Lundi 17 mai 2021

Politique

Cndd-Fdd : «Les Burundais ont décidé…»

20/12/2017 5

L’intention de la révision de la Constitution n’est pas pour se maintenir au pouvoir, a déclaré Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du parti Cndd-Fdd. C’était lors d’une conférence qu’il a animée ce mardi 19 décembre.

Evariste Ndayishimiye : «Quand la société remarquera qu’il n’en est plus capable, elle décidera de son sort»

Il indique que son parti est aujourd’hui ce que les Burundais en ont fait. Et il en sera toujours de même dans l’avenir : «C’est le peuple qui décide du sort du Cndd-Fdd». Si son programme lui convient, sans doute il le maintiendra aux affaires.

Les Burundais ont décidé de laisser «quelqu’un qui démontre être capable de relever la société» continuer. Avant de glisser aussitôt : «Quand la société remarquera qu’il n’en est plus capable, elle décidera de son sort».

Ce n’est pas exagéré, dit-il, si le mandat du président de la République passe de cinq à sept ans : «Dans beaucoup de pays, le mandat n’est pas limité et cela ne cause pas de problèmes». Il faut donner du temps aux institutions pour le développement. «L’essentiel est de mettre en place une Constitution capable de garantir la sécurité du pays et le bien-être des citoyens».

Le responsable du parti de l’Aigle appelle tous les Burundais à suivre de près la campagne d’explication des amendements effectués. Le temps de battre campagne pour les partis politiques viendra. Ainsi, il leur sera facile de voter pour ou contre l’amendement de la Constitution : «Ils auraient vu ce qui va et ce qui ne va pas».

Au sujet des politiciens en exil, M. Ndayishimiye soutient que le pays ne va pas s’arrêter à cause de leur absence : «Nous ne savons pas quand ils rentreront.» Ils rejoindront à leur retour la machine en marche.

Par ailleurs, dit-il, la plupart de ceux qui sont à l’extérieur du pays ont une double nationalité. Et de s’interroger : «Comment peut-on leur demander de rentrer alors qu’ils sont chez eux?»

Le référendum de l’amendement de la Constitution est prévu au mois de mai prochain.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. roger crettol

    “L’intention de la révision de la Constitution n’est pas pour se maintenir au pouvoir”

    Et les grenouilles sont des mammifères; quand le lait maternel fait défaut, il faut nourir les bébés à la bière; la liberté de parole et de réunion sont garanties au Burundi (par la Constitution, mais pas par les administrations communales); quand le CNDD-FDD dit n’importe quoi, cela devient d’office une vérité évidente et éternelle, en plus d’être révélée. Prosternons-nous, mes frères – avant qu’un coup de crosse ne nous allonge …

    Un peu d’air, s’il vous plaît – on étouffe ici.

  2. Ed..

    Si c’est le cas, pourquoi le DD ne veut pas une competition ouverte avec les autres formations politiques??? Il nie ne pas avoir peur de Rwasa mais prefere le caser dans son propre partie….C’est aussi cet adage burundais… Rwasa a donne son appui au DD en 2015, pour qu’il soit jete comme un eponge use apres!! Impembo…plus de coalitions independantes dans la nouvelle constitution….

  3. MUHIZI

    «C’est le peuple qui décide du sort du Cndd-Fdd» C’est sûr ? Ou c’est l’inverse ?

  4. Kibwa

    Ce SG est en train de mentir à lui même, à sa conscience et aux DD qui le supportent.
    En 2034 l’homme qu’il déifie se sera séparé de lui, sans ménagement ou vice-versa. Et il le sait. L’un des deux aura à regretter de ne pas avoir une double nationalité qu’il tourne en dérision aujourd’hui. Tous les signaux sont là, y compris le spectacle d’hier à Arusha!!! Peut-on nous dire pourquoi Léontine a ramassé 3 voix sur 9? Et les 6 autres? Vont-ils terminer la législature en exil comme ce fut le cas pour les précédents?.
    L’année 2018 est porteuse de danger, y compris pour les bahutu qui suivent moutonnement la bande en déroute.
    KIBWA

    • Ndabaza

      On sent que Kibwa est rongé par la haine éthique. Cher Kibwa personne n’a le monopole de la haine. Lorsque vous détestez quelqu’ quelqu’un dites-vous que ça peut être réciproque.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Ne soyons pas les maillons de cette chaîne de la honte

Cui bono ? A qui profite le crime ? Cette question posée aux jurés par Cicéron au procès de Sextus Roscius mérite d’être reposée au regard de l’embuscade perpétrée par des hommes armés sur la colline Burambana, à quelques kilomètres du chef-lieu (…)

Online Users

Total 1 305 users online