Politique

Zone Kanyosha : les dessous d’une détention

07/08/2018 Christian Bigirimana Commentaires fermés sur Zone Kanyosha : les dessous d’une détention
Zone Kanyosha : les dessous d’une détention
Alexis Sindagije dont les proches demandent la libération.

Alexis Sindagije, ex-chef de quartier de Musama, est détenu à la maison de détention de Rutana, depuis vendredi 27 juillet dernier. Il est accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Ses proches évoquent des raisons politiques. L’administration reste silencieuse.

I.S., un des proches d’Alexis Sindagije, n’y va pas par quatre chemins : « L’emprisonnement de notre frère est lié à ses convictions politiques parce qu’il est un sympathisant d’Agathon Rwasa. »

L’affaire remonte à la soirée du 13 juillet 2018. Alexis Sindagije alias Bebeto est contacté par un habitant de Kanyosha qui lui demande de l’aider à appréhender un jeune soupçonné d’être responsable de la mort de sa sœur.

Les deux hommes se donnent rendez-vous à 19h. A l’heure convenue, ils se rencontrent, mais avant qu’ils ne commencent à parler, un véhicule à vitres teintées débarque et un agent du SNR (service national de renseignement) en sort et présente un mandat d’arrêt à Alexis Sindagije. Le jeune homme de 35 ans est conduit directement au bureau du SNR au centre-ville de Bujumbura.

Sur place, il trouve huit autres personnes, dont six sont accusées d’atteinte à la sûreté de l’Etat et deux de participation aux bandes armées. Le lendemain, il est interrogé par un OPJ (officier de police judiciaire) du SNR sur son implication dans un réseau terroriste. D’après notre source, il est accusé d’avoir délivré des cartes de résidence aux terroristes d’El shebab dans son quartier de Musama. L’accusé nie catégoriquement. Le lendemain, le même OPJ amène une personne aux allures d’un Sheikh pour le charger. Mais le témoin nie connaître Alexis Sindagije. « Mais au lieu d’être relaxé, notre frère est resté en garde à vue ». Deux jours après, les agents du SNR se rendent à Musama pour une fouille-perquisition, cherchant les terroristes en question, en vain.

L’interrogatoire

Deux semaines après, soit le 27 juillet 2018, l’accusé et ses coaccusés sont présentés au parquet de Mukaza. Le substitut du procureur les interroge à son tour. Alexis Sindagije donne les mêmes réponses. Il explique au substitut du procureur qu’avant d’apposer sa signature sur une carte de résidence, ses conseillers collinaires apposent les leurs. Bien plus, fait-il savoir, la dernière signature est celle du chef de zone qui en principe délivre la carte de résidence. Il demande, en outre, la présence de ses conseillers et le chef de zone pour une confrontation. A la sortie du parquet, un véhicule l’amène à la maison de détention de Rutana. Ses coaccusés sont amenés dans d’autres maisons carcérales. Les deux accusés de participation aux bandes armées sont quant à eux libérés.

Pour les proches d’Alexis Sindagije, cette affaire sent un règlement de comptes qui ne dit pas son nom. « Il a été à plusieurs reprises sollicité pour intégrer le parti Cndd-fdd, en vain. Il a même recu des menaces, mais rien n’y faisait. Le plus simple était donc de l’emprisonner ». Et d’affirmer que cette histoire des cartes de résidence délivrée illégalement n’est qu’un prétexte afin de l’évincer de son poste de chef de quartier.

Et pour cause, expliquent-ils, son remplacement dans la foulée de son arrestation interroge. Pasteur Daniel Kabura, administrateur communal de Muha, a désigné Emmanuel Mpawenimana, conseiller élu au quartier Musama, comme chef du quartier Musama par intérim, le 16 juillet 2018, soit trois jours après l’arrestation d’Alexis Sindagije. Une preuve que tout était préparé à l’avance, soupçonnent-ils.

Zones d’ombre

Avenue Kanyosha où Alexis Sindagije a été arrêté dans la soirée du 13 juillet dernier

Et non seulement son remplacement a été fait à la va vite, confient-ils, mais il n’a pas respecté les résultats des urnes. « Emmanuel Mpawenimana est le dernier sur la liste des élus collinaires lors des élections de 2015. Pourquoi n’avoir pas remplacé notre frère au poste de chef de quartier par celui qui arrive juste derrière lui sur cette liste ?»

Pire, soutiennent ces proches, dans cette lettre de désignation d’Emmanuel Mpawenimana, l’administrateur communal de Muha explique qu’Alexis Sindagije est suspendu de ses fonctions en attendant que les enquêtes sur les mobiles et les causes de ses défaillances et arrestation soient effectuées. « De quelles défaillances parle l’administrateur communal », s’interrogent-ils.

Sa famille demande qu’il soit tout simplement libéré pour qu’il aille s’occuper de sa famille : « Il est père de cinq enfants et le dernier est né il y a deux semaines, alors qu’il était détenu au SNR. »

Contacté, Jean Pierre Niyonkuru, chef de zone Kanyosha, n’a pas voulu s’exprimer, nous renvoyant chez l’administrateur communal de Muha et au parquet de Mukaza. Iwacu a contacté Pasteur Daniel Kabura, administrateur communal de Muha, et Agnès Bangiricenge, porte-parole du Parquet Général de la République, sans succès.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Bujumbura vs Kigali : Quand les mots attirent les maux

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Bujumbura vs Kigali : Quand les mots attirent les maux

Depuis un certain temps, Bujumbura accuse, condamne Kigali. En revanche, Kigali a toujours nié toute implication dans la crise d’un pays voisin, le Burundi. Jusque-là, cela s’exprimait au travers des marche-manifestations et autres expressions à Bujumbura et ailleurs dans des (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

391 utilisateurs en ligne