Samedi 18 septembre 2021

Société

Bibliothèque virtuelle : une porte d’entrée vers les universités américaines

25/07/2021 Commentaires fermés sur Bibliothèque virtuelle : une porte d’entrée vers les universités américaines
Bibliothèque virtuelle : une porte d’entrée vers les universités américaines
Un groupe d’étudiants en TIC recevant des explications des envoyés de lambassade américaine

L’Université Polytechnique de Gitega sera en communion avec la bibliothèque virtuelle américaine à travers des ordinateurs connectés à l’internet. L’ambassade des Etats-Unis dAmérique s’engage à mettre à la disposition des étudiants tous les outils nécessaires.

Ce n’est pas la première fois que les étudiants de cette université se familiarisent avec l’ordinateur. L’université polytechnique de Gitega possède des outils et des moyens nécessaires.

Avec ses 5 facultés dont l’Institut Supérieure Professionnelle où les étudiants ont la possibilité d’étudier l’informatique appliquée, une bibliothèque virtuelle faisait défaut.

Cependant bon nombre d’étudiants n’avaient pas des notions sur la bibliothèque virtuelle américaine. Motif : ils n’avaient pas d’informations sur cet outil informatique qui permet de lire des livres numériques à distance.

Ce matin 23 juillet, une occasion s’est présentée à ces étudiants. Un coordinateur des espaces culturels américains et un chargé d’éducation à l’Ambassade des Etats-Unis d’Amériques au Burundi n’ont pas lésiné sur les moyens.

Ils ont expliqué et appris aux étudiants comment et pourquoi il faut manipuler l’ordinateur connecté à internet pour étudier, lire et se familiariser avec la culture américaine à distance.

« Généralement, la version numérique d’un livre est moins chère que la version papier. Il suffit dun petit clic et toute une bibliothèque qui est à des milliers de kilomètres de toi est ouverte devant toi », indique Jean de Dieu Nkurunziza, coordinateur des espaces culturels américains au Burundi.

Daprès lui, une bibliothèque numérique est une collection de documents (textes, images, sons) numériques accessibles à distance en particulier via Internet, proposant différentes modalités d’accès à l’information.

Ce projet mis sur pied à lUniversité Polytechnique de Gitega est donc prévu pour durer autant que la bibliothèque existera. Il vise à réduire les difficultés auxquelles les étudiants, professeurs et chercheurs sont confrontés lors de leurs recherches.

Ce que Ramadhan Sintuka, chargé d’éducation des jeunes à l’Ambassade des Etats-Unis au Burundi a soutenu en appelant les jeunes burundais à postuler pour acquérir une bourse d’étude aux universités américaines.

« Ne choisissez pas d’avoir des diplômes seulement, mais plutôt des connaissances nécessaires pour résoudre les problèmes auxquelles votre communauté est confrontée. Utilisez ces outils numériques pour développer notre pays et non pour aller enrichir gratuitement les autres pays », explique-t-il.

Même son de cloche chez Abbé Fréderic Nkurunziza, Recteur de cette université depuis 2014. Selon lui, il était temps de changer les habitudes car les bibliothèques classiques coûtent chers et nécessitent des espaces très larges pour stocker les livres.

« Sans informatique aujourdhui, nos jeunes seront toujours à la traine. Le numérique ouvre tous les horizons et permet d’aller en compétition avec armes égales avec d’autres jeunes de la région », a-t-il reconnu tout en invitant l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à soutenir activement ce jeune grenier du savoir en appuyant par exemple des clubs d’anglais pour développer lexpression anglaise.

En marge de cette activité, la plupart des étudiants ont entre-temps reconnu le potentiel des sources internet et l’opportunité que ce moyen offre, il reste que pour des raisons financières, ils ne peuvent pas toujours en faire usage. L’internet est, pour la majorité d’entre eux, encore un luxe que très peu peuvent s’offrir, malgré l’impression que peut donner le discours public et la représentation populaire sur ce sujet.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 234 users online