Mardi 13 avril 2021

Sécurité

Cibitoke/Buganda: deux personnes enlevées

01/02/2020 Commentaires fermés sur Cibitoke/Buganda: deux personnes enlevées
Cibitoke/Buganda: deux personnes enlevées
De gauche à droite: Isaïe Ndayahundwa et Seth Gabriel Butoyi

Deux familles résidant en commune Buganda vivent la peur panique après que des hommes en uniforme de police enlèvent les leurs et les conduisent à un endroit qui n’a pas encore été identifié jusqu’à présent. La justice et l’administration disent avoir ouvert les enquêtes.

A la transversale 2 Gasenyi Rurale de la commune Buganda province Cibitoke à moins de 100 mètres de la RN 5 vivent deux familles où la peur et l’anxiété se lisent sur leurs visages.  C’est après l’enlèvement de Seth Gabriel Butoyi âgé de 30 ans, un entrepreneur qui avait créé une école maternelle et fondamentale privée dénommée « Lumière de Développement » et Isaïe Ndayahundwa âgé de plus de 70 ans père de 6 enfants, vivant de l’agriculture.

Ces familles expliquent que le 18 janvier, elles ont vu des hommes en uniforme de police entrer dans leurs maisons vers 20 heures et ont arrêté Butoyi et Ndayahundwa. Ils les ont embarqués dans un véhicule aux vitres teintées et conduits dans un endroit non encore connu. Au lendemain de cette journée, ces familles disent avoir parcouru dans tous les cachots des communes de la province pour voir où ces deux personnes ont été emmenées, mais en vain.

L’administration tranquillise

La famille de Butoyi ne voit pas comment elle va vivre car il en était le pilier et ses parents atteints de diabète étaient pris en charge par leur fils. Du côté de l’école, les collègues ne voient pas non plus le sort de cette école en l’absence de Butoyi car c’est lui qui en était responsable.

Ces familles disent avoir signalé ce cas à l’administration, au parquet de Cibitoke et au commissariat de police communale.

Emmanuel Bigirimana, administrateur communal de Buganda ainsi que le procureur de la République dans la province de Cibitoke disent avoir été informés de ces arrestations mais affirment ne pas connaître le lieu où ils ont été emmenés et les délits qu’ils auraient commis. Ces autorités calment ces familles et les assurent avoir ouvert les enquêtes.

Les voisins et les familles de ces disparus pensent qu’ils seraient victimes de conflits liés à la haine et à la jalousie. D’autres disent que ces enlèvements auraient des mobiles politiques derrière.  Les défenseurs des droits humains à Cibitoke décrient ce comportement et demandent que ces deux familles soient accompagnées dans les enquêtes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 368 users online