Publireportages

Vers un partage d’expérience entre caféiculteurs burundais et rwandais

03-10-2014

Echanger, partager les informations, identifier les opportunités et les défis entre caféiculteurs étaient les objectifs de la visite d’échange d’expérience effectuée, du 16 au 17 Septembre 2014, par les caféiculteurs de la zone d’action de Kahawatu Burundi au Rwanda. – Par Espérance Ndayikengurukiye

Vue partielle des caféiculteurs burundais et rwandais dans une caféière

Vue partielle des caféiculteurs burundais et rwandais dans une caféière

Vingt caféiculteurs-leaders dont douze hommes et huit femmes, un agronome de la fédération Nkorerangukize de Ngozi et deux agronomes de Kahawatu composaient l’équipe des visiteurs burundais. «Les visites d’échanges font partie des outils de renforcement des capacités d’autant plus qu’au-delà du simple échange d’idées, les caféiculteurs voient des actions concrètes. Ces visites peuvent aussi servir d’outils d’auto-évaluation pour les caféiculteurs», affirme Philippe NYANDWI, agronome de Kahawatu qui faisait partie de l’équipe.
Au cours de cette visite, les caféiculteurs burundais ont visité deux sites: les stations de dépulpage-lavage de Rwacof (Transformateur et Exportateur du café du rwanda) situées dans les provinces de l’Est et du Sud du Rwanda. Sur ces sites, les caféiculteurs burundais ont vu les activités qui s’y font, les innovations dont la vermis-compostage qui est une technique de compostage faisant intervenir l’activité des vers de terre. Il a aussi été question de se rendre compte de la technique de compostage en tas qui est une des techniques de production de la fumure organique sans creuser les fosses.
Les échanges entre caféiculteurs rwandais encadrés par Rwacof et caféiculteurs burundais encadrés par Kahawatu ont porté sur différents thèmes dont les activités d’entretien des caféières, l’encadrement dont ils bénéficient de la part des agronomes-encadreurs, le niveau d’appropriation et d’intégration des bonnes pratiques agricoles, ainsi que les relations entre caféiculteurs et stations de dépulpage-lavage.
Le constat fait par les caféiculteurs encadrés par Kahawatu est qu’au niveau de l’entretien des caféières, les techniques enseignées par Kahawatu sont similaires à celles enseignées au Rwanda. Aussi, les résultats sont largement positifs. «Nous sommes satisfaits des formations et encadrement des agronomes de Kahawatu, parce que nous sommes formés sur les techniques actualisées dans la filière» se réjouit Monique KOKO, leader technique des caféiculteurs de la colline Mafu de la commune Tangara, en province Ngozi. Toutefois, renchérit Monique; «l’application effective des techniques apprises demande beaucoup d’efforts de notre part».

Les caféiculteurs burundais et rwandais échangeaient sur les formations reçues

Les caféiculteurs burundais et rwandais échangeaient sur les formations reçues

Pour Charles NDAYIZEYE de la colline Cihonda, commune Gashikanwa «une fois toutes les formations maitrisées, nul doute que nous verrons nos conditions de vie s’améliorer».
«Participer à cette visite m’a permis de m’épanouir et d’enrichir mon expérience professionnelle, elle m’a aussi permis d’être en contact avec les agronomes rwandais; on continuera à échanger sur nos activités» déclare Gaston HAKIZIMANA, agronome de la fédération Nkorerangukize de Ngozi.
En ce qui est des relations entre caféiculteurs et les stations de dépulpage-lavage, les caféiculteurs rwandais ont témoigné leur satisfaction envers les stations de dépulpage-lavage partenaires. «Les gestionnaires des stations participent dans l’encadrement et l’entretien de nos caféières, à part l’appui technique, elles nous accordent des crédits, nous apportent des appuis de nature sociale et organisationnelle» révèle Sebinyenzi Félicien caféiculteur rwandais.
Les caféiculteurs-leaders qui ont participé dans cette visite comptent partager les acquis de la visite avec les membres de leurs groupes respectifs pendant les séances de dégustations prévues du 22 au 26 Septembre sur 10 stations de dépulpage-lavage. Après ces séances ils pourront décider sur quoi capitaliser.

Publicité