Jeudi 01 décembre 2022

Société

Centre Seruka: plus de 600 cas des VBG enregistrés en 2018

04/09/2018 Commentaires fermés sur Centre Seruka: plus de 600 cas des VBG enregistrés en 2018
Centre Seruka: plus de 600 cas des VBG enregistrés en 2018
Goreth Mukiramana : «Nous accueillons en moyenne 120 cas des VSBG par mois. »

«Depuis 2003, nous avons accueilli plus de 19.950 nouveaux cas de violences sexuelles basées sur le genre (VSBG)», a déclaré Goreth Mukiramana, représentante légale du centre Seruka. C’était ce lundi 3 septembre, lors d’une conference de presse organisée à l’ occasion du 15ème anniversaire de ce centre.

Elle affirme que son organisation accueille en moyenne 120 cas de VSBG par mois. «64% sont des mineurs de moins de 18 ans, 16% ont moins de 5 ans à 16%, tandis 37% ont moins de 12 ans».

La représentante légale du centre Seruka signale que 5% des victimes sont des hommes contre 95% de femmes. Le nombre de ces violences, observe-t-elle, a considérablement diminué par rapport à l’année dernière. « Nous avons enregistré 1.199 cas des VSBG en 2017».

Mme Mukiramana déplore que les facteurs socio-culturels soient l’un des principaux facteurs de la persistance de ces VSBG : « Parfois, les victimes ne dénoncent pas les violences subies». Et d’ajouter que la communauté devrait être en première ligne dans la sensibilisation et la prise en charge de ces cas.

Depuis ce lundi 3 septembre, le centre Seruka organise une semaine porte ouverte dans le cadre de la sensibilisation contre les violences sexuelles faites aux femmes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 1 661 users online