Jeudi 17 juin 2021

Culture

Burundi/Littérature : les paillettes, un nouveau-né

13/11/2020 Commentaires fermés sur Burundi/Littérature : les paillettes, un nouveau-né
Burundi/Littérature : les paillettes, un nouveau-né
Jeanne d’Arc Nduwayo, auteure du roman Les paillettes, lors du vernissage de son œuvre

Jeudi 5 novembre 2020, la littérature burundaise vient de s’enrichir d’un nouveau roman, Les paillettes de Jeanne d’Arc Nduwayo.

Il est 16 heures à Mount Zion Hôtel, ex Safari Club Hôtel, le beau monde est là pour suivre la présentation de ce nouveau roman. Tout commence par de brefs discours des panélistes, en guise d’introduction.

Répondant aux questions du modérateur, l’auteure confie que « Les paillettes symbolisent toutes ces femmes qui se battent pour atteindre leurs objectifs, malgré le calvaire qu’elles endurent».

Et d’ajouter que Les paillettes est un roman lyrico-pathétique d’amour et de bravoure. Le livre parle du statut de la femme, à la fois épouse, mère, fonctionnaire ou étudiante,… tiraillée par la tradition et la modernité, avide de l’épanouissement.

Elle en profitera pour souligner les défis rencontrés lors de la réalisation de son œuvre comme le manque des personnalités pour la relecture, des difficultés à trouver une maison d’édition conforme à sa volonté et beaucoup d’autres.

Après avoir survolé ce roman, Joseph Mukubano, professeur d’Université et panéliste, insistera sur la bravoure de Martha, personnage principal du roman, ainsi que celle de l’auteur. Il souligne l’importance de la culture via la lecture.

Selon lui, les parents doivent initier et inciter leur progéniture à la lecture depuis le bas âge. «Nos vieux de nos collines le faisaient plus que nous, sauf que ces derniers initiaient la jeunesse à raconter, et pas à lire ».

Pour la secrétaire permanente au ministère chargé de la Culture, présente à ces cérémonies, le gouvernement a un rôle important dans la promotion de la production littéraire.

Elle parlera du prix littéraire ’’Rumuri’’ et du plan de construction des centres de lecture dans toutes les communes du Burundi. Elle appelle les écrivains à faire enregistrer leurs œuvres pour pouvoir jouir de leurs droits d’auteur.

Pour rappel, Jeanne d’Arc Nduwayo est assistante-gestionnaire des bourses, missions et invitations à l’Ambassade de France à Bujumbura. C’est une animatrice de salons littéraires où elle réunit les férus des belles lettres.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 086 users online