http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Politique

Uniproba : le crépuscule d’un règne ?

L’organisation « Unissons-nous pour la promotion des Batwa (Uniproba) » perd de plus en plus le monopole de représenter le peuple autochtone du Burundi.

Léonard Habimana dans son bureau à l’Inspection Générale de l’Etat ©Iwacu

Léonard Habimana dans son bureau à l’Inspection Générale de l’Etat ©Iwacu

Venant Ruhuna. C’est le seul représentant de la communauté Twa à qui la chance a échu de siéger au Parlement pour le compte de l’Uniproba. La législature écoulée, l’aînée des associations des Twa du Burundi avait deux représentants sur les six garantis par le Code électoral. Elle en avait placé trois en 2005-2o10. Cinq sur six organisations des Batwa sont actuellement représentées au Parlement.

La déception est au comble à l’Uniproba. Léonard Habimana, l’actuel représentant légal et président de cette association, crie à l’injustice. Le coupable : la Céni qu’il accuse d’avoir violé le Code électoral.
En effet, démontre-t-il, les articles 108 et 142 stipulent que « la cooptation des députés et sénateurs de l’ethnie Twa se fait sur la base des listes présentées par leurs organisations les plus représentatives reconnues par l’autorité de tutelle ». Or, l’Uniproba est l’association la plus représentative, selon lui.

« Une association sans égale »

M. Habimana affirme qu’aucune autre association ne peut rivaliser d’actions déjà réalisées avec l’Uniproba. La dernière en date aura été la conduite d’une campagne de sensibilisation des Batwa à la participation massive aux élections, surtout pour se faire élire sur les listes des partis politiques. « Le résultat est là : même si nous n’avons pas encore collecté toutes les données, au niveau national, tous les représentants des Batwa dans les conseils communaux sont issus de l’Uniproba », se glorifie M. Habimana. Et de marteler que son organisation tient si bon qu’il est même impensable qu’il y ait une autre qui pourrait égaler ses réalisations dans un proche avenir. Et pour cause : « Elles n’ont été fondées que pour briguer des place au Parlement. Passé la cooptation, elles ne font plus parler d’elles. »

Il revient à la charge : « Mais voilà, la Céni a osé loger l’Uniproba à la même enseigne que des organisations qui n’existent que de nom. Pire, elle a offert deux sièges à une association qui n’est présente que dans trois provinces sur 18. »

La Céni, échappatoire à la polémique

Les autres associations esquivent la controverse lancée par l’Uniproba. Elles préfèrent plutôt s’en prendre à la Céni. Jean Baptiste Sindayigaya de l’union des jeunes pour le développement communautaire (UJEDECO), un Twa fonctionnaire à la Cntb, tape du poing sur la table : « Gédéon Gahungu, le représentant de Batwa de Bururi, est un fabriquant de brasero. Marie Chantal Nshimirimana (Ngozi) et Venant Ruhuna (Mwaro) n’ont à peine que le niveau primaire ». Et de renchérir : « Au moment où même les textes de loi n’assurent pas suffisamment la promotion des Batwa, est-ce ces gens d’un si faible niveau de formation qui nous représenteront au Parlement ? » Et de lâcher, dépité : «C’est une moquerie à l’endroit des Batwa de la part de la Céni. »

Dans cette logique d’éviter la polémique avec l’Uniproba (et avec d’autres associations par ailleurs), le député Vincent Sukunoba, président de l’union chrétienne pour l’éducation et le développement des déshérités (UCEDD), préfère indiquer que quatre associations seront à Bubanza le 14 août aux côtés de l’Uniproba pour célébrer la journée des autochtones. « 22 ans après l’avènement de la démocratie, Bubanza et Ruyigi restent les deux provinces qui n’enregistrent aucun Twa diplômé. C’est un constat plus amer que les affirmations de l’Uniproba », explique le député.

  4   Vos commentaires
  1. Reka nishure BURUNDU
    None gasha:ABATWA sabantu?

  2. iyi geze kure ntayitayigera ihenbe,karashizingani pe mugihugu ca Mwezi nabatwa bashaka kudutwara?

  3. Améde

    Ivyo vyitwa indyane zo mumagabura nyama.
    Ababiligi bagitwara uburundi nta ndyane zarangwa mu bahutu n’abatutsi.
    Umwami akiri ku ngoma, nt’amacakubiri yari hagati y’abatutsi. Amaze kuhava, niho havutse abatutsi b’i Bururi, n’abatutsi b’i Muramvya.
    Imbere y’itorwa rya nyakwigendera Ndadaye, abahutu bari bahurikiye hamwe. None rabe aho ivy’imigambwe bibagejeje.
    Ubu naho hashikiriwe abatwa. Uyo Nyakubahwa habimana, ubu niho atanguye kubona ko hari abatwa barenganywa. Hari abakwiye kuja munzego, n’abandi…
    N’inde azokiza uburundi?

  4. NGABURIRA

    « …Et de renchérir : « Au moment où même les textes de loi n’assurent pas suffisamment la promotion des Batwa, est-ce ces gens d’un si faible niveau de formation qui nous représenteront au Parlement ? » Et de lâcher, dépité : «C’est une moquerie à l’endroit des Batwa de la part de la Céni. »

    Que voulez-vous ? On évolue dans la médiocrité et surtout on prend ceux qui disent « Ndiyo Bwana » !!  » Ngombe za ….

Publicité