Politique

Urgent – Arusha : une plénière expéditive

05/12/2017 Agnès Ndirubusa 17

De notre envoyée spéciale à Arusha en Tanzanie, Agnès Ndirubusa

Plusieurs fois reportée, la fameuse plénière a finalement eu lieu. La rencontre a duré 45 minutes. Un air de déception flotte déjà sur la médiation.

Là où tout se joue pour en finir avec la crise

Dans son discours l’ancien président tanzanien s’est dit déçu par la lenteur du travail des protagonistes.Il avait estimé qu’en huit jours, ces derniers aboutissent sur un document ou deux, tout au plus, sur lesquels discuter. Or, il se fait que le bureau de la facilitation a sur les bras 4 documents des 4 groupes. Le camp des anciens chefs d’État ayant décidé de ne rien présenter.

Néanmoins, le facilitateur ne désarme pas pour autant. Il dit espérer que d’ici vendredi les parties en conflit signent à Arusha un document , peu importe l’appellation qu’elles donneront à ce dernier. « Accord, document conjoint, déclaration ou communiqué final, peu importe ».

Benjamin Mkapa assure avoir relevé plusieurs points de désaccord entre les différents groupes. Pour lui, il sera très difficile de tout régler « avant les élections de 2020. » Il estime que rien n’empêche que les protagonistes continuent de discuter sur certains points de divergences et trouvent des solutions même après les élections.

En marge de la plénière, le facilitateur a rencontré un représentant de chaque groupe.Une autre rencontre est prévue avec ceux qu’il a qualifiés « d’acteurs clés ». Il s’agit d’Agathon Rwasa, le représentant du gouvernement, l’Ombudsman burundais ainsi que les deux anciens chefs d’État.

Forum des lecteurs d'Iwacu

17 réactions
  1. Lemaitre

    Et si le fond du problème des Burundais était le contentieux de sang à caractère ethnique, jamais résolu ? Un État, des groupes ou des individus, qui a été poursuivi pour des crimes de génocide ; de crimes contre l’humanité ; de tortures ou pour d’autres crimes internationaux ?
    Si vous répondez à cette question de manière intelligente et objective, vous avez tout compris !
    Solution : mettre sous les verrous les criminels burundais.
    Qui le fera? Certainement pas ceux et celles qui profitent de ces crimes. ABE!

  2. harimbari

    Je propose ” Lettre de demission de Mkapa”, “Mkapa’s Resignation Letter”

  3. roger crettol

    @ Claudio

    Votre foi est touchante et respectable, mais …

    … JerryCan, lui, est d’avis que Dieu ne se lèvera pas de Son Trône pour mettre la main à la pâte avant que les Burundais eux-mêmes aient fait les premiers pas dans la bonne direction. Que voulez-vous …

    … aide-toi, et le Ciel t’aidera.

    On le sait depuis longtemps.

  4. Ayahu Jean Pierre

    “Arusha : une plénière expéditive” ou plutôt une plénière de trop?

    Dans tous les cas, cette plénière aura été de trop effectivement et elle annonce probablement la fin d’une cabale, une cabale politique j’entends! Quelle suite après le 8, date butoir pour la fin des pourparlers.
    L’échec annoncé, jubilera le CNARED qui n’a jamais cessé de clamer haut et fort que sans lui, la terre “Burundi” cessera de tourner. Et Bujumbura triomphera car son dialogue, interne, aura été la seule possible et au diable les putschistes et leurs alliés.
    Une chose est certaine, il est fort probable que Benjamin Mkapa se retire et/ou annonce la fin des pourparlers sous sa forme actuelle. Il le dit déjà mais à demi-mot quand il “assure avoir relevé plusieurs points de désaccord entre les différents groupes” et que par conséquent ” il sera très difficile de tout régler « avant les élections de 2020. ». Et s’il conclue à l’idée que ” rien n’empêche que les protagonistes continuent de discuter sur certains points de divergences et trouvent des solutions même après les élections”, tout est dit et comprendra qui voudra: pourparlers équivaut à feuille de route vers les élections de 2020. A chacun camp d’aiguiser ses couteaux pour se tailler le bon morceau du gâteau que les élections de 2020 mettra en jeu.
    Mais alors, dirons-nous: tout ça pour ça?

  5. Banza

    @harimbari
    “Finalement la sous region pense que burundais sont stupides a ce point! Pourquoi ces Presidents ne sont venus a la rescousses des Accords de 2000”

    Si vous vous estimez malin, vous devriez savoir que Kaguta était un des parrains de cet accord! Un pyromane qui prétend être pompier; c’est courant!

  6. harimbari

    Il faut demander a Mkapa les innovations apportees par ce fameux document par rapport a l’Accord d’Arusha 2000. Remarquez que lui-meme il ne connait pas comment ce document sera titre. Li hic se trouve la. Finalement la sous region pense que burundais sont stupides a ce point! Pourquoi ces Presidents ne sont venus a la rescousses des Accords de 2000? La majorite etaient bel et bien presents au moment de sa signature.

  7. Gig

    Concourons pour trouver l’appelation du document.
    Je propose “au nom de perdiems a venir.”

  8. Jesus

    Concourons pour trouver l’appelation du document.
    Je propose “au nom de perdiems a venir.”

  9. Mafero

    @Dora: Vous parlez d’un Nduwimana qui manifesta ouvertement pour l’impunité au Burundi (cfr dossier CPI) ou d’un autre Nduwimna?

  10. Agnoste

    @CLAUDIO
    “Que Dieu protege notre cher Patrie.”

    In Shaa Allah!

    A voir l’Etat et l’histoire du pays, j’ai tendance à croire qu’on (les burundais) ne prie pas assez!

  11. Nkubaze

    @Kabingo dora
    “C’est un attrappe nigaud ”

    Qui est le nigaud entre vous deux?

  12. Thomas

    Disqualification par qui? Il l’est depuis belle lurette aux yeux des vrais opposants.

  13. bajou

    Hahaha !Ahubwo ivyo bintu numva bitwenza

  14. kabwa

    Je l’avais bien dit hier. Le dialogue vient d’accoucher d’une souris. Les vrais opposants ont bien fait d’éviter de faire ce déplacement inutile. Si le fossé est si grand entre DD et ses alliés d’ un côté et les faux opposants ( se sentant en sécurité à Bujumbura et représentés au gouvernement pour certains) de l’autre , qu’allait être l’ampleur des divergences avec les vrais opposants?
    Même Mukapa n’a plus d’intérêt pour ce dialogue.
    Il dit espérer que d’ici vendredi les parties en conflit signent à Arusha un document , peu importe l’appellation qu’elles donneront à ce dernier. « Accord, document conjoint, déclaration ou communiqué final, peu importe ». Il n’est plus intéressé ni par la nature du document que « les protagonistes» pourraient signer ni de son contenu probablement. Il veut seulement sauver sa peau. Il ne va pas y parvenir, il est déjà disqualifié par toute personne non corrompue par le régime dd. Yoo, ashaje nabi basha!

  15. Kabingo dora

    J’imagine que l’ombudsman et le représentant du gouvernement du Burundi font un seul et même groupe d’idées! Mais le piège est là car Mr Nduwimana se sera disqualifié d’office s’il aligne sa position sur celle du pourvoir de Bujumbura. C’est un attrappe nigaud .

  16. Kabingo dora

    J’imagine que l’ombudsman et le représentant du gouvernement du Burundi font un seul et même groupe d’idées! Mais le piège est là car Mr Nduwimana se sera disqualifié d’office s’il aligne sa position sur celle du pourvoir de Bujumbura. C’est un aftappe nigaud .

  17. CLAUDIO

    Que Dieu protege notre cher Patrie.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Un round des « leaders »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un round des « leaders »

Enfin, c’est officiel : le 5ème et « dernier » round du dialogue inter-burundais est fixé du 24 au 29 octobre. Les Burundais commençaient à se lasser de l’éternel report. Aussitôt annoncé, les politiques se creusent les méninges sur l’agenda (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

287 utilisateurs en ligne