les chauffeurs de bus, les rabatteurs et les aides-chauffeurs (convoyeurs). Au lendemain de la mesure, Iwacu s’est rendu sur certains parkings. Constat : Une mesure restée lettre morte.

Il est 11 heures au parking des bus desservant le nord de la ville de Bujumbura. Des files indiennes des bus convergent à ce grand parking au centre-ville.  Comme à l’accoutumée, des dispositifs de lavage des mains sont disponibles. Les rabatteurs veillent à ce que les passagers respectent ce geste barrière.

Contrairement à la mesure prise par l’Association des transporteurs du Burundi (Atrabu), aucun chauffeur ou convoyeur ne porte un masque. Seul un des rabatteurs en porte. « C’est inadmissible  nous obliger de port de masque alors que  les 18 passagers n’en ont pas. Si c’est pour nous protéger contre la Covid-19, il fallait l’imposer à  tout le monde», fait savoir un chauffeur au volant.

Même son de cloche chez P.G, un rabatteur  sur place.  Pour lui, pas d’importance dans la mesure où ils doivent accueillir des passagers qui n’en portent pas. Il affirme en avoir mais la porter ne l’intéresse en aucune manière. « C’est important quand il est obligatoire pour tout le monde »

Pour sa part  M.N président de l’un des associations des chauffeurs sur ce parking, masque vert sur la bouche, dénonce une mesure  spontanée. Pour lui, la mesure a été uniquement prise pour des  raisons commerciales. « L’Atrabu a bénéficié d’un appui en masque mais veut en faire un  business. Des ateliers de coutures ont été mis en place pour profiter de cette clientèle. Ce n’est pas tout. Même les dispositifs de lavage qui étaient un don nous a coûté d’argent ».

Quand l’incompréhension persiste

Une situation analogue au parking des bus desservant les quartiers du sud de la capitale économique. Il est 11h 40, un seul  chauffeur au volant  a un masque et le porte au menton. Deux des agents du comité mixte de sécurité de l’Atrabu sur ce parking les portent dans les conditions exigées. Le respect du geste barrière de lavage des mains avant de monter dans un bus est observé.

Pantalon jeans déchiré, K.D, un des chauffeurs explique d’un ton difficilement  audible que le port de masque est étouffant. « Quand j’essayais de  le porter, je n’arrivais pas à respirer. Il n’a pas d’importance que de tuer d’asphyxié. Même  on me les donnait gratuitement, je ne les porterais pas.  C’est sans effet».

A l’opposé, sa consœur, N.K chargée de la perception au compte de l’Atrabu,  comprend l’importance du port de masque. Pour elle, il doit y avoir des mesures d’accompagnement notamment la distribution gratuite dans les parkings.

Charles Ntirampeba, secrétaire général de l’Atrabu,   rappelle  qu’il est si important et urgent de se protéger et protéger les autres contre la pandémie de la Covid-19. Il  menace de sanctions tous les recatrcitrants. « Toutes les parties prenantes ont été consultées. Nous n’allons pas reculer. L’Atrabu ne peut pas se substituer à l’Etat pour imposer le port de masque à tout le monde. Nous avons fait ce qui est à notre pouvoir».

Paradoxalement, dans la foulée du lancement du port obligatoire du masque,  des chauffeurs, convoyeurs et rabatteurs avaient salué une mesure importante pour se protéger de la covid-19.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 095 users online