EN

Société

Budget-Education 2017 : « le secteur mère » minimisé

05/01/2017 Clarisse Shaka 12

Le budget alloué au secteur de l’Education a été minoré de plus de 8 milliards de Fbu par rapport au précédent. Les syndicalistes lancent un cri d’alarme.

Pour Gilbert Nyawakira, le secteur de l’Education doit être prioritaire
Pour Gilbert Nyawakira, le secteur de l’Education doit être prioritaire

Autour de 4 milliards de Fbu pour 2017 contre plus de 12 milliards en 2016. Soit un taux de diminution de plus de 64%, selon le président de la Cour des comptes, Elysé Ndaye, dans son commentaire sur ce budget. D’après ce dernier, cette baisse sensible risque de compromettre la politique du gouvernement en matière d’éducation consistant à introduire de nouvelles réformes.

Même son de cloche chez les syndicalistes. Gilbert Nyawakira, président de la Confédération des syndicats libres du Burundi (Cosybu), affirme que la réduction du budget-Education va nuire au plan sectoriel de développement de l’éducation et de la formation, l’objectif 2012-2020 du gouvernement. Ce dernier fait savoir qu’il repose sur trois piliers : le développement de l’accès, l’amélioration de la qualité et l’achèvement universel (réduction des redoublements). « Or, pour atteindre ces objectifs, il faut des moyens suffisants. »

A chaque pilier, explique M. Nyawakira, également président du Syndicat national du personnel enseignant du primaire (Synapep), correspond des nécessités énormes : la multiplication des locaux d’enseignement, la disponibilisation du matériel pédagogique, le renforcement des capacités des enseignants, etc. A fin de répondre aux exigences des nouvelles réformes (système BMD (Baccalauréat-Master-Doctorat), le fondamental et le post-fondamental.

L’Education, « une priorité »

« L’Education est la base de tout ! », martèle le président de la Cosybu.
Pour lui, tous les secteurs trouvent leur fondement dans l’Education. « L’on ne peut pas être docteur ou officier sans avoir eu de formation de base. » Ainsi si révision budgétaire il y a, M. Nyawakira propose que le budget-Education soit concerné. Sinon la détérioration de la qualité de l’enseignement s’en suivra.

Rémy Nsengiyumva, président du Syndicat des travailleurs de l’enseignement du Burundi (Steb), estime plutôt qu’il était grand temps de le majorer vu les nouvelles réformes qui ne cessent d’être introduites, lesquelles requièrent beaucoup plus de moyens pour résorber les problèmes d’insuffisance de manuels scolaires, d’enseignants non formés et insuffisants, etc.

Avec la baisse du budget, analyse Rémy Nsengiyumva, la situation va aller de mal en pis, d’autant plus que le secteur de l’Education avait déjà les jambes en coton.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Nduwimana Frédéric

    Pourqu,il Y Ait Une Éducation de qualités,il faut:
    – mettre en avant le domaine éducatif.

    -eviter les formateurs non qualifiés en pédagogie

    -avoir des dirigeants pédagagogues(prefet,directeur,dcp ;dpe).
    comment un d7 peut être un directeur un licencié?
    comment quelqu,un d,un diplôme d6 peut-être un directeur en 2017?
    comment un directeur qui a fait la gestion dans les universités privées peut coter un licencié en ipa 5?

    je termine en disant que la bonne éducation des enfants et dans les mains des enseignants qualifiés(ipa et ENS).

    LES DIRECTIONS SONT RESERVEES AUX CADRES DE DIRECTION MAIS NON PAS LES EXECTANTS OU LES COLLABORATEURS.

  2. Bakari

    @Muzazi
    C’est court comme raisonnement; que je voulais dire. Excusez du peu!

  3. Bakari

    @Muzazi
    Opérer un classement binaire des gens vous arrange lorsqu’on parle du Burundi, .
    Pour vous, tout le monde doit être pro ou anti CNDD-FDD. Pas d’autre son de cloche.
    C’est cours comme raisonnement à mon avis.
    En outre, si vous considérez que le malheur est tombé sur le Burundi seulement depuis 2 ans, c’est que vous avez de la veine.
    En ce qui me concerne, c’est depuis 45 ans que le ciel m’est tombé sur a tête.
    Comme quoi, on trouve toujours plus malheureux que soi!

  4. Muzazi

    @Bakari, le malheur est deja la depuis bientot 2 ans! Merci quant-meme de rompre le silence des DD.

  5. Bakari

    @Yves
    Je ne crois pas que ce soit nécessaire de jouer au prophète de malheurs.
    Demain c’est un autre jour!

  6. Congo

    Plusieurs d entre nous avons été repêchés par l école. Quel espoir pour la jeunesse quand l éducation est reléguée aux oubliettes ? Il n y a de budget que pour les armes ,les militaires et les avions président. Qcq on a fait au bon Dieu?

  7. Joan

    l’education donne de l’espoir.il faut jamais jouer avec des personnes qui n’ ont pas d’espoir

  8. Nico Tant Nyang whoua

    L’ignorance coûte plus cher que l’éducation et la formation

  9. Stan Siyomana

    D’apres Ira William Zartman (= Professor Emeritus at the Paul H. Nitze School of Advanced International Studies (SAIS) of Johns Hopkins University, USA), L’INCAPACITE a remplir les missions essentielles de base (= EDUCATION, LA SANTE, LA NOURRITURE, L’EAU POTABLE, LES INFRASTRUCTURES, LES TRANSPORTS, L’ELECTRICITE, ETC.) fait que l’ETAT PERD TOUTE SA LEGITIMITE.
    “AS the authoritative political institution, it (the Sate) has lost its legitimacy, which is therefore up for grabs, and so has lost its right to command and conduct public affairs (Weber 1958; Ferrero, 1942).
    (Voir I. William Zartman (editor), 1995: Collapsed States. The disintegration and restoration of legitimate authority. a la page 5. http://www.books.google.com).

  10. Busorongo

    Parmis les 8milliards a peu près 5 cinq seraient partagés entre les profs (y compris d’anciens) suite à un jugement déjà rendu. Le problème est que au lieu d’unir les enseignents certains se sont sentis exclus. D’où la suspension du déblocage de ces sommes.

  11. POP bUROCA

    Les décideurs bdais doivent s’entourer des cadres techniques de chaque ministère pour prendre des décisions importantes . L’éducation est vitale pour la vie d’une nation.D’où viendront les successeurs capables?C’était la grande question à se poser!!!!

  12. Yves

    Tiens, les partisans DD sont soudainement bien calmes, on ne les entend plus. C’est cela le projet “visionnaire” de votre Altesse pour le Burundi de demain ? Malheureux peuple burundais qui, demain, sera encore plus pauvre et inculte qu’aujourd’hui…

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 643 users online