Publireportages

Yamaha apporte un nouveau modèle au Burundi

10-02-2014

La nouvelle moto du constructeur japonais consomme un litre d’essence sur 50km. Sa présentation était une occasion de rappeler les différents services offerts par Burundi Auto Parts à ses clients. Le public a apprécié les activités de cette société.

Jürgen Derweduwen : « C’est un modèle mixte qui s’adapte sur tous les terrains » ©Iwacu

Jürgen Derweduwen : « C’est un modèle mixte qui s’adapte sur tous les terrains » ©Iwacu

Les cérémonies ont eu lieu jeudi 30 janvier 2014 à Ubuntu Résidence. Elles ont vu la participation de plusieurs personnalités, dont les fidèles clients de Burundi Auto Parts – BAP, qui représente Yamaha au Burundi. Pour l’entrée de la soirée : projection d’un film qui montre les performances techniques exceptionnelles des motos Yamaha. La course de ces motos a fort étonné le public présent, les invités se promettant d’en acheter.

Dans son discours ovationné, Jürgen Derweduwen, président du Conseil d’Administration de BAP a fait part de sa joie de procéder au lancement officiel du nouveau modèle Yamaha XTZ 125, en tant  que plus ancien distributeur Yamaha officiel en Afrique : «C’est un nouveau modèle que nous venons d’introduire mais la société n’est certainement pas nouvelle», a-t-il insisté.
Jürgen Derweduwen a rappelé que BAP entretient de bonnes relations avec Yamaha et a apprécié ce produit très attractif pour ses clients : «Nous avons effectué des essais dans plusieurs pays d’Afrique et avons constaté que c’est un modèle mix te, qui s’adapte sur tous les terrains. »

«Yamaha s’est concentré sur la consommation carburant »

Jürgen Derweduwen a expliqué que ce nouveau modèle répond à la demande du marché: «Pour le moment, Yamaha a décidé de fabriquer XTZ 125 pour compléter la gamme des modèles 4 temps en 125. »
Le président du Conseil d’Administration a ajouté que ce nouveau modèle bénéficie de la technologie de XT ainsi que les performances techniques : «Pour satisfaire ses clients, Yamaha s’est concentré sur la consommation carburant, le frein à disque à l’avant et la sécurité de freinage », a annoncé M. Derweduwen. Selon lui, ce modèle respecte les aspects écologiques et s’adapte à la ville et dans la campagne.

Michel Kilenge : « La GIZ achète des motos chez BAP depuis 2000, nous sommes satisfaits de ses services » ©Iwacu

Michel Kilenge : « La GIZ achète des motos chez BAP depuis 2000, nous sommes satisfaits de ses services » ©Iwacu

« La qualité se vend et s’entretient aussi »

Pour Jürgen Derweduwen, il ne suffit pas seulement d’acheter une moto, mais il faut également l’entretenir. C’est pour cette raison qu’il a signalé que Burundi Auto Parts offre un service après vente. « Yamaha Japon nous épaule en envoyant son personnel qualifié pour former nos techniciens », a-t-il indiqué au public visiblement très content. Il a ajouté qu’un atelier mobile pour les réparations et entretiens a été créé pour assurer un service de qualité à ses clients partout où ils se trouvent.

Certains utilisateurs ayant peu de connaissances dans la conduite de moto, BAP dispense également de cours de conduite. D’après le président du Conseil d’Administration, beaucoup d’ONG donnent des motos sans s’assurer si les bénéficiaires savent conduire, rappelant que « la BAP n’est pas contente quand nos clients ont des accidents », a-t-il indiqué.

«Un litre d’essence seulement pour 50km»

Serges Ndarugirire, directeur commercial à BAP était également aux anges ce jeudi. Il a réaffirmé que BAP entretien de bonnes relations avec Yamaha Japon depuis longtemps : «C’est notre fournisseur de motos. »

Serges Ndarugirire : « Nous offrons à nos clients plusieurs services après vente. Nous dispensons aussi des cours de conduite de moto » ©Iwacu

Serges Ndarugirire : « Nous offrons à nos clients plusieurs services après vente. Nous dispensons aussi des cours de conduite de moto » ©Iwacu

Tout souriant, Serges Ndarugirire a fait savoir que ce nouveau modèle consomme une faible quantité d’essence : «Cette moto consomme un litre d’essence seulement pour 50km et nous l’avons testé nous-mêmes quand ce nouveau modèle est arrivé au Burundi. » En outre, a-t-il poursuivi, en conduisant ce nouveau modèle, il n’y a pas de vibrations moteur même sur des pistes dangereuses. Le directeur commercial au BAP a précisé que ce nouveau modèle vient s’ajouter à d’autres qui existaient déjà comme les motos de type DT125, DT175.

Serges Ndarugirire a également indiqué que BAP a un lot de pièces de rechange : «C’est Yamaha Japon qui envoie les pièces et nos clients ne se plaignent jamais. » Il a ajouté que BAP a une équipe de techniciens qui accompagnent ses clients même à l’intérieur du pays. «Ils organisent des séances d’apprentissage pour la conduite de la moto et la façon de l’entretenir surtout pour le rodage », a-t-il martelé. Il a conseillé aux clients de conduire doucement la moto et de venir faire un contrôle technique avant d’atteindre 500km.

La XTZ125 est la nouvelle héritière dans la gamme XT, comme la célèbre XT660 et 1200 Ténéré. Elle est déjà adoptée par de nombreuses organisations humanitaires et de développement pour sa fiabilité et ses compétences sur le terrain.
La sobriété en carburant et les pièces en plastique durable diminuent les coûts de fonctionnement et de maintenance. La suspension arrière peut être réglée en fonction du poids du conducteur et de la charge. Les routes cahoteuses et étroites où les voitures ne peuvent pas circuler, ne sont pas un obstacle. La satisfaction du conducteur se reflète sous forme de motivation au travail et dans les affaires.
BAP est le représentant exclusif de Yamaha au Burundi depuis 1986, le plus ancien distributeur sur le continent africain. Yamaha a des motos tout terrain. Elles sont les plus vendues dans le pays.

Serges Ndarugirire a également annoncé au public que ce nouveau modèle a des phares qui éclairent loin : «Cela permet aux conducteurs de se sentir à l’aise à Bujumbura ou à l’intérieur du pays pendant la nuit. »

« Nous apprécions le service de BAP »

Michel Kilenge qui travaille pour la GIZ a fait savoir que cette ONG a une longue expérience avec BAP : «Nous avons acheté des motos depuis 2000 chez BAP et nous n’avons rencontré aucune difficulté.» Il a souligné que la GIZ est satisfaite de l’appui technique car le personnel est toujours disponible. Concernant les avantages de ce nouveau modèle, Michel Kilenge, se veut rassurant : «Pour la 1ère moto DT125, on consommait un litre pour 25km mais avec la nouvelle, c’est le même litre pour une distance de 50km. » Il espère que les conditions de travail seront améliorées car la moto pourra démarrer en manuel ou en automatique. Il a remercié BAP qui a introduit ce nouveau modèle qui respecte les conditions écologiques. Michel Kilenge a demandé à leurs partenaires en matière de développement de s’intéresser à cette nouvelle moto en promettant de collaborer toujours avec BAP.

  2   Vos commentaires
  1. Ntakamurenga

    Igurwa angahe ngo nigurire?

  2. nkurunziza

    quelle est le prix de cette moto extraordinaire

Publicité